FRBMTO-046 Michel Trille, item 17

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

28


Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

été adressés directement au président du comité

Français, non à la Kur, il est probable que

nous les attendrons un peu plus longtemps.

Une petite blessure d'amour-propre!

Parlons maintenant du marché russe. au camp de

Lamsdorf, se trouvent en captivité des Russes, Anglas,

Roumains, Italiens. Parmi les prisonniers Russes il

y a des hommes de tout âge, les gamins de 10 ans

jusqu'a des vieillards de 50 à 60 ans, tout celà

fut ramassé pendant la "débacle". Avec ces

hommes la les A. forment des détachements de

travailleurs appelés "Kommandos" qui sont relevés à

tour de rôle. Lorsque ces détachements rentrent

au camp ils rapportent naturellement un tas de petites

choses. Après quelques jours passés au camp, la

faim, et le plus souvent l'avidité d'avoir de

l'argent,  amèrient ces gens-là à se défaire de la


29


presque totalité de tout ce qu'ils possèdent:

chaussettes "Russes" (c'est le  cas de le dire), tricots, blagues à

tabac, fil à coudre, glaces, rasoirs, gamelles ou récipients

de toutes sortes. Certains, quoique leur nourriture soit

extrèmement médiocre, vont jusqu'a vendre leur ration

de pain quotidienne. Il y a aussi le marchand de

cigares et de cigarettes. Lorsqu'on est dans la " déchet "

on peut se payer un cigare avec 1 biscuit et

10 pfennig, ou 3 cigarettes pour 1 biscuit. Quoique le

cours du biscuit change assez souvent, il fut un

temps ou l'on pourait avoir 2 cigares pour 1 biscuit

Maintenant le change à baissé. Ce mouvement est

réglé la plus-part du temps par la "faim" de

l'individu. Ces jours derniers il était rentré une missing

venant d'Autriche, le cours du change s'en trouva

rehaussé de beaucoup: 2 couronnes (monnaie autrichienne)

pour 1 biscuit, ce qui équivant à 1 mark pièce. (1 franc)

En voila, je crois, assez pour le marché et ses Russes.

Un mot sur la "Kuche"; qui n'est autre chose

que la cuisine. Les locaux ou sont installés ces

"Kuches" sont situés à environ 800 m du camp.



Transcription saved

28


Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

été adressés directement au président du comité

Français, non à la Kur, il est probable que

nous les attendrons un peu plus longtemps.

Une petite blessure d'amour-propre!

Parlons maintenant du marché russe. au camp de

Lamsdorf, se trouvent en captivité des Russes, Anglas,

Roumains, Italiens. Parmi les prisonniers Russes il

y a des hommes de tout âge, les gamins de 10 ans

jusqu'a des vieillards de 50 à 60 ans, tout celà

fut ramassé pendant la "débacle". Avec ces

hommes la les A. forment des détachements de

travailleurs appelés "Kommandos" qui sont relevés à

tour de rôle. Lorsque ces détachements rentrent

au camp ils rapportent naturellement un tas de petites

choses. Après quelques jours passés au camp, la

faim, et le plus souvent l'avidité d'avoir de

l'argent,  amèrient ces gens-là à se défaire de la


29


presque totalité de tout ce qu'ils possèdent:

chaussettes "Russes" (c'est le  cas de le dire), tricots, blagues à

tabac, fil à coudre, glaces, rasoirs, gamelles ou récipients

de toutes sortes. Certains, quoique leur nourriture soit

extrèmement médiocre, vont jusqu'a vendre leur ration

de pain quotidienne. Il y a aussi le marchand de

cigares et de cigarettes. Lorsqu'on est dans la " déchet "

on peut se payer un cigare avec 1 biscuit et

10 pfennig, ou 3 cigarettes pour 1 biscuit. Quoique le

cours du biscuit change assez souvent, il fut un

temps ou l'on pourait avoir 2 cigares pour 1 biscuit

Maintenant le change à baissé. Ce mouvement est

réglé la plus-part du temps par la "faim" de

l'individu. Ces jours derniers il était rentré une missing

venant d'Autriche, le cours du change s'en trouva

rehaussé de beaucoup: 2 couronnes (monnaie autrichienne)

pour 1 biscuit, ce qui équivant à 1 mark pièce. (1 franc)

En voila, je crois, assez pour le marché et ses Russes.

Un mot sur la "Kuche"; qui n'est autre chose

que la cuisine. Les locaux ou sont installés ces

"Kuches" sont situés à environ 800 m du camp.




Transcription history
  • August 21, 2017 20:11:09 Jim McIntyre

    28


    Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

    sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

    sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

    du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

    été adressés directement au président du comité

    Français, non à la Kur, il est probable que

    nous les attendrons un peu plus longtemps.

    Une petite blessure d'amour-propre!

    Parlons maintenant du marché russe. au camp de

    Lamsdorf, se trouvent en captivité des Russes, Anglas,

    Roumains, Italiens. Parmi les prisonniers Russes il

    y a des hommes de tout âge, les gamins de 10 ans

    jusqu'a des vieillards de 50 à 60 ans, tout celà

    fut ramassé pendant la "débacle". Avec ces

    hommes la les A. forment des détachements de

    travailleurs appelés "Kommandos" qui sont relevés à

    tour de rôle. Lorsque ces détachements rentrent

    au camp ils rapportent naturellement un tas de petites

    choses. Après quelques jours passés au camp, la

    faim, et le plus souvent l'avidité d'avoir de

    l'argent,  amèrient ces gens-là à se défaire de la


    29


    presque totalité de tout ce qu'ils possèdent:

    chaussettes "Russes" (c'est le  cas de le dire), tricots, blagues à

    tabac, fil à coudre, glaces, rasoirs, gamelles ou récipients

    de toutes sortes. Certains, quoique leur nourriture soit

    extrèmement médiocre, vont jusqu'a vendre leur ration

    de pain quotidienne. Il y a aussi le marchand de

    cigares et de cigarettes. Lorsqu'on est dans la " déchet "

    on peut se payer un cigare avec 1 biscuit et

    10 pfennig, ou 3 cigarettes pour 1 biscuit. Quoique le

    cours du biscuit change assez souvent, il fut un

    temps ou l'on pourait avoir 2 cigares pour 1 biscuit

    Maintenant le change à baissé. Ce mouvement est

    réglé la plus-part du temps par la "faim" de

    l'individu. Ces jours derniers il était rentré une missing

    venant d'Autriche, le cours du change s'en trouva

    rehaussé de beaucoup: 2 couronnes (monnaie autrichienne)

    pour 1 biscuit, ce qui équivant à 1 mark pièce. (1 franc)

    En voila, je crois, assez pour le marché et ses Russes.

    Un mot sur la "Kuche"; qui n'est autre chose

    que la cuisine. Les locaux ou sont installés ces

    "Kuches" sont situés à environ 800 m du camp.



  • August 21, 2017 20:08:28 Jim McIntyre

    28


    Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

    sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

    sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

    du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

    été adressés directement au président du comité

    Français, non à la Kur, il est probable que

    nous les attendrons un peu plus longtemps.

    Une petite blessure d'amour-propre!

    Parlons maintenant du marché russe. au camp de

    Lamsdorf, se trouvent en captivité des Russes, Anglas,

    Roumains, Italiens. Parmi les prisonniers Russes il

    y a des hommes de tout âge, les gamins de 10 ans

    jusqu'a des vieillards de 50 à 60 ans, tout celà

    fut ramassé pendant la "débacle". Avec ces

    hommes la les A. forment des détachements de

    travailleurs appelés "Kommandos" qui sont relevés à

    tour de rôle. Lorsque ces détachements rentrent

    au camp ils rapportent naturellement un tas de petites

    choses. Après quelques jours passés au camp, la

    faim, et le plus souvent l'avidité d'avoir de

    l'argent,  amèrient ces gens-là à se défaire de la


    29


    presque totalité de tout ce qu'ils possèdent:

    chaussettes "Russes" (c'est le  cas de le dire), tricots, blagues à

    tabac, fil à coudre, glaces, rasoirs, gamelles ou récipients

    de toutes sortes. Certains, quoique leur nourriture soit

    extrèmement médiocre, vont jusqu'a vendre leur ration

    de pain quotidienne. Il y a aussi le marchand de

    cigares et de cigarettes. Lorsqu'on est dans la " déchet "

    on peut se payer un cigare avec 1 biscuit et

    10 pfennig, ou 3 cigarettes pour 1 biscuit. Quoique le

    cours du biscuit change assez souvent, il fut un

    temps ou l'on pourait avoir 2 cigares pour 1 biscuit

    Maintenant le change à baissé. Ce mouvement est

    réglé la plus-part du temps par la "faim" de

    l'individu. Ces jours derniers il était rentré une missing

    venant d'Autriche, le cours du change s'en trouva

    rehaussé de beaucoup: 2 couronnes (monnaie autrichienne)

    pour 1 biscuit, ce qui équivant à 1 mark pièce. (1 franc)



  • August 21, 2017 20:04:33 Jim McIntyre

    28


    Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

    sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

    sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

    du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

    été adressés directement au président du comité

    Français, non à la Kur, il est probable que

    nous les attendrons un peu plus longtemps.

    Une petite blessure d'amour-propre!

    Parlons maintenant du marché russe. au camp de

    Lamsdorf, se trouvent en captivité des Russes, Anglas,

    Roumains, Italiens. Parmi les prisonniers Russes il

    y a des hommes de tout âge, les gamins de 10 ans

    jusqu'a des vieillards de 50 à 60 ans, tout celà

    fut ramassé pendant la "débacle". Avec ces

    hommes la les A. forment des détachements de

    travailleurs appelés "Kommandos" qui sont relevés à

    tour de rôle. Lorsque ces détachements rentrent

    au camp ils rapportent naturellement un tas de petites

    choses. Après quelques jours passés au camp, la

    faim, et le plus souvent l'avidité d'avoir de

    l'argent,  amèrient ces gens-là à se défaire de la


    29


    presque totalité de tout ce qu'ils possèdent:

    chaussettes "Russes" (c'est le  cas de le dire), tricots, blagues à

    tabac, fil à coudre, glaces, rasoirs, gamelles ou récipients

    de toutes sortes. Certains, quoique leur nourriture soit

    extrèmement médiocre, vont jusqu'a vendre leur ration

    de pain quotidienne. Il y a aussi le marchand de

    cigares et de cigarettes. Lorsqu'on est dans la " déchet "

    on peut se payer un cigare avec 1 biscuit et

    10 pfennig, ou 3 cigarettes pour 1 biscuit. Quoique le

    cours du biscuit change assez souvent, il fut un

    temps ou l'on pourait avoir 2 cigares pour 1 biscuit

    Maintenant le change à baissé. Ce mouvement est

    réglé la plus-part du temps par la "faim" de

    l'individu. Ces jours derniers il était rentré une missing

    venant d'Autriche, le cours du change s'en trouva

    rehaussé de beaucoup:



  • August 21, 2017 20:02:10 Jim McIntyre

    28


    Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

    sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

    sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

    du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

    été adressés directement au président du comité

    Français, non à la Kur, il est probable que

    nous les attendrons un peu plus longtemps.

    Une petite blessure d'amour-propre!

    Parlons maintenant du marché russe. au camp de

    Lamsdorf, se trouvent en captivité des Russes, Anglas,

    Roumains, Italiens. Parmi les prisonniers Russes il

    y a des hommes de tout âge, les gamins de 10 ans

    jusqu'a des vieillards de 50 à 60 ans, tout celà

    fut ramassé pendant la "débacle". Avec ces

    hommes la les A. forment des détachements de

    travailleurs appelés "Kommandos" qui sont relevés à

    tour de rôle. Lorsque ces détachements rentrent

    au camp ils rapportent naturellement un tas de petites

    choses. Après quelques jours passés au camp, la

    faim, et le plus souvent l'avidité d'avoir de

    l'argent,  amèrient ces gens-là à se défaire de la


    29


    presque totalité de tout ce qu'ils possèdent:

    chaussettes "Russes" (c'est le  cas de le dire), tricots, blagues à

    tabac, fil à coudre, glaces, rasoirs, gamelles ou récipients

    de toutes sortes. Certains, quoique leur nourriture soit

    extrèmement médiocre, vont jusqu'a vendre leur ration

    de pain quotidienne. Il y a aussi le marchand de

    cigares et de cigarettes. Lorsqu'on est dans la " déchet "

    on peut se payer un cigare avec 1 biscuit et

    10 pfennig, ou 3 cigarettes pour 1 biscuit. Quoique le

    cours du biscuit change assez souvent, il fut un

    temps ou l'on pourait avoir 2 cigares pour 1 biscuit

    Maintenant le change à baissé. Ce mouvement est

    réglé la plus-part du temps par la "faim" de

    l'individu. Ces jours derniers il était rentré




  • August 21, 2017 20:00:43 Jim McIntyre

    28


    Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

    sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

    sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

    du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

    été adressés directement au président du comité

    Français, non à la Kur, il est probable que

    nous les attendrons un peu plus longtemps.

    Une petite blessure d'amour-propre!

    Parlons maintenant du marché russe. au camp de

    Lamsdorf, se trouvent en captivité des Russes, Anglas,

    Roumains, Italiens. Parmi les prisonniers Russes il

    y a des hommes de tout âge, les gamins de 10 ans

    jusqu'a des vieillards de 50 à 60 ans, tout celà

    fut ramassé pendant la "débacle". Avec ces

    hommes la les A. forment des détachements de

    travailleurs appelés "Kommandos" qui sont relevés à

    tour de rôle. Lorsque ces détachements rentrent

    au camp ils rapportent naturellement un tas de petites

    choses. Après quelques jours passés au camp, la

    faim, et le plus souvent l'avidité d'avoir de

    l'argent,  amèrient ces gens-là à se défaire de la


    29


    presque totalité de tout ce qu'ils possèdent:

    chaussettes "Russes" (c'est le  cas de le dire), tricots, blagues à

    tabac, fil à coudre, glaces, rasoirs, gamelles ou récipients

    de toutes sortes. Certains, quoique leur nourriture soit

    extrèmement médiocre, vont jusqu'a vendre leur ration

    de pain quotidienne. Il y a aussi le marchand de

    cigares et de cigarettes. Lorsqu'on est dans la " déchet "

    on peut se payer un cigare avec 1 biscuit et

    10 pfennig, ou 3 cigarettes pour 1 biscuit. Quoique le

    cours du biscuit change assez souvent, il fut un

    temps ou l'on pourait avoir 2 cigares pour 1 biscuit

    Maintenant le change à baissé. Ce mouvement est

    réglé la plus-part du temps par la "faim" de





  • August 21, 2017 19:59:42 Jim McIntyre

    28


    Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

    sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

    sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

    du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

    été adressés directement au président du comité

    Français, non à la Kur, il est probable que

    nous les attendrons un peu plus longtemps.

    Une petite blessure d'amour-propre!

    Parlons maintenant du marché russe. au camp de

    Lamsdorf, se trouvent en captivité des Russes, Anglas,

    Roumains, Italiens. Parmi les prisonniers Russes il

    y a des hommes de tout âge, les gamins de 10 ans

    jusqu'a des vieillards de 50 à 60 ans, tout celà

    fut ramassé pendant la "débacle". Avec ces

    hommes la les A. forment des détachements de

    travailleurs appelés "Kommandos" qui sont relevés à

    tour de rôle. Lorsque ces détachements rentrent

    au camp ils rapportent naturellement un tas de petites

    choses. Après quelques jours passés au camp, la

    faim, et le plus souvent l'avidité d'avoir de

    l'argent,  amèrient ces gens-là à se défaire de la


    29


    presque totalité de tout ce qu'ils possèdent:

    chaussettes "Russes" (c'est le  cas de le dire), tricots, blagues à

    tabac, fil à coudre, glaces, rasoirs, gamelles ou récipients

    de toutes sortes. Certains, quoique leur nourriture soit

    extrèmement médiocre, vont jusqu'a vendre leur ration

    de pain quotidienne. Il y a aussi le marchand de

    cigares et de cigarettes. Lorsqu'on est dans la " déchet "

    on peut se payer un cigare avec 1 biscuit et

    10 pfennig, ou 3 cigarettes pour 1 biscuit. Quoique le

    cours du biscuit change assez souvent, il fut un

    temps ou l'on pourait avoir 2 cigares pour 1 biscuit




  • August 21, 2017 19:58:35 Jim McIntyre

    28


    Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

    sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

    sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

    du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

    été adressés directement au président du comité

    Français, non à la Kur, il est probable que

    nous les attendrons un peu plus longtemps.

    Une petite blessure d'amour-propre!

    Parlons maintenant du marché russe. au camp de

    Lamsdorf, se trouvent en captivité des Russes, Anglas,

    Roumains, Italiens. Parmi les prisonniers Russes il

    y a des hommes de tout âge, les gamins de 10 ans

    jusqu'a des vieillards de 50 à 60 ans, tout celà

    fut ramassé pendant la "débacle". Avec ces

    hommes la les A. forment des détachements de

    travailleurs appelés "Kommandos" qui sont relevés à

    tour de rôle. Lorsque ces détachements rentrent

    au camp ils rapportent naturellement un tas de petites

    choses. Après quelques jours passés au camp, la

    faim, et le plus souvent l'avidité d'avoir de

    l'argent,  amèrient ces gens-là à se défaire de la


    29


    presque totalité de tout ce qu'ils possèdent:

    chaussettes "Russes" (c'est le  cas de le dire), tricots, blagues à

    tabac, fil à coudre, glaces, rasoirs, gamelles ou récipients

    de toutes sortes. Certains, quoique leur nourriture soit

    extrèmement médiocre, vont jusqu'a vendre leur ration

    de pain quotidienne. Il y a aussi le marchand de

    cigares et de cigarettes. Lorsqu'on est dans la " déchet "

    on peut se payer un cigare avec 1 biscuit et

    10 pfennig, ou 3 cigarettes pour 1 biscuit. Quoique le




  • August 21, 2017 19:56:11 Jim McIntyre

    28


    Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

    sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

    sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

    du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

    été adressés directement au président du comité

    Français, non à la Kur, il est probable que

    nous les attendrons un peu plus longtemps.

    Une petite blessure d'amour-propre!

    Parlons maintenant du marché russe. au camp de

    Lamsdorf, se trouvent en captivité des Russes, Anglas,

    Roumains, Italiens. Parmi les prisonniers Russes il

    y a des hommes de tout âge, les gamins de 10 ans

    jusqu'a des vieillards de 50 à 60 ans, tout celà

    fut ramassé pendant la "débacle". Avec ces

    hommes la les A. forment des détachements de

    travailleurs appelés "Kommandos" qui sont relevés à

    tour de rôle. Lorsque ces détachements rentrent

    au camp ils rapportent naturellement un tas de petites

    choses. Après quelques jours passés au camp, la

    faim, et le plus souvent l'avidité d'avoir de

    l'argent,  amèrient ces gens-là à se défaire de la


    29


    presque totalité de tout ce qu'ils possèdent:

    chaussettes "Russes" (c'est le  cas de le dire), tricots, blagues à

    tabac, fil à coudre, glaces, rasoirs, gamelles ou récipients

    de toutes sortes. Certains, quoique leur nourriture soit

    extrèmement médiocre, vont jusqu'a vendre leur ration

    de pain quotidienne. Il y a aussi le marchand de

    cigares et de cigarettes. Lorsqu'on est dans la "d




  • August 21, 2017 19:55:45 Jim McIntyre

    28


    Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

    sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

    sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

    du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

    été adressés directement au président du comité

    Français, non à la Kur, il est probable que

    nous les attendrons un peu plus longtemps.

    Une petite blessure d'amour-propre!

    Parlons maintenant du marché russe. au camp de

    Lamsdorf, se trouvent en captivité des Russes, Anglas,

    Roumains, Italiens. Parmi les prisonniers Russes il

    y a des hommes de tout âge, les gamins de 10 ans

    jusqu'a des vieillards de 50 à 60 ans, tout celà

    fut ramassé pendant la "débacle". Avec ces

    hommes la les A. forment des détachements de

    travailleurs appelés "Kommandos" qui sont relevés à

    tour de rôle. Lorsque ces détachements rentrent

    au camp ils rapportent naturellement un tas de petites

    choses. Après quelques jours passés au camp, la

    faim, et le plus souvent l'avidité d'avoir de

    l'argent,  amèrient ces gens-là à se défaire de la


    29


    presque totalité de tout ce qu'ils possèdent:

    chaussettes "Russes" (c'est le  cas de le dire), tricots, blagues à

    tabac, fil à coudre, glaces, rasoirs, gamelles ou récipients

    de toutes sortes. Certains, quoique leur nourriture soit

    extrèmement médiocre, vont jusqu'a vendre leur ration

    de pain quotidienne. Il y a aussi le marchand de

    cigares et de cigarettes.




  • August 21, 2017 19:54:54 Jim McIntyre

    28


    Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

    sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

    sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

    du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

    été adressés directement au président du comité

    Français, non à la Kur, il est probable que

    nous les attendrons un peu plus longtemps.

    Une petite blessure d'amour-propre!

    Parlons maintenant du marché russe. au camp de

    Lamsdorf, se trouvent en captivité des Russes, Anglas,

    Roumains, Italiens. Parmi les prisonniers Russes il

    y a des hommes de tout âge, les gamins de 10 ans

    jusqu'a des vieillards de 50 à 60 ans, tout celà

    fut ramassé pendant la "débacle". Avec ces

    hommes la les A. forment des détachements de

    travailleurs appelés "Kommandos" qui sont relevés à

    tour de rôle. Lorsque ces détachements rentrent

    au camp ils rapportent naturellement un tas de petites

    choses. Après quelques jours passés au camp, la

    faim, et le plus souvent l'avidité d'avoir de

    l'argent,  amèrient ces gens-là à se défaire de la


    29


    presque totalité de tout ce qu'ils possèdent:

    chaussettes "Russes" (c'est le  cas de le dire), tricots, blagues à

    tabac, fil à coudre, glaces, rasoirs, gamelles ou récipients

    de toutes sortes. Certains, quoique leur nourriture soit

    extrèmement médiocre, vont jusqu'a vendre leur ration




  • August 21, 2017 19:54:09 Jim McIntyre

    28


    Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

    sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

    sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

    du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

    été adressés directement au président du comité

    Français, non à la Kur, il est probable que

    nous les attendrons un peu plus longtemps.

    Une petite blessure d'amour-propre!

    Parlons maintenant du marché russe. au camp de

    Lamsdorf, se trouvent en captivité des Russes, Anglas,

    Roumains, Italiens. Parmi les prisonniers Russes il

    y a des hommes de tout âge, les gamins de 10 ans

    jusqu'a des vieillards de 50 à 60 ans, tout celà

    fut ramassé pendant la "débacle". Avec ces

    hommes la les A. forment des détachements de

    travailleurs appelés "Kommandos" qui sont relevés à

    tour de rôle. Lorsque ces détachements rentrent

    au camp ils rapportent naturellement un tas de petites

    choses. Après quelques jours passés au camp, la

    faim, et le plus souvent l'avidité d'avoir de

    l'argent,  amèrient ces gens-là à se défaire de la


    29


    presque totalité de tout ce qu'ils possèdent:

    chaussettes "Russes" (c'est le  cas de le dire), tricots, blagues à

    tabac, fil à coudre, glaces, rasoirs, gamelles ou récipients




  • August 21, 2017 19:49:03 Jim McIntyre

    28


    Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

    sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

    sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

    du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

    été adressés directement au président du comité

    Français, non à la Kur, il est probable que

    nous les attendrons un peu plus longtemps.

    Une petite blessure d'amour-propre!

    Parlons maintenant du marché russe. au camp de

    Lamsdorf, se trouvent en captivité des Russes, Anglas,

    Roumains, Italiens. Parmi les prisonniers Russes il

    y a des hommes de tout âge, les gamins de 10 ans

    jusqu'a des vieillards de 50 à 60 ans, tout celà

    fut ramassé pendant la "débacle". Avec ces

    hommes la les A. forment des détachements de

    travailleurs appelés "Kommandos" qui sont relevés à

    tour de rôle. Lorsque ces détachements rentrent

    au camp ils rapportent naturellement un tas de petites

    choses. Après quelques jours passés au camp, la

    faim, et le plus souvent l'avidité d'avoir de

    l'argent,  amèrient ces gens-là à se défaire de la


    29


    presque totalité de tout ce qu'ils possèdent:

    chaussettes "Russes" (c'est le  cas de le dire), tricots, blagues à

    tabac, fil à coudre, glaces, rasoirs, gamelles




  • August 21, 2017 19:48:09 Jim McIntyre

    28


    Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

    sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

    sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

    du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

    été adressés directement au président du comité

    Français, non à la Kur, il est probable que

    nous les attendrons un peu plus longtemps.

    Une petite blessure d'amour-propre!

    Parlons maintenant du marché russe. au camp de

    Lamsdorf, se trouvent en captivité des Russes, Anglas,

    Roumains, Italiens. Parmi les prisonniers Russes il

    y a des hommes de tout âge, les gamins de 10 ans

    jusqu'a des vieillards de 50 à 60 ans, tout celà

    fut ramassé pendant la "débacle". Avec ces

    hommes la les A. forment des détachements de

    travailleurs appelés "Kommandos" qui sont relevés à

    tour de rôle. Lorsque ces détachements rentrent

    au camp ils rapportent naturellement un tas de petites

    choses. Après quelques jours passés au camp, la

    faim, et le plus souvent l'avidité d'avoir de

    l'argent,  amèrient ces gens-là à se défaire de la


    29


    presque totalité de tout ce qu'ils possèdent:

    chaussettes "Russes" (c'est le  cas de le dire), tricots, blagues à

    tabac, fil à coudre,




  • August 21, 2017 19:31:56 Jim McIntyre

    28


    Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

    sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

    sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

    du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

    été adressés directement au président du comité

    Français, non à la Kur, il est probable que

    nous les attendrons un peu plus longtemps.

    Une petite blessure d'amour-propre!

    Parlons maintenant du marché russe. au camp de

    Lamsdorf, se trouvent en captivité des Russes, Anglas,

    Roumains, Italiens. Parmi les prisonniers Russes il

    y a des hommes de tout âge, les gamins de 10 ans

    jusqu'a des vieillards de 50 à 60 ans, tout celà

    fut ramassé pendant la "débacle". Avec ces

    hommes la les A. forment des détachements de

    travailleurs appelés "Kommandos" qui sont relevés à

    tour de rôle. Lorsque ces détachements rentrent

    au camp ils rapportent naturellement un tas de petites

    choses. Après quelques jours passés au camp, la

    faim, et le plus souvent l'avidité d'avoir de

    l'argent,  amèrient ces gens-là à se défaire de la


    29


    presque totalité de tout ce qu'ils possèdent:

    chaussettes "Russes" (c'est le  cas de le dire), tricots,




  • August 21, 2017 19:29:41 Jim McIntyre

    28


    Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

    sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

    sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

    du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

    été adressés directement au président du comité

    Français, non à la Kur, il est probable que

    nous les attendrons un peu plus longtemps.

    Une petite blessure d'amour-propre!

    Parlons maintenant du marché russe. au camp de

    Lamsdorf, se trouvent en captivité des Russes, Anglas,

    Roumains, Italiens. Parmi les prisonniers Russes il

    y a des hommes de tout âge, les gamins de 10 ans

    jusqu'a des vieillards de 50 à 60 ans, tout celà

    fut ramassé pendant la "débacle". Avec ces

    hommes la les A. forment des détachements de

    travailleurs appelés "Kommandos" qui sont relevés à

    tour de rôle. Lorsque ces détachements rentrent

    au camp ils rapportent naturellement un tas de petites

    choses. Après quelques jours passés au camp, la

    faim, et le plus souvent l'avidité d'avoir de

    l'argent,  amèrient ces gens-là à se défaire de la


  • August 21, 2017 19:24:03 Jim McIntyre

    28


    Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

    sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

    sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

    du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

    été adressés directement au président du comité

    Français, non à la Kur, il est probable que

    nous les attendrons un peu plus longtemps.

    Une petite blessure d'amour-propre!

    Parlons maintenant du marché russe. au camp de

    Lamsdorf, se trouvent en captivité des Russes, Anglas,

    Roumains, Italiens. Parmi les prisonniers Russes il

    y a des hommes de tout âge, les gamins de 10 ans

    jusqu'a des vieillards de 50 à 60 ans, tout celà

    fut ramassé pendant la "débacle". Avec ces

    hommes la les A. forment des détachements de

    travailleurs appelés "Kommandos" qui sont relevés à

    tour de rôle. Lorsque ces détachements rentrent

    au camp ils rapportent naturellement un tas de petites

    choses. Après quelques jours passés au camp, la

    faim, et le plus souvent l'avidité d'avoir de

    l'argent,


  • August 21, 2017 19:20:23 Jim McIntyre

    28


    Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

    sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

    sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

    du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

    été adressés directement au président du comité

    Français, non à la Kur, il est probable que

    nous les attendrons un peu plus longtemps.

    Une petite blessure d'amour-propre!

    Parlons maintenant du marché russe. au camp de

    Lamsdorf, se trouvent en captivité des Russes, Anglas,

    Roumains, Italiens. Parmi les prisonniers Russes il

    y a des hommes de tout âge, les gamins de 10 ans

    jusqu'a des vieillards de 50 à 60 ans, tout celà

    fut ramassé pendant la "débacle". Avec ces

    hommes la les A. forment des détachements de

    travailleurs appelés "Kommandos" qui sont relevés à

    tour de


  • August 21, 2017 19:16:52 Jim McIntyre

    28


    Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

    sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

    sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

    du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

    été adressés directement au président du comité

    Français, non à la Kur, il est probable que

    nous les attendrons un peu plus longtemps.

    Une petite blessure d'amour-propre!

    Parlons maintenant du marché russe. au camp de

    Lamsdorf, se trouvent en captivité des Russes, Anglas,

    Roumains, Italiens. Parmi les prisonniers Russes il

    y a des hommes de tout


  • August 21, 2017 19:14:51 Jim McIntyre

    28


    Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

    sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

    sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

    du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

    été adressés directement au président du comité

    Français, non à la Kur, il est probable que

    nous les attendrons un peu plus longtemps.

    Une petite blessure d'amour-propre!


  • August 21, 2017 19:11:22 Jim McIntyre

    28


    Les colis dont je fais mention à la page 17 et qui

    sont envoyés par la Société Danoise (non par la C.R.A.)

    sont toujours à la Kommandantive. Nous aurions

    du déja les avoir touchés, mais comme ils ont

    été adressés directement au président du comité

    Français, non à la Kur, il est probable que


Description

Save description
  • 50.541550841045556||17.56669468681639||

    Lamsdorf / Lambinowice

    ||1
Location(s)
  • Story location Lamsdorf / Lambinowice


ID
9477 / 249527
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Bibliothèque municipale de Toulouse, 1
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/


August 22, 1918 – August 22, 1918
  • Français

  • Western Front

  • Prisoners of War



Notes and questions

Login to leave a note