Carnet de guerre, item 31

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

que de notre coté, on en voit un

peu partout quoique la couleur

de leurs habits les fait souvent con-

fondre avec le terrain, mais on

voit tout de même qu'ils ont eu des

pertes terribles, à une centaines de

mètres de leurs anciennes lignes, nous

voyons des francais morts à une

vingtaines de mètres de la route et à

notre gauche, nous sommes allés voir.

C'était une dizaine d'hommes, un sergent

et un caporal du 88e Infanterie, auxquels

les allemands avaient liés les mains der-

rière le dos et qui avaient été fusillés

sur place, il y en avait même qui

avait plusieurs coup de sabre à la fi-

gure où sur diverses parties du corps.

A une cinquantaine de mètres de là et

à droite de la route, il y avait 14 Al-

lemands tué par un seul obus de 75, ils

étaient les uns sur les autres, c'était ter-

rifiant à voir, ils étaient exactement

sur un tunel de la ligne de Vitry-le-Fran

cois à Sompuis, moi je ne l'ai pas vu

mais des camarades m'ont dit que dans 

le tunel même il avait plus de 500

cadavres allemands, ils s'étaient cachés

la dedans pour être à l’abri et nos 75 ont

tiré dans l'entrée du tunel et on tout

tué. Après nous trouvons à gauche une

maison où était installée la croix-

rouge Allemande, il y avait encore

quelques blessés. Tout le long du che-

min on ne trouvait que sacs alle-

mands ou équipements fusils, pa-

niers à obus, ((on n'a trouvé qu'une

dizaine d'obus)), des roues où des cadres

de bicyclettes en quantité et même

une automobile Allemande. Nous

passons dans un village où il y  a

un grand nombre de prisonniers

parmi lesquels quelque-uns de blessés.

Une cour est pleine d'équipements

de toute sorte, dans une maison

il y a aussi une grande quantité

de biscuits. Nous arrivons avant la

nuit dans le village de Mary (je crois)

Là les Allemands n'ont pas encore

fait trop de dégats, un vieux

nous dit qu'il ne lui ont pas fait

du mal et qu'il n'ont rien tou-

ché dans sa maison. Comme nous

étions arrivés il se met à pleuvoir

à torrent, on se met provisoirement

sous un hangar, puis on nous

met dans une grange et je puis

dire que nous avons bien reposé.

Les derniers allemands qui étaient

parti du village étaient parti le

matin à 11 heures et comme ils sor-

taient du village ; les francais qui

étaient à leur poursuite entraient

dans le village de l'autre c'est ce

viellard qui nous l'a raconté. Mais 

nous savions qu'on les poursuivait

en toute vitesse.

Transcription saved

que de notre coté, on en voit un

peu partout quoique la couleur

de leurs habits les fait souvent con-

fondre avec le terrain, mais on

voit tout de même qu'ils ont eu des

pertes terribles, à une centaines de

mètres de leurs anciennes lignes, nous

voyons des francais morts à une

vingtaines de mètres de la route et à

notre gauche, nous sommes allés voir.

C'était une dizaine d'hommes, un sergent

et un caporal du 88e Infanterie, auxquels

les allemands avaient liés les mains der-

rière le dos et qui avaient été fusillés

sur place, il y en avait même qui

avait plusieurs coup de sabre à la fi-

gure où sur diverses parties du corps.

A une cinquantaine de mètres de là et

à droite de la route, il y avait 14 Al-

lemands tué par un seul obus de 75, ils

étaient les uns sur les autres, c'était ter-

rifiant à voir, ils étaient exactement

sur un tunel de la ligne de Vitry-le-Fran

cois à Sompuis, moi je ne l'ai pas vu

mais des camarades m'ont dit que dans 

le tunel même il avait plus de 500

cadavres allemands, ils s'étaient cachés

la dedans pour être à l’abri et nos 75 ont

tiré dans l'entrée du tunel et on tout

tué. Après nous trouvons à gauche une

maison où était installée la croix-

rouge Allemande, il y avait encore

quelques blessés. Tout le long du che-

min on ne trouvait que sacs alle-

mands ou équipements fusils, pa-

niers à obus, ((on n'a trouvé qu'une

dizaine d'obus)), des roues où des cadres

de bicyclettes en quantité et même

une automobile Allemande. Nous

passons dans un village où il y  a

un grand nombre de prisonniers

parmi lesquels quelque-uns de blessés.

Une cour est pleine d'équipements

de toute sorte, dans une maison

il y a aussi une grande quantité

de biscuits. Nous arrivons avant la

nuit dans le village de Mary (je crois)

Là les Allemands n'ont pas encore

fait trop de dégats, un vieux

nous dit qu'il ne lui ont pas fait

du mal et qu'il n'ont rien tou-

ché dans sa maison. Comme nous

étions arrivés il se met à pleuvoir

à torrent, on se met provisoirement

sous un hangar, puis on nous

met dans une grange et je puis

dire que nous avons bien reposé.

Les derniers allemands qui étaient

parti du village étaient parti le

matin à 11 heures et comme ils sor-

taient du village ; les francais qui

étaient à leur poursuite entraient

dans le village de l'autre c'est ce

viellard qui nous l'a raconté. Mais 

nous savions qu'on les poursuivait

en toute vitesse.


Transcription history
  • April 3, 2017 16:18:48 Johann Grimm

    que de notre coté, on en voit un

    peu partout quoique la couleur

    de leurs habits les fait souvent con-

    fondre avec le terrain, mais on

    voit tout de même qu'ils ont eu des

    pertes terribles, à une centaines de

    mètres de leurs anciennes lignes, nous

    voyons des francais morts à une

    vingtaines de mètres de la route et à

    notre gauche, nous sommes allés voir.

    C'était une dizaine d'hommes, un sergent

    et un caporal du 88e Infanterie, auxquels

    les allemands avaient liés les mains der-

    rière le dos et qui avaient été fusillés

    sur place, il y en avait même qui

    avait plusieurs coup de sabre à la fi-

    gure où sur diverses parties du corps.

    A une cinquantaine de mètres de là et

    à droite de la route, il y avait 14 Al-

    lemands tué par un seul obus de 75, ils

    étaient les uns sur les autres, c'était ter-

    rifiant à voir, ils étaient exactement

    sur un tunel de la ligne de Vitry-le-Fran

    cois à Sompuis, moi je ne l'ai pas vu

    mais des camarades m'ont dit que dans 

    le tunel même il avait plus de 500

    cadavres allemands, ils s'étaient cachés

    la dedans pour être à l’abri et nos 75 ont

    tiré dans l'entrée du tunel et on tout

    tué. Après nous trouvons à gauche une

    maison où était installée la croix-

    rouge Allemande, il y avait encore

    quelques blessés. Tout le long du che-

    min on ne trouvait que sacs alle-

    mands ou équipements fusils, pa-

    niers à obus, ((on n'a trouvé qu'une

    dizaine d'obus)), des roues où des cadres

    de bicyclettes en quantité et même

    une automobile Allemande. Nous

    passons dans un village où il y  a

    un grand nombre de prisonniers

    parmi lesquels quelque-uns de blessés.

    Une cour est pleine d'équipements

    de toute sorte, dans une maison

    il y a aussi une grande quantité

    de biscuits. Nous arrivons avant la

    nuit dans le village de Mary (je crois)

    Là les Allemands n'ont pas encore

    fait trop de dégats, un vieux

    nous dit qu'il ne lui ont pas fait

    du mal et qu'il n'ont rien tou-

    ché dans sa maison. Comme nous

    étions arrivés il se met à pleuvoir

    à torrent, on se met provisoirement

    sous un hangar, puis on nous

    met dans une grange et je puis

    dire que nous avons bien reposé.

    Les derniers allemands qui étaient

    parti du village étaient parti le

    matin à 11 heures et comme ils sor-

    taient du village ; les francais qui

    étaient à leur poursuite entraient

    dans le village de l'autre c'est ce

    viellard qui nous l'a raconté. Mais 

    nous savions qu'on les poursuivait

    en toute vitesse.


Description

Save description
  • 48.694891||4.453321||

    Tunnel Vitry-le-François/Sompuis

Location(s)
  • Document location Tunnel Vitry-le-François/Sompuis


ID
9286 / 88483
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
DELRIEU
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/







Notes and questions

Login to leave a note