Carnet de guerre, item 29

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

 Titre  Le 9 septembre 1914 { Bataille de la Marne

Nous avons passé la nuit dans le vallon

et avant le jour nous repartons, nous

repassons où avait été tué le Lieutenant

et les autres, il était déjà enterré dans le

trou qu'avec fait l'obus et on l'avait

bien recouvert de terre je crois que

le trou avait été aprofondi. Nous passons

ensuite tout près de la ferme de la

Certine et nous allons vers la droite

chemin faisant on trouve un caporal

du 7e tué de la veille on prend la

plaque d'identité et nous allons à la

ferme de Montholon, là les balles n'y

siflaient pas beaucoup, ni les obus non 

plus, mais il en tombait quelques-

uns de temps en temp tout de mê-

me. A l'emplacement que nous occup-

pions la veille et  l'avant vielle, on

était sur une crête et les allemands 

étaient sur la crête en face, alors

tout y tapait puis l'artillerie atti-

rait beaucoup leur attention, elle

était en terrain découvert et les a-

vions l'avaient repérée et c'est pour-

quoi le soir ils nous avaient si bien

arrossés. Le groupe a été obligé de

changer de place. A la ferme où

nous étions donc allés ce jour du 

9 septembre il y avait la division, toutes

les Cies H Rang de la division et les servi-

ce sanitaires, je me rappelle que

depuis trois ou quatre jours je souf-

frais beaucoup d'un gros bouton qui

m'était venu sur le genou gauche

et toute la jambe était enflée, alors je

allé me faire mettre de la teinture

d'iode et cela le fit murir un peu

plus vite. Là je vis de nouveau le fils

Bergogne d'Albas qui était au téléphone

del 7e et on a passé un bon moment 

ensemble. Ce même jour nous avons

vu descendre un aéroplane Allemand

un obus français la partagé en deux

c'était le premier que je voyais descen-

dre. Comme nourriture toujours

pareil des conserves quelques biscuit

et de l'eau, mais nous avons eu

du dessert car dans les jardins

de la ferme il y avait de ruches

renversées et nous sommes allés en

chercher, puis on est allé avec Combal-

bert et Caillou en chercher d'autre et

nous l'avons fait fondre et mis dans

deux bouteilles, nous en avons eu

là une petite provision

Transcription saved

 Titre  Le 9 septembre 1914 { Bataille de la Marne

Nous avons passé la nuit dans le vallon

et avant le jour nous repartons, nous

repassons où avait été tué le Lieutenant

et les autres, il était déjà enterré dans le

trou qu'avec fait l'obus et on l'avait

bien recouvert de terre je crois que

le trou avait été aprofondi. Nous passons

ensuite tout près de la ferme de la

Certine et nous allons vers la droite

chemin faisant on trouve un caporal

du 7e tué de la veille on prend la

plaque d'identité et nous allons à la

ferme de Montholon, là les balles n'y

siflaient pas beaucoup, ni les obus non 

plus, mais il en tombait quelques-

uns de temps en temp tout de mê-

me. A l'emplacement que nous occup-

pions la veille et  l'avant vielle, on

était sur une crête et les allemands 

étaient sur la crête en face, alors

tout y tapait puis l'artillerie atti-

rait beaucoup leur attention, elle

était en terrain découvert et les a-

vions l'avaient repérée et c'est pour-

quoi le soir ils nous avaient si bien

arrossés. Le groupe a été obligé de

changer de place. A la ferme où

nous étions donc allés ce jour du 

9 septembre il y avait la division, toutes

les Cies H Rang de la division et les servi-

ce sanitaires, je me rappelle que

depuis trois ou quatre jours je souf-

frais beaucoup d'un gros bouton qui

m'était venu sur le genou gauche

et toute la jambe était enflée, alors je

allé me faire mettre de la teinture

d'iode et cela le fit murir un peu

plus vite. Là je vis de nouveau le fils

Bergogne d'Albas qui était au téléphone

del 7e et on a passé un bon moment 

ensemble. Ce même jour nous avons

vu descendre un aéroplane Allemand

un obus français la partagé en deux

c'était le premier que je voyais descen-

dre. Comme nourriture toujours

pareil des conserves quelques biscuit

et de l'eau, mais nous avons eu

du dessert car dans les jardins

de la ferme il y avait de ruches

renversées et nous sommes allés en

chercher, puis on est allé avec Combal-

bert et Caillou en chercher d'autre et

nous l'avons fait fondre et mis dans

deux bouteilles, nous en avons eu

là une petite provision


Transcription history
  • April 3, 2017 15:55:17 Johann Grimm

     Titre  Le 9 septembre 1914 { Bataille de la Marne

    Nous avons passé la nuit dans le vallon

    et avant le jour nous repartons, nous

    repassons où avait été tué le Lieutenant

    et les autres, il était déjà enterré dans le

    trou qu'avec fait l'obus et on l'avait

    bien recouvert de terre je crois que

    le trou avait été aprofondi. Nous passons

    ensuite tout près de la ferme de la

    Certine et nous allons vers la droite

    chemin faisant on trouve un caporal

    du 7e tué de la veille on prend la

    plaque d'identité et nous allons à la

    ferme de Montholon, là les balles n'y

    siflaient pas beaucoup, ni les obus non 

    plus, mais il en tombait quelques-

    uns de temps en temp tout de mê-

    me. A l'emplacement que nous occup-

    pions la veille et  l'avant vielle, on

    était sur une crête et les allemands 

    étaient sur la crête en face, alors

    tout y tapait puis l'artillerie atti-

    rait beaucoup leur attention, elle

    était en terrain découvert et les a-

    vions l'avaient repérée et c'est pour-

    quoi le soir ils nous avaient si bien

    arrossés. Le groupe a été obligé de

    changer de place. A la ferme où

    nous étions donc allés ce jour du 

    9 septembre il y avait la division, toutes

    les Cies H Rang de la division et les servi-

    ce sanitaires, je me rappelle que

    depuis trois ou quatre jours je souf-

    frais beaucoup d'un gros bouton qui

    m'était venu sur le genou gauche

    et toute la jambe était enflée, alors je

    allé me faire mettre de la teinture

    d'iode et cela le fit murir un peu

    plus vite. Là je vis de nouveau le fils

    Bergogne d'Albas qui était au téléphone

    del 7e et on a passé un bon moment 

    ensemble. Ce même jour nous avons

    vu descendre un aéroplane Allemand

    un obus français la partagé en deux

    c'était le premier que je voyais descen-

    dre. Comme nourriture toujours

    pareil des conserves quelques biscuit

    et de l'eau, mais nous avons eu

    du dessert car dans les jardins

    de la ferme il y avait de ruches

    renversées et nous sommes allés en

    chercher, puis on est allé avec Combal-

    bert et Caillou en chercher d'autre et

    nous l'avons fait fondre et mis dans

    deux bouteilles, nous en avons eu

    là une petite provision


Description

Save description
    Location(s)


    ID
    9286 / 88465
    Source
    http://europeana1914-1918.eu/...
    Contributor
    DELRIEU
    License
    http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/







    Notes and questions

    Login to leave a note