Carnet de guerre, item 24

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

sables, Pendant toutes ces marches,
nous avions toujours à côté de
nous les convois de femmes, enfants
et vieillards qui fuyaient devant l'in-
vasion, les uns marchaient à pied,
les autres montaient de temps sur
les voitures où ils avaient entassés
pêle-mele tout ce qui avait le plus de
valeur pour eux de qu'il leur était
le plus utile. Jamais je n'aurais cru
voir dans ma vie une chose si triste.
Pauvres habitants il avaient abandonné
maison, bétail, et tout ce qu'ils avaient
et s'en allaient triste sans savoir où ils
pourraient trouver un abris. Il n'aurait
pas eu un parmi nous, qui n'aurais
pas été triste en les voyant passer et
cela devait continuer ainsi pendant
4 ou 5 jours encore. Le soir à Leffin-
court il est arrivé un détachement
de tirailleurs algériens qui nous faisaient
bien rire avec leurs réflexions.

 Titre  Le 31 Aout 1914
Vers une heure de la nuit nous avons
une fausse alerte (1) mais vers trois
heures c'est pour tout de bon, nous
revenons tout près de Mazagran, nous
restons dans un champ un bon mo-
ment puis nous revenons à Leffincourt
réquisitionner des outils. Tout en cherchant
dans le village j'ai rencontré Aillet de
Luzech, nous avons échangé quelques pa-
roles et vons continué chacun notre
travail. Nous revenons tout près et un
peu en arrière de Mazagran, la sur la
lisière d'un petit bois on nous fait faire
des abattis, cette opération consiste à cou-
per les arbres à 1 mètre de hauteur et
à les lier les uns aux autres, cela constitue
une petite défense. Puis il a fallu
placer une ligne, il était presque
nuit quand nous l'avons placée et il
a fallu la relever presque de suite
et nous étions heureux de la lune qui
nous éclairait un peu. Vers 10 heures ce
travail fini nous nous couchons dans le
fossé de la route. Ce jour-là on a fit
qu'on allait remplacer au service
téléphonique les cinq hommes qui
avaient étés évacués, alors je me suis
empressés de le proposer et de faire
tout mon possible pour qu'il soit
accepté, chose qui eut lieu quelques
jours plus tard.

Transcription saved

sables, Pendant toutes ces marches,
nous avions toujours à côté de
nous les convois de femmes, enfants
et vieillards qui fuyaient devant l'in-
vasion, les uns marchaient à pied,
les autres montaient de temps sur
les voitures où ils avaient entassés
pêle-mele tout ce qui avait le plus de
valeur pour eux de qu'il leur était
le plus utile. Jamais je n'aurais cru
voir dans ma vie une chose si triste.
Pauvres habitants il avaient abandonné
maison, bétail, et tout ce qu'ils avaient
et s'en allaient triste sans savoir où ils
pourraient trouver un abris. Il n'aurait
pas eu un parmi nous, qui n'aurais
pas été triste en les voyant passer et
cela devait continuer ainsi pendant
4 ou 5 jours encore. Le soir à Leffin-
court il est arrivé un détachement
de tirailleurs algériens qui nous faisaient
bien rire avec leurs réflexions.

 Titre  Le 31 Aout 1914
Vers une heure de la nuit nous avons
une fausse alerte (1) mais vers trois
heures c'est pour tout de bon, nous
revenons tout près de Mazagran, nous
restons dans un champ un bon mo-
ment puis nous revenons à Leffincourt
réquisitionner des outils. Tout en cherchant
dans le village j'ai rencontré Aillet de
Luzech, nous avons échangé quelques pa-
roles et vons continué chacun notre
travail. Nous revenons tout près et un
peu en arrière de Mazagran, la sur la
lisière d'un petit bois on nous fait faire
des abattis, cette opération consiste à cou-
per les arbres à 1 mètre de hauteur et
à les lier les uns aux autres, cela constitue
une petite défense. Puis il a fallu
placer une ligne, il était presque
nuit quand nous l'avons placée et il
a fallu la relever presque de suite
et nous étions heureux de la lune qui
nous éclairait un peu. Vers 10 heures ce
travail fini nous nous couchons dans le
fossé de la route. Ce jour-là on a fit
qu'on allait remplacer au service
téléphonique les cinq hommes qui
avaient étés évacués, alors je me suis
empressés de le proposer et de faire
tout mon possible pour qu'il soit
accepté, chose qui eut lieu quelques
jours plus tard.


Transcription history
  • March 30, 2017 22:27:19 Johann Grimm

    sables, Pendant toutes ces marches,
    nous avions toujours à côté de
    nous les convois de femmes, enfants
    et vieillards qui fuyaient devant l'in-
    vasion, les uns marchaient à pied,
    les autres montaient de temps sur
    les voitures où ils avaient entassés
    pêle-mele tout ce qui avait le plus de
    valeur pour eux de qu'il leur était
    le plus utile. Jamais je n'aurais cru
    voir dans ma vie une chose si triste.
    Pauvres habitants il avaient abandonné
    maison, bétail, et tout ce qu'ils avaient
    et s'en allaient triste sans savoir où ils
    pourraient trouver un abris. Il n'aurait
    pas eu un parmi nous, qui n'aurais
    pas été triste en les voyant passer et
    cela devait continuer ainsi pendant
    4 ou 5 jours encore. Le soir à Leffin-
    court il est arrivé un détachement
    de tirailleurs algériens qui nous faisaient
    bien rire avec leurs réflexions.

     Titre  Le 31 Aout 1914
    Vers une heure de la nuit nous avons
    une fausse alerte (1) mais vers trois
    heures c'est pour tout de bon, nous
    revenons tout près de Mazagran, nous
    restons dans un champ un bon mo-
    ment puis nous revenons à Leffincourt
    réquisitionner des outils. Tout en cherchant
    dans le village j'ai rencontré Aillet de
    Luzech, nous avons échangé quelques pa-
    roles et vons continué chacun notre
    travail. Nous revenons tout près et un
    peu en arrière de Mazagran, la sur la
    lisière d'un petit bois on nous fait faire
    des abattis, cette opération consiste à cou-
    per les arbres à 1 mètre de hauteur et
    à les lier les uns aux autres, cela constitue
    une petite défense. Puis il a fallu
    placer une ligne, il était presque
    nuit quand nous l'avons placée et il
    a fallu la relever presque de suite
    et nous étions heureux de la lune qui
    nous éclairait un peu. Vers 10 heures ce
    travail fini nous nous couchons dans le
    fossé de la route. Ce jour-là on a fit
    qu'on allait remplacer au service
    téléphonique les cinq hommes qui
    avaient étés évacués, alors je me suis
    empressés de le proposer et de faire
    tout mon possible pour qu'il soit
    accepté, chose qui eut lieu quelques
    jours plus tard.

Description

Save description
  • 49.386577||4.546435||

    Leffincourt

  • 49.391629||4.584693||

    Mazagran

  • 44.476911||1.289267||

    Luzech

Location(s)
  • Document location Leffincourt
  • Additional document location Mazagran
  • Additional document location Luzech
Login and add location


ID
9286 / 88458
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
DELRIEU
Licence
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/


Login to edit the languages

Login to edit the fronts

Login to add keywords

Login and add links

Notes and questions

Login to leave a note