Carnet de guerre, item 14

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

 Titre  Le 19 Août 1914
Nous partons au jour, et nous nous
dirigeons vers Beaumont, à fur et à
mesure que nous avançons le pays
devient de plus en plus fertile et les
champs de blés commencent à succé-
der aux prairies, nous passons à
Beaumont vers midi, c'est tout bondé
comme à Buzancy de camions automobiles
de tous les services, en passant je serre
la main à Ros de Luzech qui est aux
infirmiers de corps. Nous arrivons à
Létane dans l'après-midi, nous som-
mes cantonnés dans une vieille mai-
son abandonnée, et nous nous y
trouvons. A l'entrée de la nuit le
Lieutenant Crouzet vient nous dire que
le lendemain il faut placer une
ligne téléphonique entre Létane
et Pouilly. Alors nous allons recon-
naître un peu l'itinéraire à suivre
puisque sur les bords de la Meuse et
trouvons même un petit bateau qui
devra nous servir le lendemain
pour traverser la rivière. Il est con-
venu que l'équipe Durens placera la
ligne de la Meuse jusque dans le village
de Létane et mon équipe placera la li-
gne de la Meuse jusqu'à Pouilly.
Ce jour-là nous avons reçu pour
la première fois des lettres venant du
pays et nous étions tous très heureux
d'avoir des nouvelles de ceux qui nous
sont si chers.

Titre Le 20 Aout 1914
Au petit jour nous partons, avec tou-
te mon équipe, en arrivant sur les bords
de la rivière nous prenons des perches qui
se trouvaient en tas tout à côté et la
moitié d'entre nous passe avec le petit
bateau de l'autre côté, l'autre moitié
passe ensuite et nous installons la
ligne, le Lieutenant nous donne la direc-
tion à suivre. A un certain moment il
nous manque des perches, nous repartons
quelques uns en chercher d'autres. Je me
rappellerai longtemps cette belle mati-
née sur les bords de la Meuse, l'air m'y
à paru plus pûr que partout ailleurs
Dans la plaine que nous traversons les
récoltes doivent y pousser très car jamais
de ma vie je n'ai vu de plus beau blé
et de la plus belle avoine. Nous arrivons
à Pouilly et nous installons le téléphone
dans la mairie, il y a déjà celui du
88e installé, nous faisons des essais
et tout marche bien. On prend la
garde et les autres nous faisons un tour
dans le village et jusque sur les bords
de la Meuse car elle passe là aussi,
plusieurs grands bâteaux y naviguent
un bateau à vapeur Belge passe aussi.
Celui-là a eu l'avantage de nous donner
un peu de travail en nous cassant la
ligne au bon milieu de la rivière, mais
l'autre équipe qui est tout près de cet
endroit la répare immédiatement. Le
soir j'organise le service pour la nuit
car au téléphone il faut qu'on veille
constamment.

Transcription saved

 Titre  Le 19 Août 1914
Nous partons au jour, et nous nous
dirigeons vers Beaumont, à fur et à
mesure que nous avançons le pays
devient de plus en plus fertile et les
champs de blés commencent à succé-
der aux prairies, nous passons à
Beaumont vers midi, c'est tout bondé
comme à Buzancy de camions automobiles
de tous les services, en passant je serre
la main à Ros de Luzech qui est aux
infirmiers de corps. Nous arrivons à
Létane dans l'après-midi, nous som-
mes cantonnés dans une vieille mai-
son abandonnée, et nous nous y
trouvons. A l'entrée de la nuit le
Lieutenant Crouzet vient nous dire que
le lendemain il faut placer une
ligne téléphonique entre Létane
et Pouilly. Alors nous allons recon-
naître un peu l'itinéraire à suivre
puisque sur les bords de la Meuse et
trouvons même un petit bateau qui
devra nous servir le lendemain
pour traverser la rivière. Il est con-
venu que l'équipe Durens placera la
ligne de la Meuse jusque dans le village
de Létane et mon équipe placera la li-
gne de la Meuse jusqu'à Pouilly.
Ce jour-là nous avons reçu pour
la première fois des lettres venant du
pays et nous étions tous très heureux
d'avoir des nouvelles de ceux qui nous
sont si chers.

Titre Le 20 Aout 1914
Au petit jour nous partons, avec tou-
te mon équipe, en arrivant sur les bords
de la rivière nous prenons des perches qui
se trouvaient en tas tout à côté et la
moitié d'entre nous passe avec le petit
bateau de l'autre côté, l'autre moitié
passe ensuite et nous installons la
ligne, le Lieutenant nous donne la direc-
tion à suivre. A un certain moment il
nous manque des perches, nous repartons
quelques uns en chercher d'autres. Je me
rappellerai longtemps cette belle mati-
née sur les bords de la Meuse, l'air m'y
à paru plus pûr que partout ailleurs
Dans la plaine que nous traversons les
récoltes doivent y pousser très car jamais
de ma vie je n'ai vu de plus beau blé
et de la plus belle avoine. Nous arrivons
à Pouilly et nous installons le téléphone
dans la mairie, il y a déjà celui du
88e installé, nous faisons des essais
et tout marche bien. On prend la
garde et les autres nous faisons un tour
dans le village et jusque sur les bords
de la Meuse car elle passe là aussi,
plusieurs grands bâteaux y naviguent
un bateau à vapeur Belge passe aussi.
Celui-là a eu l'avantage de nous donner
un peu de travail en nous cassant la
ligne au bon milieu de la rivière, mais
l'autre équipe qui est tout près de cet
endroit la répare immédiatement. Le
soir j'organise le service pour la nuit
car au téléphone il faut qu'on veille
constamment.


Transcription history
  • March 28, 2017 03:02:48 Johann Grimm

     Titre  Le 19 Août 1914
    Nous partons au jour, et nous nous
    dirigeons vers Beaumont, à fur et à
    mesure que nous avançons le pays
    devient de plus en plus fertile et les
    champs de blés commencent à succé-
    der aux prairies, nous passons à
    Beaumont vers midi, c'est tout bondé
    comme à Buzancy de camions automobiles
    de tous les services, en passant je serre
    la main à Ros de Luzech qui est aux
    infirmiers de corps. Nous arrivons à
    Létane dans l'après-midi, nous som-
    mes cantonnés dans une vieille mai-
    son abandonnée, et nous nous y
    trouvons. A l'entrée de la nuit le
    Lieutenant Crouzet vient nous dire que
    le lendemain il faut placer une
    ligne téléphonique entre Létane
    et Pouilly. Alors nous allons recon-
    naître un peu l'itinéraire à suivre
    puisque sur les bords de la Meuse et
    trouvons même un petit bateau qui
    devra nous servir le lendemain
    pour traverser la rivière. Il est con-
    venu que l'équipe Durens placera la
    ligne de la Meuse jusque dans le village
    de Létane et mon équipe placera la li-
    gne de la Meuse jusqu'à Pouilly.
    Ce jour-là nous avons reçu pour
    la première fois des lettres venant du
    pays et nous étions tous très heureux
    d'avoir des nouvelles de ceux qui nous
    sont si chers.

    Titre Le 20 Aout 1914
    Au petit jour nous partons, avec tou-
    te mon équipe, en arrivant sur les bords
    de la rivière nous prenons des perches qui
    se trouvaient en tas tout à côté et la
    moitié d'entre nous passe avec le petit
    bateau de l'autre côté, l'autre moitié
    passe ensuite et nous installons la
    ligne, le Lieutenant nous donne la direc-
    tion à suivre. A un certain moment il
    nous manque des perches, nous repartons
    quelques uns en chercher d'autres. Je me
    rappellerai longtemps cette belle mati-
    née sur les bords de la Meuse, l'air m'y
    à paru plus pûr que partout ailleurs
    Dans la plaine que nous traversons les
    récoltes doivent y pousser très car jamais
    de ma vie je n'ai vu de plus beau blé
    et de la plus belle avoine. Nous arrivons
    à Pouilly et nous installons le téléphone
    dans la mairie, il y a déjà celui du
    88e installé, nous faisons des essais
    et tout marche bien. On prend la
    garde et les autres nous faisons un tour
    dans le village et jusque sur les bords
    de la Meuse car elle passe là aussi,
    plusieurs grands bâteaux y naviguent
    un bateau à vapeur Belge passe aussi.
    Celui-là a eu l'avantage de nous donner
    un peu de travail en nous cassant la
    ligne au bon milieu de la rivière, mais
    l'autre équipe qui est tout près de cet
    endroit la répare immédiatement. Le
    soir j'organise le service pour la nuit
    car au téléphone il faut qu'on veille
    constamment.


Description

Save description
  • 49.538013||5.056897||

    Beaumont

  • 49.544613||5.080991||

    Létane

  • 49.540293||5.109167||

    Pouilly

Location(s)
  • Document location Beaumont
  • Additional document location Létane
  • Additional document location Pouilly
Login and add location


ID
9286 / 88410
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
DELRIEU
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/


Login to edit the languages

Login to edit the fronts

Login to add keywords

Login and add links

Notes and questions

Login to leave a note