FRAD066_054 Gustave Mathon, item 7

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

 page de gauche 

54/


LE REGRET


 partie gauche 

1er Couplet

J'lavais rencontré, boulvard bonn' nouvelle

Il pleuvait très fort, j'lui offris mon bras "

Je veux bien monsieur, me répondit-elle.

Ma foi quand il pleut çà ne se refus' pas".

J'écoutai ravi son gai bavardage.

Pour le lendemain on prit rendez-vous.

Au bout de quelques temps j'l'aimai comme un fou.

Elle m'adorait, ce fut le collage.


Refrain

Et le soir dans ses bras.

J'oubliai le coeur las.

Chagrins et tristesses.

Et comm' dessert souvent.

nous n'avions seulement.

Rien que des caresses.

Je lui disais "m'amour".

Oui tu seras toujours.

Ma p'tit' maîtresse.

Car ton sourire vermeil.

Est un rayon d'soleil.

Dans ma jeunesse.


 partie droite 

2e Couplet

Tout à une fin surtout les tendresses.

Mon père un matin, s'en vint à Paris.

Comment me dit-il t'as une maitresse.

Faut rentrer chez nous, déguerpir d'ici.

Pour combl' ajout'-t'il ; c'est une ouvrière.

Avec un trottin, toi futur docteur.

J' tachai d'expliquer que j'écoutai mon coeur.

Dans la vie m'dit-il l'coeur n'a rien à faire.


Refrain

Ell' me dit faut partir.

Je veux pas t'r'tenir.

La fête est finie

Je ne suis qu'un trottin.

Mais va, je t'aime bien.

Plus que tout' ma vie.

Heureux de son pardon.

Je quittai la maison.

Sans tristesse aucune.

M'disant pour l'oublier.

En provinc' j'vais aimer

Une autre brune.


 partie gauche

3 Couplet

Dix ans sont passés, j'suis pèr' de famille.

Bon bourgeois rangé, marié sans amour.

D'un très rich' voisin, j'épousai la fille,

Mais de ma maitress' je m'souviens toujours.

D'passage à Paris, je l'ai rencontrée,

Je t'présnt' mon mari nous sommes très heureux.

Mais je vis des larmes perler dans ses yeux.

Puis ils disparurent dans la  foul' pressée.


Refrain

A mon coeur angoissé.

 partie droite 

Revint tout le passé

Toute ma jeunesse.

Ce bonheur des vingt ans.

Qu'on quitte pour d'l'argent.

Pour quelque richesse.

Et tout seul en ce jour.

Sans joie et sans amour.

Je pensais amie.

Par un soir de printemps.

En t'quittant j'ai bêtement.

Gaché ma vie.


 page de droite 

55/


La veuve

Joyeuse


(Crepuscule)

Lorsque la douce nuit tend ses voiles,

Quand scintillent sans bruit les étoiles,

Voyant mourir le jour qui s'achève

Tout porte au rêve à l'entour ;

Ma pensée est vers vous et se pâme.

Et dans mon coeur jaloux de votre âme

Je ressens un frisson qui m'énivre.

Ah, c'est bon, oui c'est bien bon de vivre


Refrain

Heure exquise

Qui nous grise

Lentement

La caresse

La promesse

Du moment

L'inéffable étreinte, de nos désirs fous.

Tout dit : gardez-moi, puisque je suis à vous.


Aube

Au lever du soleil.

Quand l'aurore

Vous incite au réveil.

C'est encore

Que pour vous, mon trésor,

Mon doux maître,

Votre mon être,

A l'essor.


Je me crois dans vos bras,

Je m'oublie

Vous murmurant tout bas

Mon envie

L'amour de ses faveurs,

Nous inonde,

Et nos coeurs

S'envolent de ce monde.

(au refrain)

Transcription saved

 page de gauche 

54/


LE REGRET


 partie gauche 

1er Couplet

J'lavais rencontré, boulvard bonn' nouvelle

Il pleuvait très fort, j'lui offris mon bras "

Je veux bien monsieur, me répondit-elle.

Ma foi quand il pleut çà ne se refus' pas".

J'écoutai ravi son gai bavardage.

Pour le lendemain on prit rendez-vous.

Au bout de quelques temps j'l'aimai comme un fou.

Elle m'adorait, ce fut le collage.


Refrain

Et le soir dans ses bras.

J'oubliai le coeur las.

Chagrins et tristesses.

Et comm' dessert souvent.

nous n'avions seulement.

Rien que des caresses.

Je lui disais "m'amour".

Oui tu seras toujours.

Ma p'tit' maîtresse.

Car ton sourire vermeil.

Est un rayon d'soleil.

Dans ma jeunesse.


 partie droite 

2e Couplet

Tout à une fin surtout les tendresses.

Mon père un matin, s'en vint à Paris.

Comment me dit-il t'as une maitresse.

Faut rentrer chez nous, déguerpir d'ici.

Pour combl' ajout'-t'il ; c'est une ouvrière.

Avec un trottin, toi futur docteur.

J' tachai d'expliquer que j'écoutai mon coeur.

Dans la vie m'dit-il l'coeur n'a rien à faire.


Refrain

Ell' me dit faut partir.

Je veux pas t'r'tenir.

La fête est finie

Je ne suis qu'un trottin.

Mais va, je t'aime bien.

Plus que tout' ma vie.

Heureux de son pardon.

Je quittai la maison.

Sans tristesse aucune.

M'disant pour l'oublier.

En provinc' j'vais aimer

Une autre brune.


 partie gauche

3 Couplet

Dix ans sont passés, j'suis pèr' de famille.

Bon bourgeois rangé, marié sans amour.

D'un très rich' voisin, j'épousai la fille,

Mais de ma maitress' je m'souviens toujours.

D'passage à Paris, je l'ai rencontrée,

Je t'présnt' mon mari nous sommes très heureux.

Mais je vis des larmes perler dans ses yeux.

Puis ils disparurent dans la  foul' pressée.


Refrain

A mon coeur angoissé.

 partie droite 

Revint tout le passé

Toute ma jeunesse.

Ce bonheur des vingt ans.

Qu'on quitte pour d'l'argent.

Pour quelque richesse.

Et tout seul en ce jour.

Sans joie et sans amour.

Je pensais amie.

Par un soir de printemps.

En t'quittant j'ai bêtement.

Gaché ma vie.


 page de droite 

55/


La veuve

Joyeuse


(Crepuscule)

Lorsque la douce nuit tend ses voiles,

Quand scintillent sans bruit les étoiles,

Voyant mourir le jour qui s'achève

Tout porte au rêve à l'entour ;

Ma pensée est vers vous et se pâme.

Et dans mon coeur jaloux de votre âme

Je ressens un frisson qui m'énivre.

Ah, c'est bon, oui c'est bien bon de vivre


Refrain

Heure exquise

Qui nous grise

Lentement

La caresse

La promesse

Du moment

L'inéffable étreinte, de nos désirs fous.

Tout dit : gardez-moi, puisque je suis à vous.


Aube

Au lever du soleil.

Quand l'aurore

Vous incite au réveil.

C'est encore

Que pour vous, mon trésor,

Mon doux maître,

Votre mon être,

A l'essor.


Je me crois dans vos bras,

Je m'oublie

Vous murmurant tout bas

Mon envie

L'amour de ses faveurs,

Nous inonde,

Et nos coeurs

S'envolent de ce monde.

(au refrain)


Transcription history
  • July 10, 2017 20:48:21 François Aubrée

     page de gauche 

    54/


    LE REGRET


     partie gauche 

    1er Couplet

    J'lavais rencontré, boulvard bonn' nouvelle

    Il pleuvait très fort, j'lui offris mon bras "

    Je veux bien monsieur, me répondit-elle.

    Ma foi quand il pleut çà ne se refus' pas".

    J'écoutai ravi son gai bavardage.

    Pour le lendemain on prit rendez-vous.

    Au bout de quelques temps j'l'aimai comme un fou.

    Elle m'adorait, ce fut le collage.


    Refrain

    Et le soir dans ses bras.

    J'oubliai le coeur las.

    Chagrins et tristesses.

    Et comm' dessert souvent.

    nous n'avions seulement.

    Rien que des caresses.

    Je lui disais "m'amour".

    Oui tu seras toujours.

    Ma p'tit' maîtresse.

    Car ton sourire vermeil.

    Est un rayon d'soleil.

    Dans ma jeunesse.


     partie droite 

    2e Couplet

    Tout à une fin surtout les tendresses.

    Mon père un matin, s'en vint à Paris.

    Comment me dit-il t'as une maitresse.

    Faut rentrer chez nous, déguerpir d'ici.

    Pour combl' ajout'-t'il ; c'est une ouvrière.

    Avec un trottin, toi futur docteur.

    J' tachai d'expliquer que j'écoutai mon coeur.

    Dans la vie m'dit-il l'coeur n'a rien à faire.


    Refrain

    Ell' me dit faut partir.

    Je veux pas t'r'tenir.

    La fête est finie

    Je ne suis qu'un trottin.

    Mais va, je t'aime bien.

    Plus que tout' ma vie.

    Heureux de son pardon.

    Je quittai la maison.

    Sans tristesse aucune.

    M'disant pour l'oublier.

    En provinc' j'vais aimer

    Une autre brune.


     partie gauche

    3 Couplet

    Dix ans sont passés, j'suis pèr' de famille.

    Bon bourgeois rangé, marié sans amour.

    D'un très rich' voisin, j'épousai la fille,

    Mais de ma maitress' je m'souviens toujours.

    D'passage à Paris, je l'ai rencontrée,

    Je t'présnt' mon mari nous sommes très heureux.

    Mais je vis des larmes perler dans ses yeux.

    Puis ils disparurent dans la  foul' pressée.


    Refrain

    A mon coeur angoissé.

     partie droite 

    Revint tout le passé

    Toute ma jeunesse.

    Ce bonheur des vingt ans.

    Qu'on quitte pour d'l'argent.

    Pour quelque richesse.

    Et tout seul en ce jour.

    Sans joie et sans amour.

    Je pensais amie.

    Par un soir de printemps.

    En t'quittant j'ai bêtement.

    Gaché ma vie.


     page de droite 

    55/


    La veuve

    Joyeuse


    (Crepuscule)

    Lorsque la douce nuit tend ses voiles,

    Quand scintillent sans bruit les étoiles,

    Voyant mourir le jour qui s'achève

    Tout porte au rêve à l'entour ;

    Ma pensée est vers vous et se pâme.

    Et dans mon coeur jaloux de votre âme

    Je ressens un frisson qui m'énivre.

    Ah, c'est bon, oui c'est bien bon de vivre


    Refrain

    Heure exquise

    Qui nous grise

    Lentement

    La caresse

    La promesse

    Du moment

    L'inéffable étreinte, de nos désirs fous.

    Tout dit : gardez-moi, puisque je suis à vous.


    Aube

    Au lever du soleil.

    Quand l'aurore

    Vous incite au réveil.

    C'est encore

    Que pour vous, mon trésor,

    Mon doux maître,

    Votre mon être,

    A l'essor.


    Je me crois dans vos bras,

    Je m'oublie

    Vous murmurant tout bas

    Mon envie

    L'amour de ses faveurs,

    Nous inonde,

    Et nos coeurs

    S'envolent de ce monde.

    (au refrain)

  • July 10, 2017 20:33:49 François Aubrée

     page de gauche 

    54/


    LE REGRET


     partie gauche 

    1er Couplet

    J'lavais rencontré, boulvard bonn' nouvelle

    Il pleuvait très fort, j'lui offris mon bras "

    Je veux bien monsieur, me répondit-elle.

    Ma foi quand il pleut çà ne se refus' pas".

    J'écoutai ravi son gai bavardage.

    Pour le lendemain on prit rendez-vous.

    Au bout de quelques temps j'l'aimai comme un fou.

    Elle m'adorait, ce fut le collage.


    Refrain

    Et le soir dans ses bras.

    J'oubliai le coeur las.

    Chagrins et tristesses.

    Et comm' dessert souvent.

    nous n'avions seulement.

    Rien que des caresses.

    Je lui disais "m'amour".

    Oui tu seras toujours.

    Ma p'tit' maîtresse.

    Car ton sourire vermeil.

    Est un rayon d'soleil.

    Dans ma jeunesse.


     partie droite 

    2e Couplet

    Tout à une fin surtout les tendresses.

    Mon père un matin, s'en vint à Paris.

    Comment me dit-il t'as une maitresse.

    Faut rentrer chez nous, déguerpir d'ici.

    Pour combl' ajout'-t'il ; c'est une ouvrière.

    Avec un trottin, toi futur docteur.

    J' tachai d'expliquer que j'écoutai mon coeur.

    Dans la vie m'dit-il l'coeur n'a rien à faire.


    Refrain

    Ell' me dit faut partir.

    Je veux pas t'r'tenir.

    La fête est finie

    Je ne suis qu'un trottin.

    Mais va, je t'aime bien.

    Plus que tout' ma vie.

    Heureux de son pardon.

    Je quittai la maison.

    Sans tristesse aucune.

    M'disant pour l'oublier.

    En provinc' j'vais aimer

    Une autre brune.


     partie gauche

    3 Couplet

    Dix ans sont passés, j'suis pèr' de famille.

    Bon bourgeois rangé, marié sans amour.

    D'un très rich' voisin, j'épousai la fille,

    Mais de ma maitress' je m'souviens toujours.

    D'passage à Paris, je l'ai rencontrée,

    Je t'présnt' mon mari nous sommes très heureux.

    Mais je vis des larmes perler dans ses yeux.

    Puis ils disparurent dans la  foul' pressée.


    Refrain

    A mon coeur angoissé.

     partie droite 

    Revint tout le passé

    Toute ma jeunesse.

    Ce bonheur des vingt ans.

    Qu'on quitte pour d'l'argent.

    Pour quelque richesse.

    Et tout seul en ce jour.

    Sans joie et sans amour.

    Je pensais amie.

    Par un soir de printemps.

    En t'quittant j'ai bêtement.

    Gaché ma vie.


     page de droite 



  • July 10, 2017 20:26:45 François Aubrée

    54/


    LE REGRET


    1er Couplet

    J'lavais rencontré, missing bonn' nouvelle

    Il pleuvait très fort, j'lui offris mon bras "

    Je veux bien monsieur, me répondit-elle.

    Ma foi quand il pleut çà ne se refus' pas".

    J'écoutai ravi son gai bavardage.

    Pour le lendemain on prit rendez-vous.

    Au bout de quelques temps j'l'aimai comme un fou.

    Elle m'adorait, ce fut le collage.


    Refrain

    Et le soir dans ses bras.

    J'oubliai le coeur las.

    Chagrins et tristesses.

    Et comm' dessert souvent.

    nous n'avions seulement.

    Rien que des caresses.

    Je lui disais "m'amour".

    Oui tu seras toujours.

    Ma p'tit' maîtresse.

    Car ton sourire vermeil.

    Est un rayon d'soleil.

    Dans ma jeunesse.


    2e Couplet

    Tout à une fin surtout les tendresses.

    Mon père un matin, s'en vint à Paris.

    Comment me dit-il t'as une maitresse.

    Faut rentrer chez nous, déguerpir d'ici.

    Pour combl' ajout'-t'il ; c'est une ouvrière.

    Avec un  bottin , toi futur docteur.

    J' tachai d'expliquer que j'écoutai mon coeur.

    Dans la vie m'dit-il l'coeur n'a rien à faire.


    Refrain

    Ell' me dit faut partir.

    Je veux pas t'r'tenir.

    La fête est finie

    Je ne suis qu'un  bottin .

    Mais va, je t'aime bien.

    Plus que tout' ma vie.

    Heureux de son pardon.

    Je quittai la maison.

    Sans tristesse aucune.

    M'disant pour l'oublier.

    En provinc' j'vais aimer

    Une autre brune.


    3 Couplet

    Dix ans sont passés, j'suis pèr' de famille.

    Bon bourgeois rangé, marié sans amour.

    D'un très rich' voisin, j'épousai la fille,

    Mais de ma maitress' je m'souviens toujours.

    D'passage à Paris, je l'ai rencontrée,

    Je t'présnt' mon mari nous sommes très heureux.

    Mais je vis des larmes perler dans ses yeux.

    Puis ils disparurent dans la  foul' pressée.




  • July 10, 2017 20:19:27 François Aubrée

    54/


    LE REGRET


    1er Couplet

    J'lavais rencontré, missing bonn' nouvelle

    Il pleuvait très fort, j'lui offris mon bras "

    Je veux bien monsieur, me répondit-elle.

    Ma foi quand il pleut çà ne se refus' pas".

    J'écoutai ravi son gai bavardage.

    Pour le lendemain on prit rendez-vous.

    Au bout de quelques temps j'l'aimai comme un fou.

    Elle m'adorait, ce fut le collage.


    Refrain

    Et le soir dans ses bras.

    J'oubliai le coeur las.

    Chagrins et tristesses.

    Et comm' dessert souvent.

    nous n'avions seulement.

    Rien que des caresses.

    Je lui disais "m'amour".

    Oui tu seras toujours.

    Ma p'tit' maîtresse.

    Car ton sourire vermeil.

    Est un rayon d'soleil.

    Dans ma jeunesse.


    2e Couplet

    Tout à une fin surtout les tendresses.

    Mon père un matin, s'en vint à Paris.

    Comment me dit-il t'as une maitresse.

    Faut rentrer chez nous, déguerpir d'ici.

    Pour combl' ajout'-t'il ; c'est une ouvrière.

    Avec un bottin, toi futur docteur.



  • July 10, 2017 20:17:03 François Aubrée

    54/


    LE REGRET


    1er Couplet

    J'lavais rencontré, missing bonn' nouvelle

    Il pleuvait très fort, j'lui offris mon bras "

    Je veux bien monsieur, me répondit-elle.

    Ma foi quand il pleut çà ne se refus' pas".

    J'écoutai ravi son gai bavardage.

    Pour le lendemain on prit rendez-vous.

    Au bout de quelques temps j'l'aimai comme un fou.

    Elle m'adorait, ce fut le collage.


    Refrain

    Et le soir dans ses bras.

    J'oubliai le coeur las.

    Chagrins et tristesses.

    Et comm' dessert souvent.

    nous n'avions seulement.

    Rien que des caresses.

    Je lui disais "m'amour".

    Oui tu seras toujours.

    Ma p'tit' maîtresse.

    Car ton sourire vermeil.

    Est un rayon d'soleil.

    Dans ma jeunesse.




Description

Save description
  • 44.002021359900056||4.184335384375004||

    Gard, France

    ||1
Location(s)
  • Story location Gard, France


ID
9013 / 106416
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Patrick Chapert, son petit-fils
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/


  • Français

  • Middle East
  • Western Front

  • Remembrance



Notes and questions

Login to leave a note