FRBNSA-039 Marcel Cottereau, sculpteur, item 108

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

page gauche

J'entre ; l'habit militaire autorise 

toutes les audaces. Au premier coup 

c'est un larbin qui n'est pas engageant ; 

il n'y a sûrement pas de place. Survient 

un Deuxième larbin moins rosse 

qui dit "je vais toujours demander 

à Madame". Il me mène à 

Madame qui elle est aimable 

et grâcieuse mais ne peut se 

pronouncer et m'envoie à son 

mari. Son mari est au jardin 

taille ses arbres, coupe les 

Gourmands - ; il m'interroge 

engage la conversation, la 

prolonge puis finalement 

m'emmène dans un bâtiment 

par derrière me fait monter un 

page droite

escalier, ouvre une porte sur 

un long couloir - "Tenez. voilà pour 

votre bureau," m'ouvre une 2e

porte à côté. "Voilà pour 

votre coucher" Trois lits, c'est 

le rêve : Sergt. Major xxx fournier , 

Capt. fourné  l'inséparable trinité. 

C'est parfait il ne me reste qu'à 

remercier, ce que je fais avec 

empressement et effusion. 

Et maintenant, mes pièces achevées, 

ma dernière pensée de la journée sera 

pour vous mes chers absents qui 

êtes loin de vous douter que je viens 

de change de domicile encore 

une fois. 

Transcription saved

page gauche

J'entre ; l'habit militaire autorise 

toutes les audaces. Au premier coup 

c'est un larbin qui n'est pas engageant ; 

il n'y a sûrement pas de place. Survient 

un Deuxième larbin moins rosse 

qui dit "je vais toujours demander 

à Madame". Il me mène à 

Madame qui elle est aimable 

et grâcieuse mais ne peut se 

pronouncer et m'envoie à son 

mari. Son mari est au jardin 

taille ses arbres, coupe les 

Gourmands - ; il m'interroge 

engage la conversation, la 

prolonge puis finalement 

m'emmène dans un bâtiment 

par derrière me fait monter un 

page droite

escalier, ouvre une porte sur 

un long couloir - "Tenez. voilà pour 

votre bureau," m'ouvre une 2e

porte à côté. "Voilà pour 

votre coucher" Trois lits, c'est 

le rêve : Sergt. Major xxx fournier , 

Capt. fourné  l'inséparable trinité. 

C'est parfait il ne me reste qu'à 

remercier, ce que je fais avec 

empressement et effusion. 

Et maintenant, mes pièces achevées, 

ma dernière pensée de la journée sera 

pour vous mes chers absents qui 

êtes loin de vous douter que je viens 

de change de domicile encore 

une fois. 


Transcription history
  • July 20, 2019 04:07:02 Amy Benson

    page gauche

    J'entre ; l'habit militaire autorise 

    toutes les audaces. Au premier coup 

    c'est un larbin qui n'est pas engageant ; 

    il n'y a sûrement pas de place. Survient 

    un Deuxième larbin moins rosse 

    qui dit "je vais toujours demander 

    à Madame". Il me mène à 

    Madame qui elle est aimable 

    et grâcieuse mais ne peut se 

    pronouncer et m'envoie à son 

    mari. Son mari est au jardin 

    taille ses arbres, coupe les 

    Gourmands - ; il m'interroge 

    engage la conversation, la 

    prolonge puis finalement 

    m'emmène dans un bâtiment 

    par derrière me fait monter un 

    page droite

    escalier, ouvre une porte sur 

    un long couloir - "Tenez. voilà pour 

    votre bureau," m'ouvre une 2e

    porte à côté. "Voilà pour 

    votre coucher" Trois lits, c'est 

    le rêve : Sergt. Major xxx fournier , 

    Capt. fourné  l'inséparable trinité. 

    C'est parfait il ne me reste qu'à 

    remercier, ce que je fais avec 

    empressement et effusion. 

    Et maintenant, mes pièces achevées, 

    ma dernière pensée de la journée sera 

    pour vous mes chers absents qui 

    êtes loin de vous douter que je viens 

    de change de domicile encore 

    une fois. 


  • July 20, 2019 04:06:30 Amy Benson

    page gauche

    J'entre ; l'habit militaire autorise 

    toutes les audaces. Au premier coup 

    c'est un larbin qui n'est pas engageant ; 

    il n'y a sûrement pas de place. Survient 

    un Deuxième larbin moins rosse 

    qui dit "je vais toujours demander 

    à Madame". Il me mène à 

    Madame qui elle est aimable 

    et grâcieuse mais ne peut se 

    pronouncer et m'envoie à son 

    mari. Son mari est au jardin 

    taille ses arbres, coupe les 

    Gourmands - ; il m'interroge 

    engage la conversation, la 

    prolonge puis finalement 

    m'emmène dans un bâtiment 

    par derrière me fait monter un 

    page droite

    escalier, ouvre une porte sur 

    un long couloir - "Tenez. voilà pour 

    votre bureau," m'ouvre une 2e

    porte à côté. "Voilà pour 

    votre coucher" Trois lits, c'est 

    le rêve : Sergt. Major xxx fournier , 

    Capt. fourné  l'inséparable trinité. 

    C'est parfait il ne me reste qu'à 

    remercier, ce que je fais avec 

    empressement et effusion. 

    Et maintenant, mes pièces achevées, 

    ma dernière pensée de la journée sera 

    pour vous mes chers absents qui 

    êtes loin de vous douter que je viens 

    de change de domicile encore 

    une fois. 


Description

Save description
  • 49.158793||5.38652890000003||

    Front occidental, région de Verdun

    ||1
Location(s)
  • Story location Front occidental, région de Verdun
Login and add location


ID
8748 / 247868
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Yves Cottereau
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/


January 4, 1916 – April 1, 1916
Login to edit the languages
  • Français

Login to edit the fronts
  • Western Front

Login to add keywords
  • Remembrance
  • Trench Life

Login and add links

Notes and questions

Login to leave a note