FRBNSA-039 Marcel Cottereau, sculpteur, item 103

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

page gauche

poison : ah! la guerre" 

Puis il m'a vu, il m'a reconnu, 

m'a pris la main "Ah : Cottereau, 

vous avez été bon pour moi ; je 

ne l'oublierai jamais" Alors je 

lui ai parlé doucement, le plus 

doucement possible, tâchant de 

le persuader de se laisser habiller, 

lui disant qu'on voulait l'emmener 

loin d'ici pour qu'il puisse 

se reposer, être tranquille. Il 

me regardait, disait oui, tout 

bas, puis brusquement il 

s'est rejeté en arrière sur le 

lit, en criant "la guerre, 

c'est la guerre." Oh! un cri! 

un cri guttural, une plainte 

page droite

horrible, et il se débattait comme 

une bête fauve, lui si doux, si calme. 

Ah! le triste spectacle!

Enfin nous avons réussi à l'habiller, 

à le faire descendre jusqu'à l'auto. 

A partir de ce moment il s'est 

laissé docilement conduire. 

Je n'ai pu l'accompagner : c'est 

le vieil ami Salmon qui a été chargé 

de cette pénible mission accompagné 

du caporal infirmier Renance. 

--- L'auto partie, je suis allé 

au Rapport. Il a fallu rien 

moins que ma volonté persistante 

de penser à vous tous, mes bien chers, 

pour m'arracher un peu à mes 

tristes pensées. Puis, le beau

Transcription saved

page gauche

poison : ah! la guerre" 

Puis il m'a vu, il m'a reconnu, 

m'a pris la main "Ah : Cottereau, 

vous avez été bon pour moi ; je 

ne l'oublierai jamais" Alors je 

lui ai parlé doucement, le plus 

doucement possible, tâchant de 

le persuader de se laisser habiller, 

lui disant qu'on voulait l'emmener 

loin d'ici pour qu'il puisse 

se reposer, être tranquille. Il 

me regardait, disait oui, tout 

bas, puis brusquement il 

s'est rejeté en arrière sur le 

lit, en criant "la guerre, 

c'est la guerre." Oh! un cri! 

un cri guttural, une plainte 

page droite

horrible, et il se débattait comme 

une bête fauve, lui si doux, si calme. 

Ah! le triste spectacle!

Enfin nous avons réussi à l'habiller, 

à le faire descendre jusqu'à l'auto. 

A partir de ce moment il s'est 

laissé docilement conduire. 

Je n'ai pu l'accompagner : c'est 

le vieil ami Salmon qui a été chargé 

de cette pénible mission accompagné 

du caporal infirmier Renance. 

--- L'auto partie, je suis allé 

au Rapport. Il a fallu rien 

moins que ma volonté persistante 

de penser à vous tous, mes bien chers, 

pour m'arracher un peu à mes 

tristes pensées. Puis, le beau


Transcription history
  • June 29, 2019 04:45:28 Amy Benson

    page gauche

    poison : ah! la guerre" 

    Puis il m'a vu, il m'a reconnu, 

    m'a pris la main "Ah : Cottereau, 

    vous avez été bon pour moi ; je 

    ne l'oublierai jamais" Alors je 

    lui ai parlé doucement, le plus 

    doucement possible, tâchant de 

    le persuader de se laisser habiller, 

    lui disant qu'on voulait l'emmener 

    loin d'ici pour qu'il puisse 

    se reposer, être tranquille. Il 

    me regardait, disait oui, tout 

    bas, puis brusquement il 

    s'est rejeté en arrière sur le 

    lit, en criant "la guerre, 

    c'est la guerre." Oh! un cri! 

    un cri guttural, une plainte 

    page droite

    horrible, et il se débattait comme 

    une bête fauve, lui si doux, si calme. 

    Ah! le triste spectacle!

    Enfin nous avons réussi à l'habiller, 

    à le faire descendre jusqu'à l'auto. 

    A partir de ce moment il s'est 

    laissé docilement conduire. 

    Je n'ai pu l'accompagner : c'est 

    le vieil ami Salmon qui a été chargé 

    de cette pénible mission accompagné 

    du caporal infirmier Renance. 

    --- L'auto partie, je suis allé 

    au Rapport. Il a fallu rien 

    moins que ma volonté persistante 

    de penser à vous tous, mes bien chers, 

    pour m'arracher un peu à mes 

    tristes pensées. Puis, le beau


  • June 20, 2019 04:42:52 Amy Benson

    page gauche

    poison : ah! la guerre" 

    Puis il m'a vu, il m'a reconnu, 

    m'a pris la main "Ah : Cottereau, 

    vous avez été bon pour moi ; je 

    ne l'oublierai jamais" Alors je 

    lui ai parlé doucement, le plus 

    doucement possible, tâchant de 

    le persuader de se laisser habiller, 

    lui disant qu'on voulait l'emmener 

    loin d'ici pour qu'il puisse 

    se reposer, être tranquille. Il 

    me regardait, disait oui, tout 

    bas, puis brusquement il 

    s'est rejeté en arrière sur le 

    lit, en criant "la guerre, 

    c'est la guerre." Oh! un cri! 

    un cri guttural, une plainte 

    page droite

    horrible, et il se débattait comme 

    une bête fauve, lui si doux, si calme. 

    Ah! le triste spectacle!

    Enfin nous avons réussi à l'habiller, 

    à le faire descendre jusqu'à l'auto. 

    A partir de ce moment il s'est 

    laissé docilement conduire. 

    Je n'ai pu l'accompagner : c'est 

    le vieil ami Salmon qui a été chargé 

    de cette pénible mission accompagné 

    du caporal infirmier Renance. 

    --- L'auto partie, je suis allé 

    au Rapport. Il a fallu rien 

    moins que ma volonté persistants 

    de penser à vous tous, mes bien chers, 

    pour m'arracher un peu à mes 

    tristes pensées. Puis, le beau


  • June 20, 2019 04:42:40 Amy Benson

    page gauche

    poison : ah! la guerre" 

    Puis il m'a vu, il m'a reconnu, 

    m'a pris la main "Ah : Cottereau, 

    vous avez été bon pour moi ; je 

    ne l'oublierai jamais" Alors je 

    lui ai parlé doucement, le plus 

    doucement possible, tâchant de 

    le persuader de se laisser habiller, 

    lui disant qu'on voulait l'emmener 

    loin d'ici pour qu'il puisse 

    se reposer, être tranquille. Il 

    me regardait, disait oui, tout 

    bas, puis brusquement il 

    s'est rejeté en arrière sur le 

    lit, en criant "la guerre, 

    c'est la guerre." Oh! un cri! 

    un cri guttural, une plainte 

    page droite

    horrible, et il se débattait comme 

    une bête fauve, lui si doux, si calme. 

    Ah! le triste spectacle!

    Enfin nous avons réussi à l'habiller, 

    à le faire descendre jusqu'à l'auto. 

    A partir de ce moment il s'est 

    laissé docilement conduire. 

    Je n'ai pu l'accompagner : c'est 

    le vieil ami Salmon qui a été chargé 

    de cette pénible mission accompagné 

    du caporal infirmier Renance. 

    --- L'auto partie, je suis allé 

    au Rapport. Il a fallu rien 

    moins que ma volonté persistants 

    de penser à vous tous, mes bien chers, 

    pour m'arracher un peu à mes 

    tristes pensées. Puis, le beau


Description

Save description
  • 49.158793||5.38652890000003||

    Front occidental, région de Verdun

    ||1
Location(s)
  • Story location Front occidental, région de Verdun
Login and add location


ID
8748 / 247863
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Yves Cottereau
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/


January 1, 1916 – January 1, 1916
Login to edit the languages
  • Français

Login to edit the fronts
  • Western Front

Login to add keywords
  • Remembrance
  • Trench Life

Login and add links

Notes and questions

Login to leave a note