FRBNSA-039 Marcel Cottereau, sculpteur, item 89

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

page gauche

sur la demande du Commt. de 

Cie. on l'évacue après midi sur

l'Infirmerie de Pont-sur-Meuse. 

21 Décembre. La neige! 

Déjà il y en avait au réveil, et le ciel 

nous en présage d'autre encore ; elle 

tombe fine, missing lorsque je pars au 

Rapport avec l'ami Schmidt. L'aspect 

du Camp Thourret est plus triste 

encore par ce temps bas et sombre. 

Tout le monde est rentré dans les 

trous. Quelques rares obus passent 

au-dessus de nous : nous sortons d'assez 

bonne heure du départ Rapport, toujours 

sans nouvelles du départ. Le soleil 

semble vouloir percer les nuages, mais 

à l'horizon, tout est noir, et le cours 

page droite

d'eau qu'on aperçoit dans le bas 

au travers des sapins brille seul comme 

de l'argent. Sur le chemin nous 

croisons le sergent Dupenet, qui nous 

voyons venir de loin seul dans la 

plaine, le bâton à la main ; Lui et 

nous semblons les seuls êtres vivants 

dans cette plaine désolée, et le 

silence qui règne à ce moment 

nous impressionne plus que le 

tintamarre habituel de la cannonade. 

Peut-être cette impression est elle 

du à l'appréhension de l'entendre 

rompre tout à coup ce silence solennel! 

Sur le bord du chemin trois petits 

rejetons de sapin vert ont attiré l'attention 

de Schmidt - "Tiens, dit-il, je vais 

Transcription saved

page gauche

sur la demande du Commt. de 

Cie. on l'évacue après midi sur

l'Infirmerie de Pont-sur-Meuse. 

21 Décembre. La neige! 

Déjà il y en avait au réveil, et le ciel 

nous en présage d'autre encore ; elle 

tombe fine, missing lorsque je pars au 

Rapport avec l'ami Schmidt. L'aspect 

du Camp Thourret est plus triste 

encore par ce temps bas et sombre. 

Tout le monde est rentré dans les 

trous. Quelques rares obus passent 

au-dessus de nous : nous sortons d'assez 

bonne heure du départ Rapport, toujours 

sans nouvelles du départ. Le soleil 

semble vouloir percer les nuages, mais 

à l'horizon, tout est noir, et le cours 

page droite

d'eau qu'on aperçoit dans le bas 

au travers des sapins brille seul comme 

de l'argent. Sur le chemin nous 

croisons le sergent Dupenet, qui nous 

voyons venir de loin seul dans la 

plaine, le bâton à la main ; Lui et 

nous semblons les seuls êtres vivants 

dans cette plaine désolée, et le 

silence qui règne à ce moment 

nous impressionne plus que le 

tintamarre habituel de la cannonade. 

Peut-être cette impression est elle 

du à l'appréhension de l'entendre 

rompre tout à coup ce silence solennel! 

Sur le bord du chemin trois petits 

rejetons de sapin vert ont attiré l'attention 

de Schmidt - "Tiens, dit-il, je vais 


Transcription history
  • April 10, 2019 01:02:41 Amy Benson

    page gauche

    sur la demande du Commt. de 

    Cie. on l'évacue après midi sur

    l'Infirmerie de Pont-sur-Meuse. 

    21 Décembre. La neige! 

    Déjà il y en avait au réveil, et le ciel 

    nous en présage d'autre encore ; elle 

    tombe fine, missing lorsque je pars au 

    Rapport avec l'ami Schmidt. L'aspect 

    du Camp Thourret est plus triste 

    encore par ce temps bas et sombre. 

    Tout le monde est rentré dans les 

    trous. Quelques rares obus passent 

    au-dessus de nous : nous sortons d'assez 

    bonne heure du départ Rapport, toujours 

    sans nouvelles du départ. Le soleil 

    semble vouloir percer les nuages, mais 

    à l'horizon, tout est noir, et le cours 

    page droite

    d'eau qu'on aperçoit dans le bas 

    au travers des sapins brille seul comme 

    de l'argent. Sur le chemin nous 

    croisons le sergent Dupenet, qui nous 

    voyons venir de loin seul dans la 

    plaine, le bâton à la main ; Lui et 

    nous semblons les seuls êtres vivants 

    dans cette plaine désolée, et le 

    silence qui règne à ce moment 

    nous impressionne plus que le 

    tintamarre habituel de la cannonade. 

    Peut-être cette impression est elle 

    du à l'appréhension de l'entendre 

    rompre tout à coup ce silence solennel! 

    Sur le bord du chemin trois petits 

    rejetons de sapin vert ont attiré l'attention 

    de Schmidt - "Tiens, dit-il, je vais 


  • April 10, 2019 01:02:09 Amy Benson

    page gauche

    sur la demande du Commt. de 

    Cie. on l'évacue après midi sur

    l'Infirmerie de Pont-sur-Meuse. 

    21 Décembre. La neige! 

    Déjà il y en avait au réveil, et le ciel 

    nous en présage d'autre encore ; elle 

    tombe fine, missing lorsque je pars au 

    Rapport avec l'ami Schmidt. L'aspect 

    du Camp Thourret est plus triste 

    encore par ce temps bas et sombre. 

    Tout le monde est rentré dans les 

    trous. Quelques rares obus passent 

    au-dessus de nous : nous sortons d'assez 

    bonne heure du départ Rapport, toujours 

    sans nouvelles du départ. Le soleil 

    semble vouloir percer les nuages, mais 

    à l'horizon, tout est noir, et le cours 

    page droite

    d'eau qu'on aperçoit dans le bas 

    au travers des sapins brille seul comme 

    de l'argent. Sur le chemin nous 

    croisons le sergent Dupenet, qui nous 

    voyons venir de loin seul dans la 

    plaine, le bâton à la main ; Lui et 

    nous semblons les seuls êtres vivants 

    dans cette plaine désolée, et le 

    silence qui règne à ce moment 

    nous impressionne plus que le 

    tintamarre habituel de la cannonade. 

    Peut-être cette impression est elle 

    du à l'appréhension de l'entendre 

    rompre tout à coup ce silence solennel! 

    Sur le bord du chemin trois petits 

    rejetons de sapin vert ont attiré l'attention 

    de Schmidt - "Tiens, dit-il, je vais


  • April 10, 2019 00:56:54 Amy Benson

    page gauche

    sur la demande du Commt. de 

    Cie. on l'évacue après midi sur

    l'Infirmerie de Pont-sur-Meuse. 

    21 Décembre. La neige! 

    Déjà il y en avait au réveil, et le ciel 

    nous en présage d'autre encore ; elle 

    tombe fine, xxx lorsque je pars au 

    Rapport avec l'ami Schmidt. L'aspect 

    du Camp Thourret est plus triste 

    encore par ce temps bas et sombre. 

    Tout le monde est rentré dans les 

    trous. Quelques rares obus passent 

    au-dessus de nous : nous sortons d'assez 

    bonne heure du départ Rapport, toujours 

    sans nouvelles du départ. Le soleil 

    semble vouloir percer les nuages, mais 

    à l'horizon, tout est noir, et le cours 

    page droite

    d'eau qu'on aperçoit dans le bas 

    au travers des sapins brille seul comme 

    de l'argent. Sur le chemin nous 

    croisons le sergent Dupenet, qui nous 

    voyons venir de loin seul dans la 

    plaine, le bâton à la main ; Lui et 

    nous semblons les seuls êtres vivants 

    dans cette plaine désolée, et le 

    silence qui règne à ce moment 

    nous impressionne plus que le 

    tintamasse habituel de la cannonade. 

    Peut-être cette impression est elle 

    du à l'appréhension de l'entendre 

    rompre tout à coup ce silence solennel! 

    Sur le bord du chemin trois petits 

    rejetons de sapin vert on attiré l'attention 

    de Schmidt - "Tiens, dit-il, je vais


  • April 10, 2019 00:55:07 Amy Benson

    page gauche

    sur la demande du Commt. de 

    Cie. on l'évacue après midi sur

    l'Infirmerie de Pont-sur-Meuse. 

    21 Décembre. La neige! 

    Déjà il y en avait au réveil, et le ciel 

    nous en présage d'autre encore ; elle 

    tombe fine, xxx lorsque je pars au 

    Rapport avec l'ami Schmidt. L'aspect 

    du Camp Thourret est plus triste 

    encore par ce temps bas et sombre. 

    Tout le monde est rentré dans les 

    trous. Quelques rares obus passent 

    au-dessus de nous : nous sortons d'assez 

    bonne heure du départ Rapport, toujours 

    sans nouvelles du départ. Le soleil 

    semble vouloir percer les nuages, mais 

    à l'horizon, tout est noir, et le cours 

    page droite

    d'eau qu'on aperçoit dans le bas 

    au travers des sapins brille seul comme 

    de l'argent. Sur le chemin nous 

    croisons le sergent Dupenet, qui nous 

    voyons venir de loin seul dans la 

    plaine, le bâton à la main ; Lui et 

    nous semblons les seuls êtres vivants 

    dans cette plaine désolée, et le 

    silence qui règne à ce moment 

    nous impressionne plus que le 

    tintamasse habituel de la cannonade. 


Description

Save description
  • 49.158793||5.38652890000003||

    Front occidental, région de Verdun

    ||1
Location(s)
  • Story location Front occidental, région de Verdun
Login and add location


ID
8748 / 247849
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Yves Cottereau
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/


December 18, 1915 – December 18, 1915
Login to edit the languages
  • Français

Login to edit the fronts
  • Western Front

Login to add keywords
  • Remembrance
  • Trench Life

Login and add links

Notes and questions

Login to leave a note