FRBNSA-039 Marcel Cottereau, sculpteur, item 24

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

page gauche

hier après midi venus reconnaître le cantonnement. 

Ce n'est pas le logement qui manque, 

mais comme confortable çà laisse à désolé. 

Ma soirée, hier, a été mouvementée ; 

le cantonnement reconnu, retour à Violaine 

à bicyclette avec le chef ; dîner en hâte, chargement 

de la voiture de Compagnie et en 

route avec le Campement pour Translon

Au moment de partir, on me remet 

ta lettre, ma chère Lise, dans laquelle tu 

m'apprends la mort de ce pauvre M. Crochard

J'en suis tout impressionné. 

Le jour baisse rapidement et à la sortie 

de Longpont qu'il faut traverser pour aller

à Translon, il fait déjà nuit. Il y a une 

rude côte à monter et Elvire (c'est la 

mule) ne veut pas tirer. C'est laborieuse, 

page droite

nous avons tous bien chaud. Enfin nous voici 

au haut de la côte. Le canon tonne avec 

rage. Ah! cette fois, je les vois, les fusées et 

les lueurs c'est là bas du côté de Soissons 

dont nous ne sommes qu'à 10 kilomètres. 

Enfin nous arrivons à Translon ; nuit 

noire, pas une lueur dans la ferme. Heureusement 

nous avons une lanterne, et moi une 

bougie dans ma giberne. Au galop je fais 

décharger la voiture qui doit repartir de suite 

pour revenir le lendemain avec le complément 

de bagages en même temps que la Compagnie. 

On s'installe tant bien que mal, moi 

Gasdon et Besnaud dans une petit bâtiment 

à l'entrée. La fatigue aidant, e me dis "je 

vais bien dormir" Ah oui! J'avais compté 

sans les souris ; à peine suis je étendu 

Transcription saved

page gauche

hier après midi venus reconnaître le cantonnement. 

Ce n'est pas le logement qui manque, 

mais comme confortable çà laisse à désolé. 

Ma soirée, hier, a été mouvementée ; 

le cantonnement reconnu, retour à Violaine 

à bicyclette avec le chef ; dîner en hâte, chargement 

de la voiture de Compagnie et en 

route avec le Campement pour Translon

Au moment de partir, on me remet 

ta lettre, ma chère Lise, dans laquelle tu 

m'apprends la mort de ce pauvre M. Crochard

J'en suis tout impressionné. 

Le jour baisse rapidement et à la sortie 

de Longpont qu'il faut traverser pour aller

à Translon, il fait déjà nuit. Il y a une 

rude côte à monter et Elvire (c'est la 

mule) ne veut pas tirer. C'est laborieuse, 

page droite

nous avons tous bien chaud. Enfin nous voici 

au haut de la côte. Le canon tonne avec 

rage. Ah! cette fois, je les vois, les fusées et 

les lueurs c'est là bas du côté de Soissons 

dont nous ne sommes qu'à 10 kilomètres. 

Enfin nous arrivons à Translon ; nuit 

noire, pas une lueur dans la ferme. Heureusement 

nous avons une lanterne, et moi une 

bougie dans ma giberne. Au galop je fais 

décharger la voiture qui doit repartir de suite 

pour revenir le lendemain avec le complément 

de bagages en même temps que la Compagnie. 

On s'installe tant bien que mal, moi 

Gasdon et Besnaud dans une petit bâtiment 

à l'entrée. La fatigue aidant, e me dis "je 

vais bien dormir" Ah oui! J'avais compté 

sans les souris ; à peine suis je étendu 


Transcription history
  • January 26, 2019 01:52:14 Amy Benson

    page gauche

    hier après midi venus reconnaître le cantonnement. 

    Ce n'est pas le logement qui manque, 

    mais comme confortable çà laisse à désolé. 

    Ma soirée, hier, a été mouvementée ; 

    le cantonnement reconnu, retour à Violaine 

    à bicyclette avec le chef ; dîner en hâte, chargement 

    de la voiture de Compagnie et en 

    route avec le Campement pour Translon

    Au moment de partir, on me remet 

    ta lettre, ma chère Lise, dans laquelle tu 

    m'apprends la mort de ce pauvre M. Crochard

    J'en suis tout impressionné. 

    Le jour baisse rapidement et à la sortie 

    de Longpont qu'il faut traverser pour aller

    à Translon, il fait déjà nuit. Il y a une 

    rude côte à monter et Elvire (c'est la 

    mule) ne veut pas tirer. C'est laborieuse, 

    page droite

    nous avons tous bien chaud. Enfin nous voici 

    au haut de la côte. Le canon tonne avec 

    rage. Ah! cette fois, je les vois, les fusées et 

    les lueurs c'est là bas du côté de Soissons 

    dont nous ne sommes qu'à 10 kilomètres. 

    Enfin nous arrivons à Translon ; nuit 

    noire, pas une lueur dans la ferme. Heureusement 

    nous avons une lanterne, et moi une 

    bougie dans ma giberne. Au galop je fais 

    décharger la voiture qui doit repartir de suite 

    pour revenir le lendemain avec le complément 

    de bagages en même temps que la Compagnie. 

    On s'installe tant bien que mal, moi 

    Gasdon et Besnaud dans une petit bâtiment 

    à l'entrée. La fatigue aidant, e me dis "je 

    vais bien dormir" Ah oui! J'avais compté 

    sans les souris ; à peine suis je étendu 


  • January 26, 2019 01:49:38 Amy Benson

    page gauche

    hier après midi venus reconnaître le cantonnement. 

    Ce n'est pas le logement qui manque, 

    mais comme confortable çà laisse à désolé. 

    Ma soirée, hier, a été mouvementée ; 

    le cantonnement reconnu, retour à Violaine 

    à bicyclette avec le chef ; dîner en hâte, chargement 

    de la voiture de Compagnie et en 

    route avec le Campement pour Translon

    Au moment de partir, on me remet 

    ta lettre, ma chère Lise, dans laquelle tu 

    m'apprends la mort de ce pauvre M. Crochard

    J'en suis tout impressionné. 

    Le jour baisse rapidement et à la sortie 

    de Longpont qu'il faut traverser pour aller

    à Translon, il fait déjà nuit. Il y a une 

    rude côte à monter et Elvire (c'est la 

    mule) ne veut pas tirer. C'est laborieuse, 

    page droite

    nous avons tous bien chaud. Enfin nous voici 

    au haut de la côte. Le canon tonne avec 

    rage. Ah! cette fois, je les vois, les fusées et 

    les lueurs c'est là bas du côté de Soissons 

    dont nous ne sommes qu'à 10 kilomètres. 

    Enfin nous arrivons à Translon ; nuit 

    noire, pas une lueur dans la ferme. Heureusement 

    nous avons une lanterne, et moi une 

    bougie dans ma gilerue. Au galop je fais 

    décharger la voiture qui doit repartir de suite 

    pour revenir le lendemain avec le complément 

    de bagages en même temps que la Compagnie. 

    On s'installe tant bien que mal, moi 

    Gasdon et Besnaud dans une petit bâtiment 

    à l'entrée. La fatigue aidant, e me dis "je 

    vais bien dormir" Ah oui! J'avais compté 

    sans les souris ; à peine suis je étendu 


  • January 26, 2019 01:43:00 Amy Benson

    page gauche

    hier après midi venus reconnaître le cantonnement. 

    Ce n'est pas le logement qui manque, 

    mais comme confortable çà laisse à désolé. 

    Ma soirée, hier, a été mouvementée ; 

    le cantonnement reconnu, retour à Violaine 

    à bicyclette avec le chef ; dîner en hâte, chargement 

    de la voiture de Compagnie et en 

    route avec le Campement pour Cranslon

    Au moment de partir, on me remet 

    ta lettre, ma chère Lise, dans laquelle tu 

    m'apprends la mort de ce pauvre M. Crochard

    J'en suis tout impressionné. 

    Le jour baisse rapidement et à la sortie 

    de Longpont qu'il faut traverser pour aller

    à Translon, il fait déjà nuit. Il y a une 

    rude côte à monter et Elvère (c'est la 

    mule) ne veut pas tirer. C'est laborieuse, 

    page droite

    nous avons tous bien chaud. Enfin nous voici 

    au haut de la côte. Le canon tonne avec 

    rage. Ah! cette fois, je les vois, les fusées et 

    les lueurs c'est là bas du côté de Soissons 

    dont nous ne sommes qu'à 10 kilomètres. 

    Enfin nous arrivons à Translon ; nuit 

    noire, pas une lueur dans la ferme. Heureusement 

    nous avons une lanterne, et moi une 

    bougie dans ma gilerue. Au galop je fais 

    décharger la voiture qui doit repartir de suite 

    pour revenir le lendemain avec le complément 

    de bagages en même temps que la Compagnie. 

    On s'installe tant bien que mal, moi 

    Gasdon et Besnaud dans une petit bâtiment 

    à l'entrée. La fatigue aidant, e me dis "je 

    vais bien dormir" Ah oui! J'avais compté 

    sans les souris ; à peine suis je étendu 


  • January 26, 2019 01:42:10 Amy Benson

    page gauche

    hier après midi venus reconnaître le cantonnement. 

    Ce n'est pas le logement qui manque, 

    mais comme confortable çà laisse à désolé. 

    Ma soirée, hier, a été mouvementée ; 

    le cantonnement reconnu, retour à Violaine 

    à bicyclette avec le chef ; dîner en hâte, chargement 

    de la voiture de Compagnie et en 

    route avec le Campement pour Cranslon

    Au moment de partir, on me remet 

    ta lettre, ma chère Lise, dans laquelle tu 

    m'apprends la mort de ce pauvre M. Crochard

    J'en suis tout impressionné. 

    Le jour baisse rapidement et à la sortie 

    de Longpont qu'il faut traverser pour aller

    à Translon, il fait déjà nuit. Il y a une 

    rude côte à monter et Elvère (c'est la 

    mule) ne veut pas tirer. C'est laborieuse, 

    page droite

    nous avons tous bien chaud. Enfin nous voici 

    au haut de la côte. Le canon tonne avec 

    rage. Ah! cette fois, je les vois, les fusées et 

    les lueurs c'est là bas du côté de Soissons 

    dont nous ne sommes qu'à 10 kilomètres. 

    Enfin nous arrivons à Translon ; nuit 

    noire, pas une lueur dans la ferme. Heureusement 

    nous avons une lanterne, et moi une 

    bougie dans ma gilerue. Au galop je fais 

    décharger la voiture qui doit repartir de suite 

    pour revenir le lendemain avec le complément 

    de bagages en même temps que la Compagnie. 

    On s'installe tant bien que mal, moi 

    Gasdon et Besnaud dans une petit bâtiment 

    à l'entrée. La fatigue aidant, e me dis "je 

    vais bien dormir" Ah oui! J'avais compté 

    sans les souris ; à peine suis je étendue 


  • January 26, 2019 01:34:58 Amy Benson

    page gauche

    hier après midi venus reconnaître le cantonnement. 

    Ce n'est pas le logement qui manque, 

    mais comme confortable çà laisse à désolé. 

    Ma soirée, hier, a été mouvementée ; 

    le cantonnement reconnu, retour à Violaine 

    à bicyclette avec le chef ; dîner en hâte, chargement 

    de la voiture de Compagnie et en 

    route avec le Campement pour Cranslon

    Au moment de partir, on me remet 

    ta lettre, ma chère Lise, dans laquelle tu 

    m'apprends la mort de ce pauvre M. Crochard

    J'en suis tout impressionné. 

    Le jour baisse rapidement et à la sortie 

    de Longpont qu'il faut traverser pour aller

    à Translon, il fait déjà nuit. Il y a une 

    rude côte à monter et Elvère (c'est la 

    mule) ne veut pas tirer. C'est laborieuse, 

    page droite

    nous avons tous bien chaud. 


Description

Save description
  • 49.158793||5.38652890000003||

    Front occidental, région de Verdun

    ||1
Location(s)
  • Story location Front occidental, région de Verdun
Login and add location


ID
8748 / 247784
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Yves Cottereau
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/


September 28, 1915 – September 28, 1915
Login to edit the languages
  • Français

Login to edit the fronts
  • Western Front

Login to add keywords
  • Remembrance
  • Trench Life

Login and add links

Notes and questions

Login to leave a note