FRBMTO-014 Georges PIGANIOL, officier d'administration général de santé, item 73

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

  Buzancy 28 janv. 1916

Me revoilà au front. Mais quel front?

Le meilleur secteur du monde: les régiments

y perdent un homme par mois. A 7 kilom.

des boches nous sommes dans un châteeau

magnifique au milieu d'un village intact.

Et en avant de nous les villages que j'ai

vus ce matin, Noyant, Vignolles, Courmelles,

sont pleins de civils et on cultive les

champs au milieu des fils de fer barbelés

et des tranchées de  repl . Rien de

commun avec la vilaine Champagne

pouilleuse.

A Fismes, l'autre jour, j'ai trouvé

Wattier, de Vincennes, le Flamand rose, qui

est là depuis 16 mois – Ici, plus grande

surprise: le fils Bourac, Médecin, est

en traitement à notre ambulance. En aurai

je retrouvé de vieux copains pendant cette

guerre!

A propos de ma permission, ce bougre

de Cazanbous aurait perdu ma demande;

je pouvais bien attendre. J'en ai fait

vite une 2° , et j'avais eu avant-hier

missing

matin à Mareuil la bonne idée de tuer

un faisan que je pourrai peut-être em-

porter chez moi.

   Ça va être la bonne vie ici;

j'en reparlerai plus tard.

   Paris, 30 janvier 1916

Au moment où je renonçais à ma permission,

pour l'instant, elle m'est tombée toute rôtie

du ciel hier à midi. Vite je suis parti à

17 heures; j'arrive à Paris à 23h, peu après

qu'un Zeppelin venait de bombarder Ménil-

montant. Les projecteurs fouillent l'horizon,

des avions lumineux font des courbes dans le

ciel noir et cherchent dans les nuages l'insaisissable

ennemi.

Aujourd'hui, j'ai quasiment perdu ma

journée à la recherche de Suz.  Renault ; j'ai

poussé la patience jusqu'à aller 5 fois chez elle

sans la trouver; d'après son concierge, elle me

cherchait elle aussi et on vient e me dire

en rentrant à l'hôtel qu'elle m'avait téléphoné

dans la soirée. Voilà la vie à Paris.

J'ai quand même sauvé l'après-midi en


Transcription saved

  Buzancy 28 janv. 1916

Me revoilà au front. Mais quel front?

Le meilleur secteur du monde: les régiments

y perdent un homme par mois. A 7 kilom.

des boches nous sommes dans un châteeau

magnifique au milieu d'un village intact.

Et en avant de nous les villages que j'ai

vus ce matin, Noyant, Vignolles, Courmelles,

sont pleins de civils et on cultive les

champs au milieu des fils de fer barbelés

et des tranchées de  repl . Rien de

commun avec la vilaine Champagne

pouilleuse.

A Fismes, l'autre jour, j'ai trouvé

Wattier, de Vincennes, le Flamand rose, qui

est là depuis 16 mois – Ici, plus grande

surprise: le fils Bourac, Médecin, est

en traitement à notre ambulance. En aurai

je retrouvé de vieux copains pendant cette

guerre!

A propos de ma permission, ce bougre

de Cazanbous aurait perdu ma demande;

je pouvais bien attendre. J'en ai fait

vite une 2° , et j'avais eu avant-hier

missing

matin à Mareuil la bonne idée de tuer

un faisan que je pourrai peut-être em-

porter chez moi.

   Ça va être la bonne vie ici;

j'en reparlerai plus tard.

   Paris, 30 janvier 1916

Au moment où je renonçais à ma permission,

pour l'instant, elle m'est tombée toute rôtie

du ciel hier à midi. Vite je suis parti à

17 heures; j'arrive à Paris à 23h, peu après

qu'un Zeppelin venait de bombarder Ménil-

montant. Les projecteurs fouillent l'horizon,

des avions lumineux font des courbes dans le

ciel noir et cherchent dans les nuages l'insaisissable

ennemi.

Aujourd'hui, j'ai quasiment perdu ma

journée à la recherche de Suz.  Renault ; j'ai

poussé la patience jusqu'à aller 5 fois chez elle

sans la trouver; d'après son concierge, elle me

cherchait elle aussi et on vient e me dire

en rentrant à l'hôtel qu'elle m'avait téléphoné

dans la soirée. Voilà la vie à Paris.

J'ai quand même sauvé l'après-midi en



Transcription history
  • January 16, 2018 11:45:40 Régis Burnet

      Buzancy 28 janv. 1916

    Me revoilà au front. Mais quel front?

    Le meilleur secteur du monde: les régiments

    y perdent un homme par mois. A 7 kilom.

    des boches nous sommes dans un châteeau

    magnifique au milieu d'un village intact.

    Et en avant de nous les villages que j'ai

    vus ce matin, Noyant, Vignolles, Courmelles,

    sont pleins de civils et on cultive les

    champs au milieu des fils de fer barbelés

    et des tranchées de  repl . Rien de

    commun avec la vilaine Champagne

    pouilleuse.

    A Fismes, l'autre jour, j'ai trouvé

    Wattier, de Vincennes, le Flamand rose, qui

    est là depuis 16 mois – Ici, plus grande

    surprise: le fils Bourac, Médecin, est

    en traitement à notre ambulance. En aurai

    je retrouvé de vieux copains pendant cette

    guerre!

    A propos de ma permission, ce bougre

    de Cazanbous aurait perdu ma demande;

    je pouvais bien attendre. J'en ai fait

    vite une 2° , et j'avais eu avant-hier

    missing

    matin à Mareuil la bonne idée de tuer

    un faisan que je pourrai peut-être em-

    porter chez moi.

       Ça va être la bonne vie ici;

    j'en reparlerai plus tard.

       Paris, 30 janvier 1916

    Au moment où je renonçais à ma permission,

    pour l'instant, elle m'est tombée toute rôtie

    du ciel hier à midi. Vite je suis parti à

    17 heures; j'arrive à Paris à 23h, peu après

    qu'un Zeppelin venait de bombarder Ménil-

    montant. Les projecteurs fouillent l'horizon,

    des avions lumineux font des courbes dans le

    ciel noir et cherchent dans les nuages l'insaisissable

    ennemi.

    Aujourd'hui, j'ai quasiment perdu ma

    journée à la recherche de Suz.  Renault ; j'ai

    poussé la patience jusqu'à aller 5 fois chez elle

    sans la trouver; d'après son concierge, elle me

    cherchait elle aussi et on vient e me dire

    en rentrant à l'hôtel qu'elle m'avait téléphoné

    dans la soirée. Voilà la vie à Paris.

    J'ai quand même sauvé l'après-midi en



Description

Save description
  • 49.31227||3.34861||

    Buzancy

  • 50.1556532858612||2.3328292539063114||

    Doullens

    ||1
Location(s)
  • Story location Doullens
  • Document location Buzancy


ID
8341 / 249636
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Gérard dit Richard BOHAN
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/


January 28, 1916 – January 30, 1916
  • Français

  • Western Front

  • Medical
  • Remembrance



Notes and questions

Login to leave a note