FRBMTO-014 Georges PIGANIOL, officier d'administration général de santé, item 69

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

Pendant ce temps, la 32° Division est

partie, nous laissant ici 250 éclopés à nourrir.

(j'envisage la question à mon point de vue ; en me

plaçant obJectivement, j'arais plutôt dit :

à soigner)

 Papa avait vaguement parlé de venir

ces jours-ci; il parait y avoir renoncé - J'espère

d'ailleurs avoir bientôt une permission. Je ne

me hâte pourtant guère à la demander. Au

fonds, on est bien ici ; et chacun parait attendrr

d'être dans un sale patelin pour demander

à filer.

La question des officiers d'ad.on à renverser

dans l'infanterie parait s'améliorer pour moi ;

on ne parle guère en ce moment que de prendre

ceux qui proviennent de l'infanterie - on parait

avoir abandonné le projet de razzia générale

qui aurait désarmé les services


 S.te Hèlène 13 janvier 1916


Avant hier, j'ai retrouvé  Capion ; ignorant

où il etait depuis le début de la guerre, je ne pensai

plus à lui. et il est depuis 2 mois à Epernay.

J'ai mis le temps a le retrouver ; le plus ridicule,


  Page droite 


c'est que c'est à Damery que nous nous sommes

retrouvés, par hasard. Il est gestionnaire de

l'hopital d'évacuation d'Epernay ; je me

suis empressé de déjeuner avec lui ce matin

et irai souvent le voir - son bureau est à 500

mètres du ravitaillement.

 Ce qui disait Boissinot commence

à se rèaliser - Dubois est bien plus ennuyeux

que Durban. Ils ont eu  déjà plusieurs

discussion de principem et moi je dois aussi

lutter, réglement en mains; j'ai pourtant

horreur de ça; mais il m'a pris la voiture

à 2 roues qui me servait tous les matins et

me voilà forsé d'aller à Epernay sous la pluie

en bicyclette ou à cheval, et incapable de faire

des commissions. Je resterais bien à l'ambulance,

mais on s'y rase, et Epernay est plus intéressant.

Alors, tout en rouspétant, j'y vais quand

même. Ah si c'ètait Somme Suippe, je resterais

bien au lit, jsqu'à ce qu'on ait rendu ma

voiture !


  Sainte Hélène, 14 janv. 1916


Déjeuné encore ce matin avec Capion, à l'hotel



Transcription saved

Pendant ce temps, la 32° Division est

partie, nous laissant ici 250 éclopés à nourrir.

(j'envisage la question à mon point de vue ; en me

plaçant obJectivement, j'arais plutôt dit :

à soigner)

 Papa avait vaguement parlé de venir

ces jours-ci; il parait y avoir renoncé - J'espère

d'ailleurs avoir bientôt une permission. Je ne

me hâte pourtant guère à la demander. Au

fonds, on est bien ici ; et chacun parait attendrr

d'être dans un sale patelin pour demander

à filer.

La question des officiers d'ad.on à renverser

dans l'infanterie parait s'améliorer pour moi ;

on ne parle guère en ce moment que de prendre

ceux qui proviennent de l'infanterie - on parait

avoir abandonné le projet de razzia générale

qui aurait désarmé les services


 S.te Hèlène 13 janvier 1916


Avant hier, j'ai retrouvé  Capion ; ignorant

où il etait depuis le début de la guerre, je ne pensai

plus à lui. et il est depuis 2 mois à Epernay.

J'ai mis le temps a le retrouver ; le plus ridicule,


  Page droite 


c'est que c'est à Damery que nous nous sommes

retrouvés, par hasard. Il est gestionnaire de

l'hopital d'évacuation d'Epernay ; je me

suis empressé de déjeuner avec lui ce matin

et irai souvent le voir - son bureau est à 500

mètres du ravitaillement.

 Ce qui disait Boissinot commence

à se rèaliser - Dubois est bien plus ennuyeux

que Durban. Ils ont eu  déjà plusieurs

discussion de principem et moi je dois aussi

lutter, réglement en mains; j'ai pourtant

horreur de ça; mais il m'a pris la voiture

à 2 roues qui me servait tous les matins et

me voilà forsé d'aller à Epernay sous la pluie

en bicyclette ou à cheval, et incapable de faire

des commissions. Je resterais bien à l'ambulance,

mais on s'y rase, et Epernay est plus intéressant.

Alors, tout en rouspétant, j'y vais quand

même. Ah si c'ètait Somme Suippe, je resterais

bien au lit, jsqu'à ce qu'on ait rendu ma

voiture !


  Sainte Hélène, 14 janv. 1916


Déjeuné encore ce matin avec Capion, à l'hotel




Transcription history
  • December 6, 2017 12:51:40 Giulia Rigoni Savioli

    Pendant ce temps, la 32° Division est

    partie, nous laissant ici 250 éclopés à nourrir.

    (j'envisage la question à mon point de vue ; en me

    plaçant obJectivement, j'arais plutôt dit :

    à soigner)

     Papa avait vaguement parlé de venir

    ces jours-ci; il parait y avoir renoncé - J'espère

    d'ailleurs avoir bientôt une permission. Je ne

    me hâte pourtant guère à la demander. Au

    fonds, on est bien ici ; et chacun parait attendrr

    d'être dans un sale patelin pour demander

    à filer.

    La question des officiers d'ad.on à renverser

    dans l'infanterie parait s'améliorer pour moi ;

    on ne parle guère en ce moment que de prendre

    ceux qui proviennent de l'infanterie - on parait

    avoir abandonné le projet de razzia générale

    qui aurait désarmé les services


     S.te Hèlène 13 janvier 1916


    Avant hier, j'ai retrouvé  Capion ; ignorant

    où il etait depuis le début de la guerre, je ne pensai

    plus à lui. et il est depuis 2 mois à Epernay.

    J'ai mis le temps a le retrouver ; le plus ridicule,


      Page droite 


    c'est que c'est à Damery que nous nous sommes

    retrouvés, par hasard. Il est gestionnaire de

    l'hopital d'évacuation d'Epernay ; je me

    suis empressé de déjeuner avec lui ce matin

    et irai souvent le voir - son bureau est à 500

    mètres du ravitaillement.

     Ce qui disait Boissinot commence

    à se rèaliser - Dubois est bien plus ennuyeux

    que Durban. Ils ont eu  déjà plusieurs

    discussion de principem et moi je dois aussi

    lutter, réglement en mains; j'ai pourtant

    horreur de ça; mais il m'a pris la voiture

    à 2 roues qui me servait tous les matins et

    me voilà forsé d'aller à Epernay sous la pluie

    en bicyclette ou à cheval, et incapable de faire

    des commissions. Je resterais bien à l'ambulance,

    mais on s'y rase, et Epernay est plus intéressant.

    Alors, tout en rouspétant, j'y vais quand

    même. Ah si c'ètait Somme Suippe, je resterais

    bien au lit, jsqu'à ce qu'on ait rendu ma

    voiture !


      Sainte Hélène, 14 janv. 1916


    Déjeuné encore ce matin avec Capion, à l'hotel




  • December 6, 2017 12:50:20 Giulia Rigoni Savioli

    Pendant ce temps, la 32° Division est

    partie, nous laissant ici 250 éclopés à nourrir.

    (j'envisage la question à mon point de vue ; en me

    plaçant obJectivement, j'arais plutôt dit :

    à soigner)

     Papa avait vaguement parlé de venir

    ces jours-ci; il parait y avoir renoncé - J'espère

    d'ailleurs avoir bientôt une permission. Je ne

    me hâte pourtant guère à la demander. Au

    fonds, on est bien ici ; et chacun parait attendrr

    d'être dans un sale patelin pour demander

    à filer.

    La question des officiers d'ad.on à renverser

    dans l'infanterie parait s'améliorer pour moi ;

    on ne parle guère en ce moment que de prendre

    ceux qui proviennent de l'infanterie - on parait

    avoir abandonné le projet de razzia générale

    qui aurait désarmé les services


     S.te Hèlène 13 janvier 1916


    Avant hier, j'ai retrouvé  Capion ; ignorant

    où il etait depuis le début de la guerre, je ne pensai

    plus à lui. et il est depuis 2 mois à Epernay.

    J'ai mis le temps a le retrouver ; le plus ridicule,


      Page droite 


    c'est que c'est à Damery que nous nous sommes

    retrouvés, par hasard. Il est gestionnaire de

    l'hopital d'évacuation d'Epernay ; je me

    suis empressé de déjeuner avec lui ce matin

    et irai souvent le voir - son bureau est à 500

    mètres du ravitaillement.

     Ce qui disait Boissinot commence

    à se rèaliser - Dubois est bien plus ennuyeux

    que Durban. Ils ont eu  déjà plusieurs

    discussion de principem et moi je dois aussi

    lutter, réglement en mains; j'ai pourtant

    horreur de ça; mais il m'a pris la voiture

    à 2 roues qui me servait tous les matins et

    me voilà forsé d'aller à Epernay sous la pluie

    en bicyclette ou à cheval, et incapable de faire

    des commissions. Je resterais bien à l'ambulance,

    mais on s'y rase, et Epernay est plus untéressant.

    Alor, tout en rouspètant, j'y vais quand

    meme. Ah si c'ètait Somme Suippe, je resterais

    bien au lit, jsqu'à ce qu'on ait rendu ma

    voiture !


      Sainte Hélène, 14 janv. 1916


    Déjeuné encore ce matin avec Capion, à l'hotel




  • December 4, 2017 13:07:52 Giulia Rigoni Savioli

    Pendant ce temps, la 32° Division est

    partie, nous laissant ici 250 éclopés à nourrir.

    (j'envisage la question à mon point de vue ; en me

    plaçant obJectivement, j'arais plutôt dit :

    à soigner)

     Papa avait vaguement parlé de venir

    ces jours-ci; il parait y avoir renoncé - J'espère

    d'ailleurs avoir bientôt une permission. Je ne

    me hâte pourtant guère à la demander. Au

    fonds, on est bien ici ; et chacun parait attendrr

    d'être dans un sale patelin pour demander

    à filer.

    La question des officiers d'ad.on à renverser

    dans l'infanterie parait s'améliorer pour moi ;

    on ne parle guère en ce moment que de prendre

    ceux qui proviennent de l'infanterie - on parait

    avoir abandonné le projet de razzia générale

    qui aurait désarmé les services


     S.te Hèlène 13 janvier 1916


    Avant hier, j'ai retrouvé  Capion ; ignorant

    où il etait depuis le début de la guerre, je ne pensai

    plus à lui. et il est depuis 2 mois à Epernay.

    J'ai mis le temps a le retrouver ; le plus ridicule,


      Page droite 


    c'est que c'est à Damery que nous nous sommes

    retrouvés, par hasard. Il est gestionnaire de

    l'hopital d'évacuation d'Epernay



  • December 4, 2017 13:02:41 Giulia Rigoni Savioli

    Pendant ce temps, la 32° Division est

    partie, nous laissant ici 250 éclopés à nourrir.

    (j'envisage la question à mon point de vue ; en me

    plaçant obJectivement, j'arais plutôt dit :

    à soigner)

     Papa avait vaguement parlé de venir

    ces jours-ci; il parait y avoir renoncé - J'espère

    d'ailleurs avoir bientôt une permission. Je ne

    me hâte pourtant guère à la demander. Au

    fonds, on est bien ici ; et chacun parait attendrr

    d'être dans un sale patelin pour demander

    à filer.

    La question des officiers d'ad.on à renverser

    dans l'infanterie parait s'améliorer pour moi ;

    on ne parle guère en ce moment que de prendre

    ceux qui proviennent de l'infanterie - on parait

    avoir abandonné le projet de razzia générale

    qui aurait désarmé les services


     S.te Hèlène 13 janvier 1916


    Avant hier, j'ai retrouvé  Capion ; ignorant

    où il etait depuis le début de la guerre, je ne pensai

    plus à lui. et il est depuis 2 mois à Epernay.

    J'ai mis le temps a le retrouver ; le plus ridicule,



  • December 4, 2017 12:53:22 Giulia Rigoni Savioli

    Pendant ce temps, la 32° Division est

    partie, nous laissant ici 250 éclopés à nourrir.

    (j'envisage la question à mon point de vue ; en me

    plaçant obJectivement, j'arais plutôt dit :

    à soigner)

     Papa avait vaguement parlé de venir

    ces jours-ci; il parait y avoir renoncé - J'espère

    d'ailleurs avoir bientôt une permission. Je ne

    me hate pourtant guère à la demander. Au

    fonds, on est bien ici ; et chacun parait attendrr

    d'être dans un sale patelin pour demander

    à filer.

    La question des officiers d'd.on à renverser

    dans l'infanterie parait s'améliorer pour moi ;

    on ne parle guère en ce moment que de prendre

    ceux qui proviennent de l'infanterie - on parait

    avoir abandonné le projet de razzia générale

    qui aurait désarmé les services



Description

Save description
  • 50.1556532858612||2.3328292539063114||

    Doullens

    ||1
Location(s)
  • Story location Doullens


ID
8341 / 249632
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Gérard dit Richard BOHAN
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/



  • Western Front

  • Medical
  • Remembrance



Notes and questions

Login to leave a note