FRBMTO-014 Georges PIGANIOL, officier d'administration général de santé, item 67

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

S.te Hélene. 5 janvier 1916


je vopis que décidément nous restons ici, pendant

que la 22. d[ivisi]on va aller se livrer à des marches

et manouevres de 15 jours. Ic, ou plus au sud,

car Durban - mais peut-on le croire? - affirme que

pendant se temps nous serons envoyés au sud

d'Epernay. Cazaubon aurait dit que nous

restions. Cui credere ?

En attendant, l'existence prend ici  un

beau caractère d'uniformité qui finifrait par

amener la sinistre monotonie. Je pars à 8

heures 1/4, et vais assister au ravitaillement,

qui a été pendant 3 jours à Damery et qui 

sur ma demande a été rétabli à Epernay.

Avant dix heures, tout est réglé, et je vais

philosophiquement chez une marchande d'huîtres

une des femmes les plus jolies et les plus sérieuses

que je connaisse. J'en profite pour déguster

quelques huîtres, et je rentre juste à l'heure

du déjeuner au vendangeoir. En sortant de

table bridge inévitable. De là je me dirige soit

sur Epernay, soit sur Cumières, où je vais


 Page droite 

m'installer 2 ou 3 heures durant à la popote

des médecins du 80°, et je rentre juste à l'heure

pour diner. Le soir bridge ou poker, puis

il m'advient d'écrire quelques lettres ou de lire

s'il n'est pas trop tard.

 J'ai eu la frousse ces jours-ci ; on

annonçait officiellement que tout le courrier

de la formation du 30 déc. avait été ouvert

et qu'il y avait des punitions séveres pour

les gens qui avaient indiqué où ils étaient.

Je frémissais au souvenir de certaines lettres

très explicites - il n'y eut finalement que

2 punitions, pour des hommes en traitement ;

8 et 20 jours de prison


 10 lignes de texte codé 




Transcription saved

S.te Hélene. 5 janvier 1916


je vopis que décidément nous restons ici, pendant

que la 22. d[ivisi]on va aller se livrer à des marches

et manouevres de 15 jours. Ic, ou plus au sud,

car Durban - mais peut-on le croire? - affirme que

pendant se temps nous serons envoyés au sud

d'Epernay. Cazaubon aurait dit que nous

restions. Cui credere ?

En attendant, l'existence prend ici  un

beau caractère d'uniformité qui finifrait par

amener la sinistre monotonie. Je pars à 8

heures 1/4, et vais assister au ravitaillement,

qui a été pendant 3 jours à Damery et qui 

sur ma demande a été rétabli à Epernay.

Avant dix heures, tout est réglé, et je vais

philosophiquement chez une marchande d'huîtres

une des femmes les plus jolies et les plus sérieuses

que je connaisse. J'en profite pour déguster

quelques huîtres, et je rentre juste à l'heure

du déjeuner au vendangeoir. En sortant de

table bridge inévitable. De là je me dirige soit

sur Epernay, soit sur Cumières, où je vais


 Page droite 

m'installer 2 ou 3 heures durant à la popote

des médecins du 80°, et je rentre juste à l'heure

pour diner. Le soir bridge ou poker, puis

il m'advient d'écrire quelques lettres ou de lire

s'il n'est pas trop tard.

 J'ai eu la frousse ces jours-ci ; on

annonçait officiellement que tout le courrier

de la formation du 30 déc. avait été ouvert

et qu'il y avait des punitions séveres pour

les gens qui avaient indiqué où ils étaient.

Je frémissais au souvenir de certaines lettres

très explicites - il n'y eut finalement que

2 punitions, pour des hommes en traitement ;

8 et 20 jours de prison


 10 lignes de texte codé 





Transcription history
  • December 4, 2017 12:42:46 Giulia Rigoni Savioli

    S.te Hélene. 5 janvier 1916


    je vopis que décidément nous restons ici, pendant

    que la 22. d[ivisi]on va aller se livrer à des marches

    et manouevres de 15 jours. Ic, ou plus au sud,

    car Durban - mais peut-on le croire? - affirme que

    pendant se temps nous serons envoyés au sud

    d'Epernay. Cazaubon aurait dit que nous

    restions. Cui credere ?

    En attendant, l'existence prend ici  un

    beau caractère d'uniformité qui finifrait par

    amener la sinistre monotonie. Je pars à 8

    heures 1/4, et vais assister au ravitaillement,

    qui a été pendant 3 jours à Damery et qui 

    sur ma demande a été rétabli à Epernay.

    Avant dix heures, tout est réglé, et je vais

    philosophiquement chez une marchande d'huîtres

    une des femmes les plus jolies et les plus sérieuses

    que je connaisse. J'en profite pour déguster

    quelques huîtres, et je rentre juste à l'heure

    du déjeuner au vendangeoir. En sortant de

    table bridge inévitable. De là je me dirige soit

    sur Epernay, soit sur Cumières, où je vais


     Page droite 

    m'installer 2 ou 3 heures durant à la popote

    des médecins du 80°, et je rentre juste à l'heure

    pour diner. Le soir bridge ou poker, puis

    il m'advient d'écrire quelques lettres ou de lire

    s'il n'est pas trop tard.

     J'ai eu la frousse ces jours-ci ; on

    annonçait officiellement que tout le courrier

    de la formation du 30 déc. avait été ouvert

    et qu'il y avait des punitions séveres pour

    les gens qui avaient indiqué où ils étaient.

    Je frémissais au souvenir de certaines lettres

    très explicites - il n'y eut finalement que

    2 punitions, pour des hommes en traitement ;

    8 et 20 jours de prison


     10 lignes de texte codé 





  • December 4, 2017 12:32:42 Giulia Rigoni Savioli

    S.te Hélene. 5 janvier 1916


    je vopis que décidément nous restons ici, pendant

    que la 22. d[ivisi]on va aller se livrer à des marches

    et manouevres de 15 jours. Ic, ou plus au sud,

    car Durban - mais peut-on le croire? - affirme que

    pendant se temps nous serons envoyés au sud

    d'Epernay. Cazaubon aurait dit que nous

    restions. Cui credere ?

    En attendant, l'existence prend ici  un

    beau caractère d'uniformité qui finifrait par

    amener la sinistre monotonie. Je pars à 8

    heures 1/4, et vais assister au ravitaillement,

    qui a été pendant 3 jours à Damery et qui 

    sur ma demande a été rétabli à Epernay.

    Avant dix heures, tout est réglé, et je vais

    philosophiquement chez une marchande d'huitres

    une des femmes les plus jolies et les plus sérieuses

    que je connaisse. J'en profite pour déguster

    quelques huitres, et je rentre juste à l'heure

    du déjeuner au vendangeoir. En sortant de

    table bridge inévitable. De là je me dirige soit

    sur Epernay, soit sur Cumières, où je vais





  • December 4, 2017 12:28:28 Giulia Rigoni Savioli

    S.te Hélene. 5 janvier 1916


    je vopis que décidément nous restons ici, pendant

    que la 22. d[ivisi]on va aller se livrer à des marches

    et manouevres de 15 jours. Ic, ou plus au sud,

    car Durban - mais peut-on le croire? - affirme que

    pendant se temps nous serons envoyés au sud

    d'Epernay. Cazaubon aurait dit que nous

    restions. Cui credere ?

    En attendant, l'existence prend ici  un

    beau caractère d'uniformité qui finifrait par

    amener la sinistre monotonie. Je pars à 8

    heures 1/4, et vais assister au ravitaillement,

    qui a été pendant 3 jours à Damery et qui 

    sur ma demande a été rétabli à Epernay



  • December 4, 2017 12:27:07 Giulia Rigoni Savioli

    S.te Hélene. 5 janvier 1916


    je vopis que décidément nous restons ici, pendant

    que la 22. d[ivisi]on va aller se livrer à des marches

    et manouevres de 15 jours. Ic, ou plus au sud,

    car Durban - mais peut-on le croire? - affirme que

    pendant se temps nous serons envoyés au sud

    d'Epernay. Cazaubon aurait dit que nous

    restions. Cui credere ?

    En attendant, l'existence prend ici  un

    beau caractère d'uniformité qui finifrait par

    amener la sinistre monotonie. Je pars à 8

    heures 1/4, et vais assister au ravitaillement,

    qui a été pendant 3 jours àmissing et qui 

    sur ma demande a été rétabli à Epernay



  • December 4, 2017 12:24:09 Giulia Rigoni Savioli

    S.te Hélene. 5 janvoer 1916


    je vopis que décidément nous restons ici, pendant

    que la 22. d[ivisi]on va aller se livrer à des marches

    et manouevres de 15 jours. Ic, ou plus au sud,

    car Durban - mais peut-on le croire? - affirme que

    pendant se temps nous serons envoyés au sud

    d'Epernay. Cazaubon aurait dit que nous

    restions. Cui credere ?



Description

Save description
  • 50.1556532858612||2.3328292539063114||

    Doullens

    ||1
Location(s)
  • Story location Doullens


ID
8341 / 249630
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Gérard dit Richard BOHAN
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/



  • Western Front

  • Medical
  • Remembrance



Notes and questions

Login to leave a note