FRBMTO-014 Georges PIGANIOL, officier d'administration général de santé, item 65

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

  S.te Hélène 24 déc. 1915


Durban est partui depuis plusieurs jours; pas 

très loin d'ailleurs; il est actuellement à

Cumières, à 2 km de nous. Je ne patis

nullement de la direction de Dubois, qui

embête plutot les secretaires du gestionnaire

en demandant des tas de précisions et

de renseignements.

  Grande chasse avant hier soir; voyage

à Vauciennes et chasse nocturne sous bois, au

clair de lune; accompagné par un bûcherons qui

voit épatamment le gibier, et Boissinot

qui était dans un état lamentable, à la

suite du déjeuner offert à Durban le matin.

Sept coups de fusil; 6 faisans su tableau.

J'y reviendrai un de ces soirs, car tout ce gibier

se volatilise en cadeaux de distributions

diverses et il n'en reste rien pour moi.

 Marceron en a emporté un, on m'a demandé

d'en porter 2 à Durban chez qui nous dinons

demain, j'en ai envoyé un à Toulouse, et

pssst .... plus rien.

 La mode est actuellement aux lectures, dans

la chambre des officiers d'adm.on. J'ai lu depuis


 Page droite 


que je suis là: Le mannequin d'osier et La

rotisserie de la reine Pédauque, La bataille

de Claude Farrère, et j'ai en ce moment sur ma

table, Boileau, La Bruyère et des contes

de Flaubert.

Nous comptions etre ici pour très

longtemps - on nous y avait presque promis

l'hiver - mais hier, on nous annonce que

nous sommes affectés à la 32.e Division,

 ce qui semblerait indiquer que nous la

suivrons dans ses déplacements. Dommage,

 car le voisinage d'Epernay est un bel agrément,

quoique je n'ai pas encore su en tirer tous

les avantages qui comporte habituellement

mon passage dans une ville.

  Je vais pourtant à Epernay tous

les matins, sous couleur de ravitaillement

et je m'emploie en réalité, après avoir paru

au bureau de l'intendance, a acheter

en ville des livres ou des huîtres, où à

essayer de retrouver par la ville une

jeune fille, fort bien ma foi, que remarqua

Boissinot dimanche dernier. Travail

désintéressé, ou presque que ne couronna aucun



Transcription saved

  S.te Hélène 24 déc. 1915


Durban est partui depuis plusieurs jours; pas 

très loin d'ailleurs; il est actuellement à

Cumières, à 2 km de nous. Je ne patis

nullement de la direction de Dubois, qui

embête plutot les secretaires du gestionnaire

en demandant des tas de précisions et

de renseignements.

  Grande chasse avant hier soir; voyage

à Vauciennes et chasse nocturne sous bois, au

clair de lune; accompagné par un bûcherons qui

voit épatamment le gibier, et Boissinot

qui était dans un état lamentable, à la

suite du déjeuner offert à Durban le matin.

Sept coups de fusil; 6 faisans su tableau.

J'y reviendrai un de ces soirs, car tout ce gibier

se volatilise en cadeaux de distributions

diverses et il n'en reste rien pour moi.

 Marceron en a emporté un, on m'a demandé

d'en porter 2 à Durban chez qui nous dinons

demain, j'en ai envoyé un à Toulouse, et

pssst .... plus rien.

 La mode est actuellement aux lectures, dans

la chambre des officiers d'adm.on. J'ai lu depuis


 Page droite 


que je suis là: Le mannequin d'osier et La

rotisserie de la reine Pédauque, La bataille

de Claude Farrère, et j'ai en ce moment sur ma

table, Boileau, La Bruyère et des contes

de Flaubert.

Nous comptions etre ici pour très

longtemps - on nous y avait presque promis

l'hiver - mais hier, on nous annonce que

nous sommes affectés à la 32.e Division,

 ce qui semblerait indiquer que nous la

suivrons dans ses déplacements. Dommage,

 car le voisinage d'Epernay est un bel agrément,

quoique je n'ai pas encore su en tirer tous

les avantages qui comporte habituellement

mon passage dans une ville.

  Je vais pourtant à Epernay tous

les matins, sous couleur de ravitaillement

et je m'emploie en réalité, après avoir paru

au bureau de l'intendance, a acheter

en ville des livres ou des huîtres, où à

essayer de retrouver par la ville une

jeune fille, fort bien ma foi, que remarqua

Boissinot dimanche dernier. Travail

désintéressé, ou presque que ne couronna aucun




Transcription history
  • November 28, 2017 15:47:15 Giulia Rigoni Savioli

      S.te Hélène 24 déc. 1915


    Durban est partui depuis plusieurs jours; pas 

    très loin d'ailleurs; il est actuellement à

    Cumières, à 2 km de nous. Je ne patis

    nullement de la direction de Dubois, qui

    embête plutot les secretaires du gestionnaire

    en demandant des tas de précisions et

    de renseignements.

      Grande chasse avant hier soir; voyage

    à Vauciennes et chasse nocturne sous bois, au

    clair de lune; accompagné par un bûcherons qui

    voit épatamment le gibier, et Boissinot

    qui était dans un état lamentable, à la

    suite du déjeuner offert à Durban le matin.

    Sept coups de fusil; 6 faisans su tableau.

    J'y reviendrai un de ces soirs, car tout ce gibier

    se volatilise en cadeaux de distributions

    diverses et il n'en reste rien pour moi.

     Marceron en a emporté un, on m'a demandé

    d'en porter 2 à Durban chez qui nous dinons

    demain, j'en ai envoyé un à Toulouse, et

    pssst .... plus rien.

     La mode est actuellement aux lectures, dans

    la chambre des officiers d'adm.on. J'ai lu depuis


     Page droite 


    que je suis là: Le mannequin d'osier et La

    rotisserie de la reine Pédauque, La bataille

    de Claude Farrère, et j'ai en ce moment sur ma

    table, Boileau, La Bruyère et des contes

    de Flaubert.

    Nous comptions etre ici pour très

    longtemps - on nous y avait presque promis

    l'hiver - mais hier, on nous annonce que

    nous sommes affectés à la 32.e Division,

     ce qui semblerait indiquer que nous la

    suivrons dans ses déplacements. Dommage,

     car le voisinage d'Epernay est un bel agrément,

    quoique je n'ai pas encore su en tirer tous

    les avantages qui comporte habituellement

    mon passage dans une ville.

      Je vais pourtant à Epernay tous

    les matins, sous couleur de ravitaillement

    et je m'emploie en réalité, après avoir paru

    au bureau de l'intendance, a acheter

    en ville des livres ou des huîtres, où à

    essayer de retrouver par la ville une

    jeune fille, fort bien ma foi, que remarqua

    Boissinot dimanche dernier. Travail

    désintéressé, ou presque que ne couronna aucun




  • November 28, 2017 15:45:10 Giulia Rigoni Savioli

      S.te Hélène 24 déc. 1915


    Durban est partui depuis plusieurs jours; pas

    très loin d'ailleurs; il est actuellement à

    Cumières, à 2 km de nous. Je ne patis

    nullement de la direction de Dubois, qui

    embête plutot les secretaires du gestionnaire

    en demandant des tas de précisions et

    de renseignements.

      Grande chasse avant hier soir; voyage

    à Vauciennes et chasse nocturne sous bois, au

    clair de lune; accompagné par un bûcherons qui

    voit épatamment le gibier, et Boissinot

    qui était dans un état lamentable, à la

    suite du déjeuner offert à Durban le matin.

    Sept coups de fusil; 6 faisans su tableau.

    J'y reviendrai un de ces soirs, car tout ce gibier

    se volatilise en cadeaux de distributions

    diverses et il n'en reste rien pour moi.

     Marceron en a emporté un, on m'a demandé

    d'en porter 2 à Durban chez qui nous dinons

    demain, j'en ai envoyé un à Toulouse, et

    pssst .... plus rien.

     La mode est actuellement aux lecture, dans

    la chambre des officiers d'adm.on. J'ai lu depuis


     Page droite 


    que je suis là: Le mannequin d'osier et La

    rotisserie de la reine Pédauque, La bataille

    de Claude Farrère, et j'ai en ce moment sur ma

    table, Boileau, La Bruyère et des contes

    de Flaubert.

    Nous comptions etre ici pour très

    longtemps - on nous y avait presque promis

    l'hiver - mais hier, on nous annonce que

    nous sommes affectés à la 32.e Division,

     ce qui semblerait indiquer que nous la

    suivrons dans ses déplacements. Dommage,

     car le voisinage d'Epernay est un bel agrément,

    quoique je n'ai pas encore su en tirer tous

    les avantages qui comporte habituellement

    mon passage dans une ville.

      Je vais pourtant à Epernay tous

    les matins, sous couleur de ravitaillement

    et je m'emploie en réalité, après avoir paru

    au bureau de l'intendance, a acheter

    en ville des livres ou des huitres, où à

    essayer de retrouver par la ville une

    jeune fille, fort bien ma foi, que remarqua

    Boissinot dimanche dernier. Travail

    désintéressé, ou presque que ne couronna aucun




  • November 28, 2017 15:34:50 Giulia Rigoni Savioli

      S.te Hélène 24 déc. 1915


    Durban est partui depuis plusieurs jours; pas

    très loin d'ailleurs; il est actuellement à

    Cumières, à 2 km de nous. Je ne patis

    nullement de la direction de Dubois, qui

    embête plutot les secretaires du gestionnaire

    en demandant des tas de précisions et

    de renseignements.

      Grande chasse avant hier soir; voyage

    à Vauciennes et chasse nocturne sous bois, au

    clair de lune; accompagné par un bûcherons qui

    voit épatamment le gibier, et Boissinot

    qui était dans un état lamentable, à la

    suite du déjeuner offert à Durban le matin.

    Sept coups de fusil; 6 faisans su tableau.

    J'y reviendrai un de ces soirs, car tout ce gibier

    se volatilise en cadeaux de distributions

    diverses et il n'en reste rien pour moi.

     Marceron en a emporté un, on m'a demandé

    d'en porter 2 à Durban chez qui nous dinons

    demain, j'en ai envoyé un à Toulouse, et

    pssst .... plus rien.

     La mode est actuellement aux lecture, dans

    la chambre des officiers d'adm.on. J'ai lu depuis


     Page droite 


    que je suis là: le mannequin d'osier et la

    rotisseria de la reine Pédanque, la bataille

    de Claude 


  • November 28, 2017 15:32:41 Giulia Rigoni Savioli

      S.te Hélène 24 déc. 1915


    Durban est partui depuis plusieurs jours; pas

    très loin d'ailleurs; il est actuellement à

    Cumières, à 2 km de nous. Je ne patis

    nullement de la direction de Dubois, qui

    embête plutot les secretaires du gestionnaire

    en demandant des tas de précisions et

    de renseignements.

      Grande chasse avant hier soir; voyage

    à Vauciennes et chasse nocturne sous bois, au

    clair de lune; accompagné par un bûcherons qui

    voit épatamment le gibier, et Boissinot

    qui était dans un état lamentable, à la

    suite du déjeuner offert à Durban le matin.

    Sept coups de fusil; 6 faisans su tableau.

    J'y reviendrai un de ces soirs, car tout ce gibier

    se volatilise en cadeaux de distributions

    diverses et il n'en reste rien pour moi.

     Marceron en a emporté un, on m'a demandé

    d'en porter 2 à Durban chez qui nous dinons

    demain, j'en ai envoyé un à Toulouse, et

    pssst .... plus rien


  • November 28, 2017 15:29:14 Giulia Rigoni Savioli

      S.te Hélène 24 déc. 1915


    Durban est partui depuis plusieurs jours; pas

    très loin d'ailleurs; il est actuellement à

    Cumières, à 2 km de nous. Je ne patis

    nullement de la direction de Dubois, qui

    embête plutot les secretaires du gestionnaire

    en demandant des tas de précisions et

    de renseignements.

      Grande chasse avant hier soir; voyage

    à Vauciennes et chasse nocturne sous bois, au

    clair de lune; accompagné par un bûcherons qui

    voit épatamment le gibier, et Boissinot

    qui était dans un état lamentable, à la

    suite du déjeuner offert à Durban le matin


  • November 28, 2017 15:28:02 Giulia Rigoni Savioli

      S.te Hélène 24 déc. 1915


    Durban est partui depuis plusieurs jours; pas

    très loin d'ailleurs; il est actuellement à

    Cumières, à 2 km de nous. Je ne patis

    nullement de la direction de Dubois, qui

    embête plutot les secretaires du gestionnaire

    en demandant des tas de précisions et

    de renseignements.

      Grande chasse avant hier soir; voyage

    à Vauciennes et chasse nocturnesous bois, au

    clair de lune; accompagné par un bucherons qui

    voit épatamment le gibier, et Boissinot

    qui était dans un état lamentable, à la

    suite du déjeuner offert à Durban le matin


Description

Save description
  • 50.1556532858612||2.3328292539063114||

    Doullens

    ||1
Location(s)
  • Story location Doullens


ID
8341 / 249626
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Gérard dit Richard BOHAN
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/



  • Western Front

  • Medical
  • Remembrance



Notes and questions

Login to leave a note