FRBMTO-014 Georges PIGANIOL, officier d'administration général de santé, item 59

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

 Somme Tourbe le 27 nov. 1915


Je crois que cette fois nous y sommes plus pour longtemps.

 Il y a d'ailleurs du nouveau tous ces jours-ci

D'abord des projets de loi à vous faire passere le frisson

dans le dos, d'après lesquel, tous les officiers

s'adm.on de moins de 40 ans seraient reversés dans

l'infanterie pour encadrer au printemps les troupes

noires - Voilà une belle perspective. Pourvu que ça

ne passe pas. Je ne me vois pas du tout sortir des

tranchées, à l'assaut, à la tête d'une bande de

nègres.

  Et alors aujourdhui, nous avons reçu l'ordre

de nous tenire prêts à partir; on endivisionne

l'ambulance à la 32° missing, et on nous a dit de

nous tenir prêt à embarquer- Pour où? mystère.

On parle de la Serbie ... que sais je encore? Moi

qui espèrais revenir à Troyes dans quelques jour,

 voir Thérèse et Suzanne, me voilà joli. Enfin ne nous

pleignons pas trop. Il vaut mieux aller n'importe

où comme ambulance que conduire sous le feu des

mitrailleuse une bande hurlant de Sénégalais.

 On s'est bien amusé ces jours derniers à

l'ambulance. Marceron faisait tous les frais


 Page droite 

de notre amusement. Il nous a raconté des histoires

fantastiques, comme celle de son incorporation

qui racontée par lui, prend des proportions homé-

rique de folle aventure. Il a un vrai talent de

comique, ce type là et ses histoires, alternant

avec les chansons de Sterlin composaient des

programmes uniques. Il a d'ailleurs chanté

lui-même tout ce qu'on a voulu, et joué même

aver Sterlin - et comment ! une scène de

Carmen. Roulier que j'avais invité ce soir là

en était malade.

  Avanthier je suis allé sous le soleil -

faire une promenade à pied avec Chabbert, à

Lassalle Saint Jean, Laval et Wargemoulin. Il

n'y tombait pas de marmites, heureusement, et on

entendait que le sifflement de nos obus.

  Maintenant, Boissinot et Marceron

sont en permission, et on s'ennuie ici. Et bientot

on n'y sera plus. Je regrette pourtant de m'en aller.

J'étais presque installé, avec un bon  poële,  mes

copains de la 2/82 à 2 pas, l'espoir d'aller

bientot à Troyes - où serons nous dans 8 jours ?


Transcription saved

 Somme Tourbe le 27 nov. 1915


Je crois que cette fois nous y sommes plus pour longtemps.

 Il y a d'ailleurs du nouveau tous ces jours-ci

D'abord des projets de loi à vous faire passere le frisson

dans le dos, d'après lesquel, tous les officiers

s'adm.on de moins de 40 ans seraient reversés dans

l'infanterie pour encadrer au printemps les troupes

noires - Voilà une belle perspective. Pourvu que ça

ne passe pas. Je ne me vois pas du tout sortir des

tranchées, à l'assaut, à la tête d'une bande de

nègres.

  Et alors aujourdhui, nous avons reçu l'ordre

de nous tenire prêts à partir; on endivisionne

l'ambulance à la 32° missing, et on nous a dit de

nous tenir prêt à embarquer- Pour où? mystère.

On parle de la Serbie ... que sais je encore? Moi

qui espèrais revenir à Troyes dans quelques jour,

 voir Thérèse et Suzanne, me voilà joli. Enfin ne nous

pleignons pas trop. Il vaut mieux aller n'importe

où comme ambulance que conduire sous le feu des

mitrailleuse une bande hurlant de Sénégalais.

 On s'est bien amusé ces jours derniers à

l'ambulance. Marceron faisait tous les frais


 Page droite 

de notre amusement. Il nous a raconté des histoires

fantastiques, comme celle de son incorporation

qui racontée par lui, prend des proportions homé-

rique de folle aventure. Il a un vrai talent de

comique, ce type là et ses histoires, alternant

avec les chansons de Sterlin composaient des

programmes uniques. Il a d'ailleurs chanté

lui-même tout ce qu'on a voulu, et joué même

aver Sterlin - et comment ! une scène de

Carmen. Roulier que j'avais invité ce soir là

en était malade.

  Avanthier je suis allé sous le soleil -

faire une promenade à pied avec Chabbert, à

Lassalle Saint Jean, Laval et Wargemoulin. Il

n'y tombait pas de marmites, heureusement, et on

entendait que le sifflement de nos obus.

  Maintenant, Boissinot et Marceron

sont en permission, et on s'ennuie ici. Et bientot

on n'y sera plus. Je regrette pourtant de m'en aller.

J'étais presque installé, avec un bon  poële,  mes

copains de la 2/82 à 2 pas, l'espoir d'aller

bientot à Troyes - où serons nous dans 8 jours ?



Transcription history
  • November 23, 2017 13:43:13 Giulia Rigoni Savioli

     Somme Tourbe le 27 nov. 1915


    Je crois que cette fois nous y sommes plus pour longtemps.

     Il y a d'ailleurs du nouveau tous ces jours-ci

    D'abord des projets de loi à vous faire passere le frisson

    dans le dos, d'après lesquel, tous les officiers

    s'adm.on de moins de 40 ans seraient reversés dans

    l'infanterie pour encadrer au printemps les troupes

    noires - Voilà une belle perspective. Pourvu que ça

    ne passe pas. Je ne me vois pas du tout sortir des

    tranchées, à l'assaut, à la tête d'une bande de

    nègres.

      Et alors aujourdhui, nous avons reçu l'ordre

    de nous tenire prêts à partir; on endivisionne

    l'ambulance à la 32° missing, et on nous a dit de

    nous tenir prêt à embarquer- Pour où? mystère.

    On parle de la Serbie ... que sais je encore? Moi

    qui espèrais revenir à Troyes dans quelques jour,

     voir Thérèse et Suzanne, me voilà joli. Enfin ne nous

    pleignons pas trop. Il vaut mieux aller n'importe

    où comme ambulance que conduire sous le feu des

    mitrailleuse une bande hurlant de Sénégalais.

     On s'est bien amusé ces jours derniers à

    l'ambulance. Marceron faisait tous les frais


     Page droite 

    de notre amusement. Il nous a raconté des histoires

    fantastiques, comme celle de son incorporation

    qui racontée par lui, prend des proportions homé-

    rique de folle aventure. Il a un vrai talent de

    comique, ce type là et ses histoires, alternant

    avec les chansons de Sterlin composaient des

    programmes uniques. Il a d'ailleurs chanté

    lui-même tout ce qu'on a voulu, et joué même

    aver Sterlin - et comment ! une scène de

    Carmen. Roulier que j'avais invité ce soir là

    en était malade.

      Avanthier je suis allé sous le soleil -

    faire une promenade à pied avec Chabbert, à

    Lassalle Saint Jean, Laval et Wargemoulin. Il

    n'y tombait pas de marmites, heureusement, et on

    entendait que le sifflement de nos obus.

      Maintenant, Boissinot et Marceron

    sont en permission, et on s'ennuie ici. Et bientot

    on n'y sera plus. Je regrette pourtant de m'en aller.

    J'étais presque installé, avec un bon  poële,  mes

    copains de la 2/82 à 2 pas, l'espoir d'aller

    bientot à Troyes - où serons nous dans 8 jours ?



  • November 23, 2017 13:42:44 Giulia Rigoni Savioli

     Somme Tourbe le 27 nov. 1915


    Je crois que cette fois nous y sommes plus pour longtemps.

     Il y a d'ailleurs du nouveau tous ces jours-ci

    D'abord des projets de loi à vous faire passere le frisson

    dans le dos, d'après lesquel, tous les officiers

    s'adm.on de moins de 40 ans seraient reversés dans

    l'infanterie pour encadrer au printemps les troupes

    noires - Voilà une belle perspective. Pourvu que ça

    ne passe pas. Je ne me vois pas du tout sortir des

    tranchées, à l'assaut, à la tête d'une bande de

    nègres.

      Et alors aujourdhui, nous avons reçu l'ordre

    de nous tenire prêts à partir; on endivisionne

    l'ambulance à la 32° missing, et on nous a dit de

    nous tenire prêt à embarquer- Pour où? mystère.

    On parle de la Serbie ... que sais je encore? Moi

    qui espèrais revenir à Troyes dans quelques jour,

     voir Thérèse et Suzanne, me voilà joli. Enfin ne nous

    pleignons pas trop. Il vaut mieux aller n'importe

    où comme ambulance que conduire sous le feu des

    mitrailleuse une bande hurlant de Sénégalais.

     On s'est bien amusé ces jours derniers à

    l'ambulance. Marceron faisait tous les frais


     Page droite 

    de notre amusement. Il nous a raconté des histoires

    fantastiques, comme celle de son incorporation

    qui racontée par lui, prend des proportions homé-

    rique de folle aventure. Il a un vrai talent de

    comique, ce type là et ses histoires, alternant

    avec les chansons de Sterlin composaient des

    programmes uniques. Il a d'ailleurs chanté

    lui-même tout ce qu'on a voulu, et joué même

    aver Sterlin - et comment ! une scène de

    Carmen. Roulier que j'avais invité ce soir là

    en était malade.

      Avanthier je suis allé sous le soleil -

    faire une promenade à pied avec Chabbert, à

    Lassalle Saint Jean, Laval et Wargemoulin. Il

    n'y tombait pas de marmites, heureusement, et on

    entendait que le sifflement de nos obus.

      Maintenant, Boissinot et Marceron

    sont en permission, et on s'ennuie ici. Et bientot

    on n'y sera plus. Je regrette pourtant de m'en aller.

    J'étais presque installé, avec un bon  poële,  mes

    copains de la 2/82 à 2 pas, l'espoir d'aller

    bientot à Troyes - où serons nous dans 8 jours ?



  • November 23, 2017 13:00:27 Giulia Rigoni Savioli

     Somme Tourbe le 27 nov. 1915


    Je crois que cette fois nous y sommes plus pour longtemps.

     Il y a d'ailleurs du nouveau tous ces jours-ci

    D'abord des projets de loi à vous faire passere le frisson

    dans le dos, d'après lesquel, tous les officiers

    s'adm.on de moins de 40 ans seraient reversés dans

    l'infanterie pour encadrer au printemps les troupes

    noires - Voilà une belle perspective. Pourvu que ça

    ne passe pas. Je ne me vois pas du tout sortir des

    tranchées, à l'assaut, à la tête d'une bande de

    nègres.

      Et alors aujourdhui, nous avons reçu l'ordre

    de nous tenire prêts à partir; on endivisionne

    l'ambulance à la 32° missing, et on nous a dit de

    nous tenire prêt à embarquer- Pour où? mystère.

    On parle de la Serbie ... que sais je encore? Moi

    qui espèrais revenir à Troyes dans quelques jour,

     voir Thérèse et Suzanne, me voilà joli. Enfin ne nous

    pleignons pas trop. Il vaut mieux aller n'importe

    où comme ambulance que conduire sous le feu des

    mitrailleuse une bande hurlant de Sénégalais.

     On s'est bien amusé ces jours derniers à

    l'ambulance. Marceron faisait tous les frais


     Page droite 

    de notre amusement. Il nous a raconté des histoires

    fantastiques, comme celle de son incorporation

    qui racontée par lui, prend des proportions homé-

    rique de folle aventure. Il a un vrai talent de

    comique, ce type là et ses histoires, alternant

    avec les chansons de Sterlin composaient des

    programmes uniques. Il a d'ailleurs chanté

    lui-même tout ce qu'on a voulu, et joué même

    aver Sterlin - et comment ! une scène de

    Carmen. Roulier que j'avais invité ce soir là

    en était malade.

      Avanthier je suis allé sous le soleil -

    faire une promenade à pied avec Chabbert, à

    Lassalle Saint Jean, Laval et Wargemoulin. Il

    n'y tombait pas de marmites, heureusement, et on

    entendait que le sifflement de nos obus.

      Maintenant, Boissinot et Marceron

    sont en permission, et on s'ennuie ici. Et bientot

    on n'y sera plus. Je regrette pourtant de m'en aller.

    J'étais presque installé, avec in bon  poele mes

    copains de la 2/82 à 2 pas, l'espoir d'aller

    bientot à Troyes - où serons nous dans 8 jours ?



  • November 23, 2017 12:54:43 Giulia Rigoni Savioli

     Somme Tourbe le 27 nov. 1915


    Je crois que cette fois nous y sommes plus pour longtemps.

     Il y a d'ailleurs du nouveau tous ces jours-ci

    D'abord des projets de loi à vous faire passere le frisson

    dans le dos, d'après lesquel, tous les officiers

    s'adm.on de moins de 40 ans seraient reversés dans

    l'infanterie pour encadrer au printemps les troupes

    noires - Voilà une belle perspective. Pourvu que ça

    ne passe pas. Je ne me vois pas du tout sortir des

    tranchées, à l'assaut, à la tête d'une bande de

    nègres.

      Et alors aujourdhui, nous avons reçu l'ordre

    de nous tenire prêts à partir; on endivisionne

    l'ambulance à la 32° missing, et on nous a dit de

    nous tenire prêt à embarquer- Pour où? mystère.

    On parle de la Serbie ... que sais je encore? Moi

    qui espèrais revenir à Troyes dans quelques jour,

     voir Thérèse et Suzanne, me voilà joli. Enfin ne nous

    pleignons pas trop. Il vaut mieux aller n'importe

    où comme ambulance que conduire sous le feu des

    mitrailleuse une bande hurlant de Sénégalais.

     On s'est bien amusé ces jours derniers à

    l'ambulance. Marceron faisait tous les frais


     Page droite 

    de notre amusement. Il nous a raconté des histoires

    fantastiques, comme celle de son incorporation

    qui racontée par lui, prend des proportions homé-

    rique de folle aventure. Il a un vrai talent de

    comique, ce type là et ses histoires, alternant

    avec les chansons de Sterlin composaient des

    programmes uniques. Il a d'ailleurs chanté

    lui-même tout ce qu'on a voulu, et joué même

    aver Sterlin - et comment ! une scène de

    Carmen. Roulier que j'avais invité ce soir là

    en était malade.

      Avanthier je suis allé sous le soleil -

    faire une promenade à pied avec Chabbert, à

    Lassalle Saint Jean, Laval et Wargemoulin



  • November 23, 2017 12:49:10 Giulia Rigoni Savioli

     Somme Tourbe le 27 nov. 1915


    Je crois que cette fois nous y sommes plus pour longtemps.

     Il y a d'ailleurs du nouveau tous ces jours-ci

    D'abord des projets de loi à vous faire passere le frisson

    dans le dos, d'après lesquel, tous les officiers

    s'adm.on de moins de 40 ans seraient reversés dans

    l'infanterie pour encadrer au printemps les troupes

    noires - Voilà ine belle perspective. Pourvu que ça

    ne passe pas. Je ne me vois pas du tout sortir des

    tranchées, à l'assaut, à la tete d'une bande de

    nègres.

      Et alors aujourdhui, nous avons reçu l'ordre

    de nous tenire prets à partir; on endivisionne

    l'ambulance à la 32° missing, et on nous a dit de

    nous tenire prest à embarquer- Pour où? mystère.

    On parke de la Serbie ... que sais je encore? Moi

    qui espèrais revenir à Troyes dans quelques jour,

     voir Thérèse et Suzanne, me voilà joli. Enfin ne nous

    pleignons pas trop. Il vaut mieux aller n'importe

    où comme ambulance que consuire sous le feu des

    mitrailleuse une bande hurlant de Sénégalais.

     On s'est bien amusé ces jours derniers à

    l'ambulance. Marceron faisait tous les frais


     Page droite 

    de notre amusement. Il nous a raconté des histoires

    fantastiques, comme celle de son incorporation



Description

Save description
  • 50.1556532858612||2.3328292539063114||

    Doullens

    ||1
Location(s)
  • Story location Doullens


ID
8341 / 249616
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Gérard dit Richard BOHAN
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/



  • Western Front

  • Medical
  • Remembrance



Notes and questions

Login to leave a note