FRBMTO-014 Georges PIGANIOL, officier d'administration général de santé, item 43

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

Une de nos saucisses a été ce matin descendue

en flammes par un avion boche. Je crois que c'est

celle qui était devant nous: mai il n'y avait dedans

personne de ma connaissance- c'était un maréchal

des  logis , qui a été grillé.

   Les boches ont tenté quelques contre attaques

repoussées d'ailleurs: leurs colonnes ont été brisées

par les canons, sans que les fantassins aient à

tirer.


   Somme Tourbe 10 oct 1915

Enfin ça y est. J'ai l'ordre de retourner à la réserve

de personnel, c-à-c à troyes: je partirai sans doute

après demain, peu regretté par Chassevant.

  Au fond, ça m'ennuie de partir, car depuis

que je n'étais plus gestionnaire, j'étais rudement

tranquille ici: tous les orages passaient à coté

de moi sans m'atteindre, et le service des décès

 et successions était fameus, les clients ne se plaignent

jamais, suivant la vieille plaisanterie de goût douteux-

Et j'ai ici de bons camarades: a part cette vieille

fripouille de patron, égoïste, vaniteux, bête et hy-

pocrite, il y a là un groupe de bons copains. Dans

quoi vais je tomber maintenant! Dans quel groupe


 page droite 


de quinteux, bilieux ou moroses? Voilà le point noir.

 Aujourdhui Berthelin est venu nous

voir, et je l'ai raccompagné à Suippes après

déjeuner. L'amb. 3 est installée - les officiers - dans 

un café abandonné au bord de la route; maison

un peu sale, après 10 mois d'occupation militaire.

un peu entanée par quelque obus - ce n'est pas 

épatant, et j'aime autant ma cagna que plusieurs

de leurs chambres. Ils sont là en sous ordre dans

un hôpital d'évacuation, ey pas très contents.

Au demeurant, pas très d'accord entre eux, et

leur bon diable de médecin chef a du mal à

attenuer les discordes.

   Il paraitrait que notre offensive est

terminée. C'est au moins les bruit qui court aujour-

dhui, aussi bien chez nous qu'à Suippes. On veut

envoyer trop de renforts en Serbie pour pouvoir

continuer à attaquer en France. Drôle de

guerre !


     Troyes , 15 oct. 1915

Et me reoila en pays civilisé. J'écris dans une

vraie chambre, qui a des fenêtres avec des rideaux,

 et une glace sur la cheminée. Eh bien, ce qu'il y a de 

Transcription saved

Une de nos saucisses a été ce matin descendue

en flammes par un avion boche. Je crois que c'est

celle qui était devant nous: mai il n'y avait dedans

personne de ma connaissance- c'était un maréchal

des  logis , qui a été grillé.

   Les boches ont tenté quelques contre attaques

repoussées d'ailleurs: leurs colonnes ont été brisées

par les canons, sans que les fantassins aient à

tirer.


   Somme Tourbe 10 oct 1915

Enfin ça y est. J'ai l'ordre de retourner à la réserve

de personnel, c-à-c à troyes: je partirai sans doute

après demain, peu regretté par Chassevant.

  Au fond, ça m'ennuie de partir, car depuis

que je n'étais plus gestionnaire, j'étais rudement

tranquille ici: tous les orages passaient à coté

de moi sans m'atteindre, et le service des décès

 et successions était fameus, les clients ne se plaignent

jamais, suivant la vieille plaisanterie de goût douteux-

Et j'ai ici de bons camarades: a part cette vieille

fripouille de patron, égoïste, vaniteux, bête et hy-

pocrite, il y a là un groupe de bons copains. Dans

quoi vais je tomber maintenant! Dans quel groupe


 page droite 


de quinteux, bilieux ou moroses? Voilà le point noir.

 Aujourdhui Berthelin est venu nous

voir, et je l'ai raccompagné à Suippes après

déjeuner. L'amb. 3 est installée - les officiers - dans 

un café abandonné au bord de la route; maison

un peu sale, après 10 mois d'occupation militaire.

un peu entanée par quelque obus - ce n'est pas 

épatant, et j'aime autant ma cagna que plusieurs

de leurs chambres. Ils sont là en sous ordre dans

un hôpital d'évacuation, ey pas très contents.

Au demeurant, pas très d'accord entre eux, et

leur bon diable de médecin chef a du mal à

attenuer les discordes.

   Il paraitrait que notre offensive est

terminée. C'est au moins les bruit qui court aujour-

dhui, aussi bien chez nous qu'à Suippes. On veut

envoyer trop de renforts en Serbie pour pouvoir

continuer à attaquer en France. Drôle de

guerre !


     Troyes , 15 oct. 1915

Et me reoila en pays civilisé. J'écris dans une

vraie chambre, qui a des fenêtres avec des rideaux,

 et une glace sur la cheminée. Eh bien, ce qu'il y a de 


Transcription history
  • November 17, 2017 18:41:11 Giulia Rigoni Savioli

    Une de nos saucisses a été ce matin descendue

    en flammes par un avion boche. Je crois que c'est

    celle qui était devant nous: mai il n'y avait dedans

    personne de ma connaissance- c'était un maréchal

    des  logis , qui a été grillé.

       Les boches ont tenté quelques contre attaques

    repoussées d'ailleurs: leurs colonnes ont été brisées

    par les canons, sans que les fantassins aient à

    tirer.


       Somme Tourbe 10 oct 1915

    Enfin ça y est. J'ai l'ordre de retourner à la réserve

    de personnel, c-à-c à troyes: je partirai sans doute

    après demain, peu regretté par Chassevant.

      Au fond, ça m'ennuie de partir, car depuis

    que je n'étais plus gestionnaire, j'étais rudement

    tranquille ici: tous les orages passaient à coté

    de moi sans m'atteindre, et le service des décès

     et successions était fameus, les clients ne se plaignent

    jamais, suivant la vieille plaisanterie de goût douteux-

    Et j'ai ici de bons camarades: a part cette vieille

    fripouille de patron, égoïste, vaniteux, bête et hy-

    pocrite, il y a là un groupe de bons copains. Dans

    quoi vais je tomber maintenant! Dans quel groupe


     page droite 


    de quinteux, bilieux ou moroses? Voilà le point noir.

     Aujourdhui Berthelin est venu nous

    voir, et je l'ai raccompagné à Suippes après

    déjeuner. L'amb. 3 est installée - les officiers - dans 

    un café abandonné au bord de la route; maison

    un peu sale, après 10 mois d'occupation militaire.

    un peu entanée par quelque obus - ce n'est pas 

    épatant, et j'aime autant ma cagna que plusieurs

    de leurs chambres. Ils sont là en sous ordre dans

    un hôpital d'évacuation, ey pas très contents.

    Au demeurant, pas très d'accord entre eux, et

    leur bon diable de médecin chef a du mal à

    attenuer les discordes.

       Il paraitrait que notre offensive est

    terminée. C'est au moins les bruit qui court aujour-

    dhui, aussi bien chez nous qu'à Suippes. On veut

    envoyer trop de renforts en Serbie pour pouvoir

    continuer à attaquer en France. Drôle de

    guerre !


         Troyes , 15 oct. 1915

    Et me reoila en pays civilisé. J'écris dans une

    vraie chambre, qui a des fenêtres avec des rideaux,

     et une glace sur la cheminée. Eh bien, ce qu'il y a de 


  • November 17, 2017 18:29:18 Giulia Rigoni Savioli

    Une de nos saucisses a été ce matin descendue

    en flammes par un avion boche. Je crois que c'est

    celle qui était devant nous: mai il n'y avait dedans

    personne de ma connaissance- c'était un maréchal

    des  logis , qui a été grillé.

       Les boches ont tenté quelques contre attaques

    repoussées d'ailleurs: leurs colonnes ont été brisées

    par les canons, sans que les fantassins aient à

    tirer.


       Somme Tourbe 10 oct 1915

    Enfin ça y est. J'ai l'ordre de retourner à la réserve

    de personnel, c-à-c à troyes: je partirai sans doute

    après demain, peu regretté par Chassevant.

      Au fond, ça m'ennuie de partir, car depuis

    que je n'étais plus gestionnaire, j'étais rudement

    tranquille ici: tous les orages passaient à coté

    de moi sans m'atteindre, et le service des décès

     et successions était fameus, les clients ne se plaignent

    jamais, suivant la vieille plaisanterie de goût douteux-

    Et j'ai ici de bons camarades: a part cette vieille

    fripouille de patron, égoiste, vaniteus, bete et hy-

    pocrite, il y a là un groupe de bons copains. Dans

    quoi vais je tomber maintenant! Dans quel groupe




  • November 17, 2017 18:26:03 Giulia Rigoni Savioli

    Une de nos saucisses a été ce matin descendue

    en flammes par un avion boche. Je crois que c'est

    celle qui était devant nous: mai il n'y avait dedans

    personne de ma connaissance- c'était un maréchal

    des  logis , qui a été grillé.

       Les boches ont tenté quelques contre attaques

    repoussées d'ailleurs: leurs colonnes ont été brisées

    par les canons, sans que les fantassins aient à

    tirer.


       Somme Tourbe 10 oct 1915

    Enfin ça y est. J'ai l'ordre de retourner à la réserve

    de personnel, c-à-c à troyes: je partirai sans doute

    après demain, peu regretté par Chassevant.

      Au fond, ça m'ennuie de partir, car depuis

    que je n'étais plus gestionnaire, j'étais rudement

    tranquille ici: tous les orages passaient à coté

    de moi sans m'atteindre, et le service des décès

     et successions était fameus, les clients ne se plaignent

    jamais, suivant la vieille plaisanterie de gout douteux



Description

Save description
  • 50.1556532858612||2.3328292539063114||

    Doullens

    ||1
Location(s)
  • Story location Doullens


ID
8341 / 249589
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Gérard dit Richard BOHAN
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/



  • Western Front

  • Medical
  • Remembrance



Notes and questions

Login to leave a note