FRBMTO-014 Georges PIGANIOL, officier d'administration général de santé, item 28

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

aprés un voyage assez compliqué à notre recherche

par Troyes, St. Dizier, etc. Il a échoué finale-

ment à  Bettancourt, dans la Meuse, à 12 km

de chez nous, et nous sommes aujourdhui

allés l'y chercher. Rien n'est démoli par là;

il y a a le Q G de la 3° Armée.


   Somme - Tourbe, 30 aout


Dire que je redoutais d'aller à Révigny! Plut

au ciel ....

Le 26 nous avons quitté Vernancourt, qui

m'apparait maintenant comme une capitale,

et nous sommes venus ici.

Horrible: poussière crayeuse, chaleur

étouffante suivi d'orages après lesquels on

gela ; plus un habitant, pas une maison.

 On nous a campé a 1 km du village, dans

un chantier de chemin de fer; nous allons

y faire de l'évacuation - fini le bon vieux

repos, et la douce flemme. - On construit

des baraques à coté d'une voie de garage

Pas d'eau - je n'ai pas encore une chaise.

 En arrivant le 26, j'étais en avant avec

 Pasteau ; nous arrivons dans un nuage de


 page droite 

poussière à l'ex village, détruit comme à

coups de pilon. Mouvement extraordinaire

de troupes surtout à cheval; l'activité est

inimaginable; partout on creuse des routes, on

fait des chemins de fer, à voie large et étroite;

toutes les route sont doublées; des chemins

relient tous les bois dans lequels habitent

des troupes dissimulées dans des trous.

 Personne ne nous attendair ici, on

finit par trouver nostre chantier, un désert

pilé et poudreux où on construit des

baraques entre une route et une voie ferrée.

Qqs planches, beaucoup de cailloux,

ni chaise, ni table. Piteusement, nous

allons dans un petit bousquet vosin (10

pins rabougris) et nous deployons nos deux

tentes tortoise pour y coucher; après un

diner assis sur ma cantine, je me couche

sur un brancard. Où est le confort de

Vernancourt? Dire que nous devions aller à la

chasse au sanglier juste le jour du départ: nous

en avions vu 8 la veille- et on se plaignait.

 Mais ce n'est pas tout; me voilà donc

condamné à coucher avec Chassevant - mais



Transcription saved

aprés un voyage assez compliqué à notre recherche

par Troyes, St. Dizier, etc. Il a échoué finale-

ment à  Bettancourt, dans la Meuse, à 12 km

de chez nous, et nous sommes aujourdhui

allés l'y chercher. Rien n'est démoli par là;

il y a a le Q G de la 3° Armée.


   Somme - Tourbe, 30 aout


Dire que je redoutais d'aller à Révigny! Plut

au ciel ....

Le 26 nous avons quitté Vernancourt, qui

m'apparait maintenant comme une capitale,

et nous sommes venus ici.

Horrible: poussière crayeuse, chaleur

étouffante suivi d'orages après lesquels on

gela ; plus un habitant, pas une maison.

 On nous a campé a 1 km du village, dans

un chantier de chemin de fer; nous allons

y faire de l'évacuation - fini le bon vieux

repos, et la douce flemme. - On construit

des baraques à coté d'une voie de garage

Pas d'eau - je n'ai pas encore une chaise.

 En arrivant le 26, j'étais en avant avec

 Pasteau ; nous arrivons dans un nuage de


 page droite 

poussière à l'ex village, détruit comme à

coups de pilon. Mouvement extraordinaire

de troupes surtout à cheval; l'activité est

inimaginable; partout on creuse des routes, on

fait des chemins de fer, à voie large et étroite;

toutes les route sont doublées; des chemins

relient tous les bois dans lequels habitent

des troupes dissimulées dans des trous.

 Personne ne nous attendair ici, on

finit par trouver nostre chantier, un désert

pilé et poudreux où on construit des

baraques entre une route et une voie ferrée.

Qqs planches, beaucoup de cailloux,

ni chaise, ni table. Piteusement, nous

allons dans un petit bousquet vosin (10

pins rabougris) et nous deployons nos deux

tentes tortoise pour y coucher; après un

diner assis sur ma cantine, je me couche

sur un brancard. Où est le confort de

Vernancourt? Dire que nous devions aller à la

chasse au sanglier juste le jour du départ: nous

en avions vu 8 la veille- et on se plaignait.

 Mais ce n'est pas tout; me voilà donc

condamné à coucher avec Chassevant - mais




Transcription history
  • November 16, 2017 10:17:58 Giulia Rigoni Savioli

    aprés un voyage assez compliqué à notre recherche

    par Troyes, St. Dizier, etc. Il a échoué finale-

    ment à  Bettancourt, dans la Meuse, à 12 km

    de chez nous, et nous sommes aujourdhui

    allés l'y chercher. Rien n'est démoli par là;

    il y a a le Q G de la 3° Armée.


       Somme - Tourbe, 30 aout


    Dire que je redoutais d'aller à Révigny! Plut

    au ciel ....

    Le 26 nous avons quitté Vernancourt, qui

    m'apparait maintenant comme une capitale,

    et nous sommes venus ici.

    Horrible: poussière crayeuse, chaleur

    étouffante suivi d'orages après lesquels on

    gela ; plus un habitant, pas une maison.

     On nous a campé a 1 km du village, dans

    un chantier de chemin de fer; nous allons

    y faire de l'évacuation - fini le bon vieux

    repos, et la douce flemme. - On construit

    des baraques à coté d'une voie de garage

    Pas d'eau - je n'ai pas encore une chaise.

     En arrivant le 26, j'étais en avant avec

     Pasteau ; nous arrivons dans un nuage de


     page droite 

    poussière à l'ex village, détruit comme à

    coups de pilon. Mouvement extraordinaire

    de troupes surtout à cheval; l'activité est

    inimaginable; partout on creuse des routes, on

    fait des chemins de fer, à voie large et étroite;

    toutes les route sont doublées; des chemins

    relient tous les bois dans lequels habitent

    des troupes dissimulées dans des trous.

     Personne ne nous attendair ici, on

    finit par trouver nostre chantier, un désert

    pilé et poudreux où on construit des

    baraques entre une route et une voie ferrée.

    Qqs planches, beaucoup de cailloux,

    ni chaise, ni table. Piteusement, nous

    allons dans un petit bousquet vosin (10

    pins rabougris) et nous deployons nos deux

    tentes tortoise pour y coucher; après un

    diner assis sur ma cantine, je me couche

    sur un brancard. Où est le confort de

    Vernancourt? Dire que nous devions aller à la

    chasse au sanglier juste le jour du départ: nous

    en avions vu 8 la veille- et on se plaignait.

     Mais ce n'est pas tout; me voilà donc

    condamné à coucher avec Chassevant - mais




  • November 16, 2017 10:17:30 Giulia Rigoni Savioli

    aprés un voyage assez compliqué à notre recherche

    par Troyes, St. Dizier, etc. Il a échoué finale-

    ment à  Bettancourt, dans la Meuse, à 12 km

    de chez nous, et nous sommes aujourdhui

    allés l'y chercher. Rien n'est démoli par là;

    il y a a le Q G de la 3° Armée.


       Somme - Tourbe, 30 aout


    Dire que je redoutais d'aller à Révigny! Plut

    au ciel ....

    Le 26 nous avons quitté Vernancourt, qui

    m'apparait maintenant comme une capitale,

    et nous sommes venus ici.

    Horrible: poussière crayeuse, chaleur

    étouffante suivi d'orages après lesquels on

    gela ; plus un habitant, pas une maison.

     On nous a campé a 1 km du village, dans

    un chantier de chemin de fer; nous allons

    y faire de l'évacuation - fini le bon vieux

    repos, et la douce flemme. - On construit

    des baraques à coté d'une voie de garage

    Pas d'eau - je n'ai pas encore une chaise.

     En arrivant le 26, j'étais en avant avec

     Pasteau ; nous arrivons dans un nuage de


     page droite 

    poussière à l'ex village, détruit comme à

    coups de pilon. Mouvement extraordinaire

    de troupes surtout à cheval; l'activité est

    inimaginable; partout on creuse des routes, on

    fait des chemins de fer, à voie large et étroite;

    toutes les route sont doublées; des chemins

    relient tous les bois dans lequels habitent

    des troupes dissimulées dans des trous.

     Personne ne nous attendair ici, on

    finit par trouver nostre chantier, un désert

    pilé et poudreux où on construit des

    baraques entre une route et une voie ferrée.

    Qqs planches, beaucoup de cailloux,

    ni chaise, ni table. Piteusement, nous

    allons dans un petit bousquet vosin (10

    pins rabougris) et nous deployons nos deux

    tentes tortoise pour y coucher; après un

    diner assis sur ma cantine, je me couche

    sur un brancard. Où est le confort de

    Vernancourt? Dire que nous devions aller à la

    chasse au sanglier juste le jour du départ: nous

    en avions vu 8 la veille- et on se plaignait.

     Mais ce n'est pas tout; me voilà donc

    condamné à coucher avec Chassevant - mais




  • November 16, 2017 10:16:03 Giulia Rigoni Savioli

    aprés un voyage assez compliqué à notre recherche

    par Troyes, St. Dizier, etc. Il a échoué finale-

    ment à  Bettancourt, dans la Meuse, à 12 km

    de chez nous, et nous sommes aujourdhui

    allés l'y chercher. Rien n'est démoli par là;

    il y a a le Q G de la 3° Armée.


       Somme - Tourbe, 30 aout


    Dire que je redoutais d'aller à Révigny! Plut

    au ciel ....

    Le 26 nous avons quitté Vernancourt, qui

    m'apparait maintenant comme une capitale,

    et nous sommes venus ici.

    Horrible: poussière crayeuse, chaleur

    étouffante suivi d'orages après lesquels on

    gela ; plus un habitant, pas une maison.

     On nous a campé a 1 km du village, dans

    un chantier de chemin de fer; nous allons

    y faire de l'évacuation - fini le bon vieux

    repos, et la douce flemme. - On construit

    des baraques à coté d'une voie de garage

    Pas d'eau - je n'ai pas encore une chaise.

     En arrivant le 26, j'étais en avant avec

     Pasteau ; nous arrivons dans un nuage de


     page droite 

    poussière à l'ex village, détruit comme à

    coups de pilon. Mouvement extraordinaire

    de troupes surtout à cheval; l'activité est

    inimaginable; partout on creuse des routes, on

    fait des chemins de fer, à voie large et étroite;

    toutes les route sont doublées; des chemins

    relient tous les bois dans lequels habitent

    des troupes dissimulées dans des trous.

     Personne ne nous attendair ici, on

    finit par trouver nostre chantier, un désert

    pilé et poudreux où on construit des

    baraques entre une route et une voie ferrée.

    Qqs planches, beaucoup de cailloux,

    ni chaise, ni table. Piteusement, nous

    allons dans un petit bousquet vosin (10

    pins rabougris) et nous deployons nos deux

    tentes tortoise pour y coucher; après un

    diner assis sur ma cantine, je me couche

    sur un brancard. Où est le confort de

    Vernancourt? Dire que nous devions aller à la

    chasse au sanglier juste le jour du départ




  • November 16, 2017 10:09:47 Giulia Rigoni Savioli

    aprés un voyage assez compliqué à notre recherche

    par Troyes, St. Dizier, etc. Il a échoué finale-

    ment à  Bettancourt, dans la Meuse, à 12 km

    de chez nous, et nous sommes aujourdhui

    allés l'y chercher. Rien n'est démoli par là;

    il y a a le Q G de la 3° Armée.


       Somme - Tourbe, 30 aout


    Dire que je redoutais d'aller à Révigny! Plut

    au ciel ....

    Le 26 nous avons quitté Vernancourt, qui

    m'apparait maintenant comme une capitale,

    et nous sommes venus ici.

    Horrible: poussière crayeuse, chaleur

    étouffante suivi d'orages après lesquels on

    gela ; plus un habitant, pas une maison.

     On nous a campé a 1 km du village, dans

    un chantier de chemin de fer; nous allons

    y faire de l'évacuation - fini le bon vieux

    repos, et la douce flemme. - On construit

    des baraques à coté d'une voie de garage

    Pas d'eau - je n'ai pas encore une chaise.

     En arrivant le 26, j'étais en avant avec

     Pasteau ; nous arrivons dans un nuage de


     page droite 

    poussière à l'ex village, détruit comme à

    coups de pilon. Mouvement extraordinaire

    de troupes surtout à cheval; l'activité est

    inimaginable; partout on creuse des routes, on

    fait des chemins de fer, à voie large et étroite;

    toutes les route sont doublées; des chemins

    relient tous les bois dans lequels habitent

    des troupes dissimulées dans des trous.




  • November 16, 2017 10:07:18 Giulia Rigoni Savioli

    aprés un voyage assez compliqué à notre recherche

    par Troyes, St. Dizier, etc. Il a échoué finale-

    ment à  Ettancourt, dans la Meuse, à 12 km

    de chez nous, et nous sommes aujourdhui

    allés l'y chercher. Rien n'est démoli par là;

    il ya a le Q G de la 3° Armée.


       Somme - Tourbe, 30 aout


    Dire que je redoutais d'aller à Révigny! Plut

    au ciel ....

    Le 26 nous avons quitté Vernancourt, qui

    m'apparait maintenant comme une capitale,

    et nous sommes venus ici.

    Horrible: poussière caryeuse, chaleur

    étouffante suivi d'orages après lesquels on

    gela ; plus un habitant, pas une maison.

     On nous a campé a 1 km du village, dans

    un chantier de chemin de fer; nous allons

    y faire de l'évacuation - fini le bon vieux

    repos, et la douce flemme. - On construit

    des baraques à coté d'une voie de garage

    Pas d'eau - je n'ai pas encore une chaise.

     En arrivant le 26, j'étais en avant avec

     Pasteau ; nous arrivons dans un nuage de


     page droite 

    poussière à l'ex village, détruit comme à

    coups de pilon. Mouvement extraordinaire

    de troupes surtout à cheval; l'activité est

    inimaginable; partiut on creuse des routes, on

    fait des chemins de fer, à voie large et étroite;

    toutes les route sont doublées; des chemins

    relient tous les bois dans lequels habitent

    des troupes dissimulées dans des trous.




  • November 16, 2017 10:03:10 Giulia Rigoni Savioli

    aprés un voyage assez compliqué à notre recherche

    par Troyes, St. Dizier, etc. Il a échoué finale-

    ment à  Ettancourt, dans la Meuse, à 12 km

    de chez nous, et nous sommes aujourdhui

    allés l'y chercher. Rien n'est démoli par là;

    il ya a le Q G de la 3° Armée.


       Somme - Tourbe, 30 aout


    Dire que je redoutais d'aller à Révigny! Plut

    au ciel ....

    Le 26 nous avons quitté Vernancourt, qui

    m'apparait maintenant comme une capitale,

    et nous sommes venus ici.

    Horrible: poussière caryeuse, chaleur

    étouffante suivi d'orages après lesquels on

    gela ; plus un habitant, pas une maison.

     On nous a campé a 1 km du village, dans

    un chantier de chemin de fer; nous allons

    y faire de l'évacuation - fini le bon vieux

    repos, et la douce flemme. - On construit

    des baraques à coté d'une voie de garage

    Pas d'eau - je n'ai pas encore une chaise.

     En arrivant le 26, j'étais en avant avec

     Pasteau ; nous arrivons dans un nuage de



  • November 16, 2017 09:52:44 Giulia Rigoni Savioli

    aprés un voyage assez compliqué à notre recherche

    par Troyes, St. Dizier, etc. Il a échoué finale-

    ment à  Ettancourt, dans la Meuse, à 12 km

    de chez nous, et nous sommes aujourdhui

    allés l'y chercher. Rien n'est démoli par là;

    il ya a le Q G de la 3° Armée.


Description

Save description
  • 50.1556532858612||2.3328292539063114||

    Doullens

    ||1
Location(s)
  • Story location Doullens


ID
8341 / 249567
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Gérard dit Richard BOHAN
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/



  • Western Front

  • Medical
  • Remembrance



Notes and questions

Login to leave a note