FRBMTO-014 Georges PIGANIOL, officier d'administration général de santé, item 26

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

  Vernancourt (Marne) 22 aout

Ca y est ; on a fini par décaler de Vers, vendredi

dernier à 6 heures 1/2. Les Monnoyer, tot levés à leur

habitude, ont d'abord reòu ma visite vers 6

h. moins 1/4, puis sont venus en foule chez moi,

l'élément féminin tout au moins, vers 6 h 1/4.

texte en marge

J'oublie d'ajouter que j'ai copieu

sement embrassé

Mathilde pour

me consoler

de partir

 fin du texte en marge 

 Adieux évidemment touchant, moins de larmes

cependant que le jour de mon départ 

en permission. On s'habitue à tout, même a me

voir partir.

Chassevant grotesque, gueule et trotte

poussivement sur son pauvre cheval le long

de la colonne qu'il commande, le 2 et 3/82

et 13/20. En passant à Saleux, on ramasse

la 15/16, et on arrive à 10 heures a Longueau.

 Embarquement assez facile, des voiture et

chevaux. Nous avons pour l'ambulance (officiers) deux

beaux compartiments d'un wagon couloir. Bridge

sur bridge; vers 6 heures, on contourne Paris de

loin, juste assez pour voir passer le tramway

allant vers Pantin et l'Opéra, qui éveille

en nous plus d'un regret. A 4 heures du matin

on débarque à Vitry le François, et (J'oublie de

dire qu'ayant chahuté et bridgé jusqu'à 2 heures


 page droite 

passées, on était violemment vaseux) crevant

de faim et de sommeil, nous partons cartonner

à Changy. Mon pauvre ami! ce n'est plus ici

Doullens ni Vers. Un village crasseux de

160 habitants dans le quel sont 5 ou 6 ambulances.

j'ai tout de même une chambre propre - chose

rare - chez des gens aimables - presque aussi

rare - qui m'ont notamment fait boire de

leur champagne naturel 1895 qui n'était

pas dégoutant.

Redépart ce matin à 6 heures, et nous

arrivons enfin à 10 heures à Vernancourt, notre

domicile, pour combien de temps? 160

habitants, 3 ambulances - moins de chambres

que d'officiers - et elles sont dégoûtantes.

 Je me débrouille pourtant, et fais porter mon

lit, deuz tables, deux chaise, ue cuvette

et une glace (ces deux derniers objets quasiment

introuvables dans le pays) dans une jolie

chambre d'une maison vide - et j'y suis très

bien. J'espère y dormir mieux qu'à Vers

mais n'anticipons pas .... Pendant ce temps

Pipet, Garimond, Pesnel et missing rouspètent

contre le missingqu'on leur a donné





Transcription saved

  Vernancourt (Marne) 22 aout

Ca y est ; on a fini par décaler de Vers, vendredi

dernier à 6 heures 1/2. Les Monnoyer, tot levés à leur

habitude, ont d'abord reòu ma visite vers 6

h. moins 1/4, puis sont venus en foule chez moi,

l'élément féminin tout au moins, vers 6 h 1/4.

texte en marge

J'oublie d'ajouter que j'ai copieu

sement embrassé

Mathilde pour

me consoler

de partir

 fin du texte en marge 

 Adieux évidemment touchant, moins de larmes

cependant que le jour de mon départ 

en permission. On s'habitue à tout, même a me

voir partir.

Chassevant grotesque, gueule et trotte

poussivement sur son pauvre cheval le long

de la colonne qu'il commande, le 2 et 3/82

et 13/20. En passant à Saleux, on ramasse

la 15/16, et on arrive à 10 heures a Longueau.

 Embarquement assez facile, des voiture et

chevaux. Nous avons pour l'ambulance (officiers) deux

beaux compartiments d'un wagon couloir. Bridge

sur bridge; vers 6 heures, on contourne Paris de

loin, juste assez pour voir passer le tramway

allant vers Pantin et l'Opéra, qui éveille

en nous plus d'un regret. A 4 heures du matin

on débarque à Vitry le François, et (J'oublie de

dire qu'ayant chahuté et bridgé jusqu'à 2 heures


 page droite 

passées, on était violemment vaseux) crevant

de faim et de sommeil, nous partons cartonner

à Changy. Mon pauvre ami! ce n'est plus ici

Doullens ni Vers. Un village crasseux de

160 habitants dans le quel sont 5 ou 6 ambulances.

j'ai tout de même une chambre propre - chose

rare - chez des gens aimables - presque aussi

rare - qui m'ont notamment fait boire de

leur champagne naturel 1895 qui n'était

pas dégoutant.

Redépart ce matin à 6 heures, et nous

arrivons enfin à 10 heures à Vernancourt, notre

domicile, pour combien de temps? 160

habitants, 3 ambulances - moins de chambres

que d'officiers - et elles sont dégoûtantes.

 Je me débrouille pourtant, et fais porter mon

lit, deuz tables, deux chaise, ue cuvette

et une glace (ces deux derniers objets quasiment

introuvables dans le pays) dans une jolie

chambre d'une maison vide - et j'y suis très

bien. J'espère y dormir mieux qu'à Vers

mais n'anticipons pas .... Pendant ce temps

Pipet, Garimond, Pesnel et missing rouspètent

contre le missingqu'on leur a donné






Transcription history
  • November 15, 2017 14:06:45 Giulia Rigoni Savioli

      Vernancourt (Marne) 22 aout

    Ca y est ; on a fini par décaler de Vers, vendredi

    dernier à 6 heures 1/2. Les Monnoyer, tot levés à leur

    habitude, ont d'abord reòu ma visite vers 6

    h. moins 1/4, puis sont venus en foule chez moi,

    l'élément féminin tout au moins, vers 6 h 1/4.

    texte en marge

    J'oublie d'ajouter que j'ai copieu

    sement embrassé

    Mathilde pour

    me consoler

    de partir

     fin du texte en marge 

     Adieux évidemment touchant, moins de larmes

    cependant que le jour de mon départ 

    en permission. On s'habitue à tout, même a me

    voir partir.

    Chassevant grotesque, gueule et trotte

    poussivement sur son pauvre cheval le long

    de la colonne qu'il commande, le 2 et 3/82

    et 13/20. En passant à Saleux, on ramasse

    la 15/16, et on arrive à 10 heures a Longueau.

     Embarquement assez facile, des voiture et

    chevaux. Nous avons pour l'ambulance (officiers) deux

    beaux compartiments d'un wagon couloir. Bridge

    sur bridge; vers 6 heures, on contourne Paris de

    loin, juste assez pour voir passer le tramway

    allant vers Pantin et l'Opéra, qui éveille

    en nous plus d'un regret. A 4 heures du matin

    on débarque à Vitry le François, et (J'oublie de

    dire qu'ayant chahuté et bridgé jusqu'à 2 heures


     page droite 

    passées, on était violemment vaseux) crevant

    de faim et de sommeil, nous partons cartonner

    à Changy. Mon pauvre ami! ce n'est plus ici

    Doullens ni Vers. Un village crasseux de

    160 habitants dans le quel sont 5 ou 6 ambulances.

    j'ai tout de même une chambre propre - chose

    rare - chez des gens aimables - presque aussi

    rare - qui m'ont notamment fait boire de

    leur champagne naturel 1895 qui n'était

    pas dégoutant.

    Redépart ce matin à 6 heures, et nous

    arrivons enfin à 10 heures à Vernancourt, notre

    domicile, pour combien de temps? 160

    habitants, 3 ambulances - moins de chambres

    que d'officiers - et elles sont dégoûtantes.

     Je me débrouille pourtant, et fais porter mon

    lit, deuz tables, deux chaise, ue cuvette

    et une glace (ces deux derniers objets quasiment

    introuvables dans le pays) dans une jolie

    chambre d'une maison vide - et j'y suis très

    bien. J'espère y dormir mieux qu'à Vers

    mais n'anticipons pas .... Pendant ce temps

    Pipet, Garimond, Pesnel et missing rouspètent

    contre le missingqu'on leur a donné






  • November 15, 2017 14:01:14 Giulia Rigoni Savioli

      Vernancourt (Marne) 22 aout

    Ca y est ; on a fini par décaler de Vers, vendredi

    dernier à 6 heures 1/2. Les Monnoyer, tot levés à leur

    habitude, ont d'abord reòu ma visite vers 6

    h. moins 1/4, puis sont venus en foule chez moi,

    l'élément féminin tout au moins, vers 6 h 1/4.

    texte en marge

    J'oublie d'ajouter que j'ai copieu

    sement embrassé

    Mathilde pour

    me consoler

    de partir

     fin du texte en marge 

     Adieux évidemment touchant, moins de larmes

    cependant que le jour de mon départ 

    en permission. On s'habitue à tout, même a me

    voir partir.

    Chassevant grotesque, gueule et trotte

    poussivement sur son pauvre cheval le long

    de la colonne qu'il commande, le 2 et 3/82

    et 13/20. En passant à Saleux, on ramasse

    la 15/16, et on arrive à 10 heures a Longueau.

     Embarquement assez facile, des voiture et

    chevaux. Nous avons pour l'ambulance (officiers) deux

    beaux compartiments d'un wagon couloir. Bridge

    sur bridge; vers 6 heures, on contourne Paris de

    loin, juste assez pour voir passer le tramway

    allant vers Pantin et l'Opéra, qui éveille

    en nous plus d'un regret. A 4 heures du matin

    on débarque à Vitry le François, et (J'oublie de

    dire qu'ayant chahuté et bridgé jusqu'à 2 heures


     page droite 

    passées, on était violemment vaseux) crevant

    de faim et de sommeil, nous partons cartonner

    à Changy. Mon pauvre ami! ce n'est plus ici

    Doullens ni Vers. Un village crasseux de

    160 habitants dans le quel sont 5 ou 6 ambulances.

    j'ai tout de même une chambre propre - chose

    rare - chez des gens aimables - presque aussi

    rare - qui m'ont notamment fait boire de

    leur champagne naturel 1895 qui n'était

    pas dégoutant.

    Redépart ce matin à 6 heures, et nous

    arrivons enfin à 10 heures à Vernancourt, notre

    domicile, pour combien de temps? 160

    habitants, 3 ambulances - moins de chambres

    que d'officiers - et elles sont dégoutantes





  • November 15, 2017 13:56:32 Giulia Rigoni Savioli

      Vernancourt (Marne) 22 aout

    Ca y est ; on a fini par décaler de Vers, vendredi

    dernier à 6 heures 1/2. Les Monnoyer, tot levés à leur

    habitude, ont d'abord reòu ma visite vers 6

    h. moins 1/4, puis sont venus en foule chez moi,

    l'élément féminin tout au moins, vers 6 h 1/4.

    texte en marge

    J'oublie d'ajouter que j'ai copieu

    sement embrassé

    Mathilde pour

    me consoler

    de partir

     fin du texte en marge 

     Adieux évidemment touchant, moins de larmes

    cependant que le jour de mon départ 

    en permission. On s'habitue à tout, meme a me

    voir partir.

    Chassevant grotesque, gueule et trotte

    poussivement sur son pauvre cheval le long

    de la colonne qu'il commande, le 2 et 3/82

    et 13/20. En passant à Saleux, on ramasse

    la 15/16, et on arrive à 10 heures a Longueau.

     Embarquement assez facile, des voiture et

    chevaux. Nous avons pour l'ambulance (officiers) deux

    beaux compartiments d'un wagon couloir. Bridge

    sur bridge; vers 6 heures, on contourne Paris de

    loin, juste assez pour voir passer le tramway

    allant vers Pantin et l'Opéra, qui éveille

    en nous plus d'un regret. A 4 heures du matin

    on débarque à Vitry le François, et (J'oublie de

    dire qu'ayant chahuté et bridgé jusqu'à 2 heures


     page droite 

    passées, on était violemment vaseux) crevant

    de faim et de sommeil, nous partons cartonner

    à Changy. Mon pauvre ami! ce n'est plus ici

    Doullens ni Vers. Un village crasseux de

    160 habitants dans le quel sont 5 ou 6 ambulances.

    j'ai tout de meme ine chambre propre - chose

    rare - chez des gens eimables - presque aussi

    rare - qui m'ont notamment fait boire de

    leur champagne naturel 1895 qui nìétait

    pas dégoutant.





  • November 15, 2017 13:54:33 Giulia Rigoni Savioli

      Vernancourt (Marne) 22 aout

    Ca y est ; on a fini par décaler de Vers, vendredi

    dernier à 6 heures 1/2. Les Monnoyer, tot levés à leur

    habitude, ont d'abord reòu ma visite vers 6

    h. moins 1/4, puis sont venus en foule chez moi,

    l'élément féminin tout au moins, vers 6 h 1/4.

    texte en marge

    J'oublie d'ajouter que j'ai copieu

    sement embrassé

    Mathilde pour

    me consoler

    de partir

     fin du texte en marge 

     Adieux évidemment touchant, moins de larmes

    cependant que le jour de mon départ 

    en permission. On s'habitue à tout, meme a me

    voir partir.

    Chassevant grotesque, gueule et trotte

    poussivement sur son pauvre cheval le long

    de la colonne qu'il commande, le 2 et 3/82

    et 13/20. En passant à Saleux, on ramasse

    la 15/16, et on arrive à 10 heures a Longueau.

     Embarquement assez facile, des voiture et

    chevaux. Nous avons pour l'ambulance (officiers) deux

    beaux compartiments d'un wagon couloir. Bridge

    sur bridge; vers 6 heures, on contourne Paris de

    loin, juste assez pour voir passer le tramway

    allant vers Pantin et l'Opéra, qui éveille

    en nous plus d'un regret. A 4 heures du matin

    on débarque à Vitry le François, et (J'oublie de

    dire qu'ayant chahuté et bridgé jusqu'à 2 heures


     page droite 

    passées, on était violemment vaseux) crevant

    de faim et de sommeil, nous partons cartonner

    à Changy. Mon pauvre ami! ce n'est plus ici

    Doullens ni Vers. Un village crasseux de

    160 habitants dans le quel sont 5 ou 6 ambulances.

    j?ai tout de meme ine chambre propre - chose

    rare -




  • November 15, 2017 13:43:26 Giulia Rigoni Savioli

      Vernancourt (Marne) 22 aout

    Ca y est ; on a fini par décaler de Vers, vendredi

    dernier à 6 heures 1/2. Les Monnoyer, tot levés à leur

    habitude, ont d'abord reòu ma visite vers 6

    h. moins 1/4, puis sont venus en foule chez moi,

    l'élément féminin tout au moins, vers 6 h 1/4.

    texte en marge

    J'oublie d'ajouter que j'ai copieu

    sement embrassé

    Mathilde pour

    me consoler

    de partir

     .fin du texte en marge 

     Adieux évidemment touchant, moins de larmes

    cependant que le jour de mon départ 

    en permission. On s'habitue à tout, meme a me

    voir partir.



Description

Save description
  • 50.1556532858612||2.3328292539063114||

    Doullens

    ||1
Location(s)
  • Story location Doullens


ID
8341 / 249565
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Gérard dit Richard BOHAN
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/



  • Western Front

  • Medical
  • Remembrance



Notes and questions

Login to leave a note