FRBMTO-014 Georges PIGANIOL, officier d'administration général de santé, item 12

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

  Villers Bocage 14 avril 1915

c'est bien à Vers que nous allons nous reposer

Après des adieux échelonnés et touchents avec 

Jeanne  Lafléchelle, tou hier, chez moi, chez

elle, chez une amie, etc, et mes dernière embras-

sade à 7 h. moins le quart ce matin, il a bien

fallu partir.

 Quel évènement pour Doullens. Nous étions

incorporés à la population, depuis 6 mois; aussi

y avait il foule devant l'Eglise à 7 heures 1/2

pour nous voir partir, et toute une série de 

photographes. Revue di Commandant 

d'Etapes, coups de gueule de Chassevant,

 1/2 heure d'attente pour laisser passer

un convoi automobile colossal, et nous partons,

l'ambulance 2 en tête.

Au n°16 de la rue du Bourg, je quitte les 

rangs et vais donner une dernière poignée de

mains à Jeanne, qui me fera ensuite des signaux

d'adieu aussi loin que je la verrai.

A coté de moi, Lescure a un gros bouquet

de violettes sur le coeur, don de sa femme qui était

venue le voir ici. Beaucoup emportent des fleurs

ou au moins des regrets.


 page droite 


D'autres sont au contraire bien heureux de quitter

Doullens; il fallait voir l'air heureux d'Arland.

 En route Chassevant gueule à coeur joie

contre tout un chacun, et finalemente se fout

par terre en descendant de cheval. On fait

popote avec lui; il y en aura peut être de drôles.

Après le déjeuner à  Colmar , nous arrivons a Villers 

Bocage. Pasteau avait préparé le campement.

Tout cela n'est pas du premier confort, mais ça

peut encore aller.

Et voilà la journée finie - demain, départ

a 7 h 3/4- déjeuner à Amiens, et arrivée en

pompe à Vers-sur la-Selle!


  Vers 19 avril 1915


Eh bien, nous y  voilà maintenant solidement

installés à Vers, et pour longtemps sans doute.

Le médecin principal adjoint de Dury ayant dit ce

matin qu'on y était pour au moins 6 semaines.

Et qui n'est d'ailleurs pas malheureux, car on y

est vraiment fort bien. Je ne suis certes pas

logés comme a Doullens, mais je suis chez de

fort braves gens très complaisants, et cela a bien

sa valeur






Transcription saved

  Villers Bocage 14 avril 1915

c'est bien à Vers que nous allons nous reposer

Après des adieux échelonnés et touchents avec 

Jeanne  Lafléchelle, tou hier, chez moi, chez

elle, chez une amie, etc, et mes dernière embras-

sade à 7 h. moins le quart ce matin, il a bien

fallu partir.

 Quel évènement pour Doullens. Nous étions

incorporés à la population, depuis 6 mois; aussi

y avait il foule devant l'Eglise à 7 heures 1/2

pour nous voir partir, et toute une série de 

photographes. Revue di Commandant 

d'Etapes, coups de gueule de Chassevant,

 1/2 heure d'attente pour laisser passer

un convoi automobile colossal, et nous partons,

l'ambulance 2 en tête.

Au n°16 de la rue du Bourg, je quitte les 

rangs et vais donner une dernière poignée de

mains à Jeanne, qui me fera ensuite des signaux

d'adieu aussi loin que je la verrai.

A coté de moi, Lescure a un gros bouquet

de violettes sur le coeur, don de sa femme qui était

venue le voir ici. Beaucoup emportent des fleurs

ou au moins des regrets.


 page droite 


D'autres sont au contraire bien heureux de quitter

Doullens; il fallait voir l'air heureux d'Arland.

 En route Chassevant gueule à coeur joie

contre tout un chacun, et finalemente se fout

par terre en descendant de cheval. On fait

popote avec lui; il y en aura peut être de drôles.

Après le déjeuner à  Colmar , nous arrivons a Villers 

Bocage. Pasteau avait préparé le campement.

Tout cela n'est pas du premier confort, mais ça

peut encore aller.

Et voilà la journée finie - demain, départ

a 7 h 3/4- déjeuner à Amiens, et arrivée en

pompe à Vers-sur la-Selle!


  Vers 19 avril 1915


Eh bien, nous y  voilà maintenant solidement

installés à Vers, et pour longtemps sans doute.

Le médecin principal adjoint de Dury ayant dit ce

matin qu'on y était pour au moins 6 semaines.

Et qui n'est d'ailleurs pas malheureux, car on y

est vraiment fort bien. Je ne suis certes pas

logés comme a Doullens, mais je suis chez de

fort braves gens très complaisants, et cela a bien

sa valeur







Transcription history
  • November 9, 2017 15:48:43 Giulia Rigoni Savioli

      Villers Bocage 14 avril 1915

    c'est bien à Vers que nous allons nous reposer

    Après des adieux échelonnés et touchents avec 

    Jeanne  Lafléchelle, tou hier, chez moi, chez

    elle, chez une amie, etc, et mes dernière embras-

    sade à 7 h. moins le quart ce matin, il a bien

    fallu partir.

     Quel évènement pour Doullens. Nous étions

    incorporés à la population, depuis 6 mois; aussi

    y avait il foule devant l'Eglise à 7 heures 1/2

    pour nous voir partir, et toute une série de 

    photographes. Revue di Commandant 

    d'Etapes, coups de gueule de Chassevant,

     1/2 heure d'attente pour laisser passer

    un convoi automobile colossal, et nous partons,

    l'ambulance 2 en tête.

    Au n°16 de la rue du Bourg, je quitte les 

    rangs et vais donner une dernière poignée de

    mains à Jeanne, qui me fera ensuite des signaux

    d'adieu aussi loin que je la verrai.

    A coté de moi, Lescure a un gros bouquet

    de violettes sur le coeur, don de sa femme qui était

    venue le voir ici. Beaucoup emportent des fleurs

    ou au moins des regrets.


     page droite 


    D'autres sont au contraire bien heureux de quitter

    Doullens; il fallait voir l'air heureux d'Arland.

     En route Chassevant gueule à coeur joie

    contre tout un chacun, et finalemente se fout

    par terre en descendant de cheval. On fait

    popote avec lui; il y en aura peut être de drôles.

    Après le déjeuner à  Colmar , nous arrivons a Villers 

    Bocage. Pasteau avait préparé le campement.

    Tout cela n'est pas du premier confort, mais ça

    peut encore aller.

    Et voilà la journée finie - demain, départ

    a 7 h 3/4- déjeuner à Amiens, et arrivée en

    pompe à Vers-sur la-Selle!


      Vers 19 avril 1915


    Eh bien, nous y  voilà maintenant solidement

    installés à Vers, et pour longtemps sans doute.

    Le médecin principal adjoint de Dury ayant dit ce

    matin qu'on y était pour au moins 6 semaines.

    Et qui n'est d'ailleurs pas malheureux, car on y

    est vraiment fort bien. Je ne suis certes pas

    logés comme a Doullens, mais je suis chez de

    fort braves gens très complaisants, et cela a bien

    sa valeur







  • November 9, 2017 15:38:59 Giulia Rigoni Savioli

      Villers Bocage 14 avril 1915

    c'est bien à Vers que nous allons nous reposer

    Après des adieux échelonnés et touchents avec 

    Jeanne  Lafléchelle, tou hiet, chez moi, chez

    elle, chez une amie, etc, et mes dernière embras-

    sade à 7 h. moins le quart ce matin, il a bien

    fallu partir.

     Quel evènement pour Doullens. Nous étions

    incorporés à la population, depuis 6 mois; aussi

    y avaut il foule devant l'Eglise à 7 heures 1/2

    pour nous voir partir, et toute une série de 

    photographes. Revue di Commandant 

    d'Etapes, coups de guele de Chassevant,

     1/2 heure d'attente pour laisser passer

    un convoi automobil colossal, et nous partons,

    l'ambulance 2 en tête.

    Au n°16 de la rue du Bourg, je quitte les 

    rangs et vais donner une derniére poignée de

    mains à Jeanne, qui me fera ensuite des signaux

    d'adieu aussi loin que je la verrai.

    A coté de moi, Lescure a un gros bouquet

    de vilettes sur le coeur, don de sa femme qui était

    venue le voir ici. Beaucoup emportent des fleurs

    ou au moins des regrets.


     page droite 


    D'autres sont au contraire bien heureux de quitter

    Doullens; il fallait voir l'air heureux d'Arland.

     En route Chassevant guee à coeur joie

    contre tout un chacun, et finalemente se fout

    par terre en descendant de cheval. On fait

    popote avec lui; il y en aura peut être de drôles.

    Après le déjeuner à Colmar, nous arrivons a Villers 

    Bocage. Pasteau avait préparé le campement.

    Tut cela n'est pas du premier confort, mais ça

    peut ecnore aller.

    Et voilà la journée finie - demain, départ

    a 7 h 3/4- déjeuner à Amiens, et arrivée en

    pompe à Vers-sur la-Selle!


      Vers 19 avril 1915


    Eh bien, nous y  voilà maintenant solidement

    installés à Vers, et pour longtemps sans doute.

    Le médecin principal adjoint de Dury ayant dit ce

    matin qu'on y était pour au moins 6 semaines.

    Et qui n'est d'ailleurs pas malheureux, car on y

    est vraiment fort bien. Je ne suis certes pas

    logés comme a Doullens, mais je suis chez de

    fort braves gens très complaisants, et cela a bien

    sa valeur







  • November 9, 2017 13:01:00 Giulia Rigoni Savioli

      Villers Bocage 14 avril 1915

    c'est bien à Vers que nous allons nous reposer

    Après des adieux échelonnés et touchents avec 

    Jeanne  Lafléchelle, tou hiet, chez moi, chez

    elle, chez une amie, etc, et mes dernière embras-

    sade à 7 h. moins le quart ce matin, il a bien

    fallu partir.

     Quel evènement pour Doullens. Nous étions

    incorporés à la population, depuis 6 mois; aussi

    y avaut il foule devant l'Eglise à 7 heures 1/2

    pour nous voir partir, et toute une série de 

    photographes. Revue di Commandant 

    d'Etapes, coups de guele de Chassevant,

     1/2 heure d'attente pour laisser passer

    un convoi automobil colossal, et nous partons,

    l'ambulance 2 en tête.

    Au n°16 de la rue du Bourg, je quitte les 

    rangs et vais donner une derniére poignée de

    mains à Jeanne, qui me fera ensuite des signaux

    d'adieu aussi loin que je la verrai.

    A coté de moi, Lescure a un gros bouquet

    de vilettes sur le coeur, don de sa femme qui était

    venue le voir ici. Beaucoup emportent des fleurs

    ou au moins des regrets.


     page droite 


    D'autres sont au contraire bien heureux de quitter

    Doullens; il fallait voir l'air heureux d'Arland.

     En route Chassevant guee à coeur joie

    contre tout un chacun, et finalemente se fout

    par terre en descendant de cheval. On fait

    popote avec lui; il y en aura peut être de drôles.

    Après le déjeuner à Colmar, nous arrivons a Villers 

    Bocage. Pasteau avait préparé le campement.

    Tut cela n'est pas du premier confort, mais ça

    peut ecnore aller.

    Et voilà la journée finie - demain, départ

    a 7 h 3/4- déjeuner à Amiens, et arrivée en

    pompe à Vers-sur la-Selle!

     






  • November 9, 2017 12:33:57 Giulia Rigoni Savioli

      Villers Bocage 14 avril 1915

    c'est bien à Vers que nous allons nous reposer

    Après des adieux échelonnés et touchents avec 

    Jeanne  Lafléchelle, tou hiet, chez moi, chez

    elle, chez une amie, etc, et mes dernière embras-

    sade à 7 h. moins le quart ce matin, il a bien

    fallu partir.

     Quel evènement pour Doullens. Nous étions

    incorporés à la population, depuis 6 mois; aussi

    y avaut il foule devant l'Eglise à 7 heures 1/2

    pour nous voir partir, et toute une série de 

    photographes. Revue di Commandant 

    d'Etapes, coups de guele de Chassevant,

     1/2 heure d'attente pour laisser passer

    un convoi automobil colossal, et nous partons,

    l'ambulance 2 en tête.

    Au n°16 de la rue du Bourg, je quitte les 

    rangs et vais donner une derniére poignée de

    mains à Jeanne, qui me fera ensuite des signaux

    d'adieu aussi loin que je la verrai.

    A coté de moi, Lescure a un gros bouquet

    de vilettes sur le coeur, don de sa femme qui était

    venue le voir ici. Beaucoup emportent des fleurs

    ou au moins des regrets.


     page droite 


    D'autres sont au contraire bien heureux de quitter

    Doullens; il fallait voir l'air heureux d'Arland.

     En route Chassevant guee à coeur joie

    contre tout un chacun, et finalemente se fout

    par terre en descendant de cheval. On fait

    popote avec lui; il y en aura peut être de droles



     


  • November 9, 2017 12:26:55 Giulia Rigoni Savioli

      Villers Bocage 14 avril 1915

    c'est bien à Vers que nous allons nous reposer

    Après des adieux échelonnés et touchents avec 

    Jeanne  Lafléchelle, tou hiet, chez moi, chez

    elle, chez une amie, etc, et mes dernière embras-

    sade à 7 h. moins le quart ce matin, il a bien

    fallu partir.

     Quel evènement pour Doullens. Nous étions

    incorporés à la population, depuis 6 mois; aussi

    y avaut il foule devant l'Eglise à 7 heures 1/2

    pour nous voir partir, et toute une série de 

    photographes. Revue di Commandant 

    d'Etapes, coups de guele de Chassevant,

     1/2 heure d'attente pour laisser passer

    un convoi automobil colossal, et nous partons,

    l'ambulance 2 en tete


     


Description

Save description
  • 50.1556532858612||2.3328292539063114||

    Doullens

    ||1
Location(s)
  • Story location Doullens


ID
8341 / 249551
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Gérard dit Richard BOHAN
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/


Apr, 1915 – Apr, 1915
  • Français

  • Western Front

  • Medical
  • Remembrance



Notes and questions

Login to leave a note