FRBMTO-014 Georges PIGANIOL, officier d'administration général de santé, item 10

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

J'ai fait il y a 3 jours mon petit

voyage à Amiens-Dury; mais au lieu d'y

rester 2 jours, je suis rentré au bout de

moins de 24 heures, animé d'une vaste

flamme et du désir - quantum mutatus -

de rentrer à Doullens.

M.lle Jeanne Laflichelle nous a été 

utile, cette semaine : elle m'a prêté une

raquette de tennis  ci , 20  .  d'économie.

elle s'est décarcassée pour nous procurer des

partition a chanter, et s'est ma foi aussi

bien débrouillée, car nous en avons eu pas

mal. Elle commence d'ailleurs à

s'apprivoiser; elle est venue à la maison

un jour de 5 à 7, entendre de la musique,

et le soir de 9 à minuit. Elle multiple

d'ailleurs à l'infini depuis quelques jours 

les occasions de me rencontrer. Il n'y a pas 

a s'y tromper: c'est le grand béguin! Elle

commence d'ailleurs à me blaguer là dessous

à la popote. N'est elle pas venue ce matin

à 8 h moins le1/4 dire au revoir a M.me Angot.

Elle a d'ailleurs été volée, car 

je n'étais pas levé; c'est au moins l'inter-

 page droite 

prétation donnée par Derome à cette visite. Et

dût en souffrir ma modestie, je dois avouer que

c'est aussi la mienne.


   Doullens 11 avril 1915


Boum!  Ca commençait  à être bien ici, il faut

filer ?

Ce soir à 5heures 1/2, je rencontre Pasteau

qui m'annonce - de source officielle que les deux

ambulances partent mardi matin! Doullens 

passant maintenant à la 10e armée, nous

nus trouvons forcément refoulés vers le sud

avec la 2°. Et nous allons dans la région

Montdidier-Breteuil, parait il. 

tuyau paraît sûr, car Angot me dit la même

chose, et lui le tient directement du commen-

dant d'Etapes.

Et voilà- tout commençait à marcher

bien : tennis prêt, piano, etc.- C'est le

moment où on file ; et je le regrette, après

avoir au contraire, pesté pendant longtemps

contre mon maintien dans cette ville.

Pasteau m'avait justement dit cela devant

la maison de Jeanne Lafléchelle; j'ai bondi

Transcription saved

J'ai fait il y a 3 jours mon petit

voyage à Amiens-Dury; mais au lieu d'y

rester 2 jours, je suis rentré au bout de

moins de 24 heures, animé d'une vaste

flamme et du désir - quantum mutatus -

de rentrer à Doullens.

M.lle Jeanne Laflichelle nous a été 

utile, cette semaine : elle m'a prêté une

raquette de tennis  ci , 20  .  d'économie.

elle s'est décarcassée pour nous procurer des

partition a chanter, et s'est ma foi aussi

bien débrouillée, car nous en avons eu pas

mal. Elle commence d'ailleurs à

s'apprivoiser; elle est venue à la maison

un jour de 5 à 7, entendre de la musique,

et le soir de 9 à minuit. Elle multiple

d'ailleurs à l'infini depuis quelques jours 

les occasions de me rencontrer. Il n'y a pas 

a s'y tromper: c'est le grand béguin! Elle

commence d'ailleurs à me blaguer là dessous

à la popote. N'est elle pas venue ce matin

à 8 h moins le1/4 dire au revoir a M.me Angot.

Elle a d'ailleurs été volée, car 

je n'étais pas levé; c'est au moins l'inter-

 page droite 

prétation donnée par Derome à cette visite. Et

dût en souffrir ma modestie, je dois avouer que

c'est aussi la mienne.


   Doullens 11 avril 1915


Boum!  Ca commençait  à être bien ici, il faut

filer ?

Ce soir à 5heures 1/2, je rencontre Pasteau

qui m'annonce - de source officielle que les deux

ambulances partent mardi matin! Doullens 

passant maintenant à la 10e armée, nous

nus trouvons forcément refoulés vers le sud

avec la 2°. Et nous allons dans la région

Montdidier-Breteuil, parait il. 

tuyau paraît sûr, car Angot me dit la même

chose, et lui le tient directement du commen-

dant d'Etapes.

Et voilà- tout commençait à marcher

bien : tennis prêt, piano, etc.- C'est le

moment où on file ; et je le regrette, après

avoir au contraire, pesté pendant longtemps

contre mon maintien dans cette ville.

Pasteau m'avait justement dit cela devant

la maison de Jeanne Lafléchelle; j'ai bondi


Transcription history
  • January 16, 2018 11:27:52 Régis Burnet

    J'ai fait il y a 3 jours mon petit

    voyage à Amiens-Dury; mais au lieu d'y

    rester 2 jours, je suis rentré au bout de

    moins de 24 heures, animé d'une vaste

    flamme et du désir - quantum mutatus -

    de rentrer à Doullens.

    M.lle Jeanne Laflichelle nous a été 

    utile, cette semaine : elle m'a prêté une

    raquette de tennis  ci , 20  .  d'économie.

    elle s'est décarcassée pour nous procurer des

    partition a chanter, et s'est ma foi aussi

    bien débrouillée, car nous en avons eu pas

    mal. Elle commence d'ailleurs à

    s'apprivoiser; elle est venue à la maison

    un jour de 5 à 7, entendre de la musique,

    et le soir de 9 à minuit. Elle multiple

    d'ailleurs à l'infini depuis quelques jours 

    les occasions de me rencontrer. Il n'y a pas 

    a s'y tromper: c'est le grand béguin! Elle

    commence d'ailleurs à me blaguer là dessous

    à la popote. N'est elle pas venue ce matin

    à 8 h moins le1/4 dire au revoir a M.me Angot.

    Elle a d'ailleurs été volée, car 

    je n'étais pas levé; c'est au moins l'inter-

     page droite 

    prétation donnée par Derome à cette visite. Et

    dût en souffrir ma modestie, je dois avouer que

    c'est aussi la mienne.


       Doullens 11 avril 1915


    Boum!  Ca commençait  à être bien ici, il faut

    filer ?

    Ce soir à 5heures 1/2, je rencontre Pasteau

    qui m'annonce - de source officielle que les deux

    ambulances partent mardi matin! Doullens 

    passant maintenant à la 10e armée, nous

    nus trouvons forcément refoulés vers le sud

    avec la 2°. Et nous allons dans la région

    Montdidier-Breteuil, parait il. 

    tuyau paraît sûr, car Angot me dit la même

    chose, et lui le tient directement du commen-

    dant d'Etapes.

    Et voilà- tout commençait à marcher

    bien : tennis prêt, piano, etc.- C'est le

    moment où on file ; et je le regrette, après

    avoir au contraire, pesté pendant longtemps

    contre mon maintien dans cette ville.

    Pasteau m'avait justement dit cela devant

    la maison de Jeanne Lafléchelle; j'ai bondi


  • November 9, 2017 11:37:05 Giulia Rigoni Savioli

    J'ai fait il y a 3 jours mon petit

    voyage à Amiens-Dury; mais au lieu d'y

    rester 2 jours, je suis rentré au bout de

    moins de 24 heures, animé d'une vaste

     ...  et du désir - quantum mutatus -

    de rentrer à Doullens.

    M.lle Jeanne Laflichelle nous a été 

    utile, cette semaine : elle m'a prêté une

    raquette de tennis  ci , 20  .  d'économie.

    elle s'est décarcassée pour nous procurer des

    partition a chanter, et s'est ma foi aussi

    bien débrouillée, car nous en avons eu pas

    mal. Elle commence d'ailleurs à

    s'apprivoiser; elle est venue à la maison

    un jour de 5 à 7, entendre de la musique,

    et le soir de 9 à minuit. Elle multiple

    d'ailleurs à l'infini depuis quelques jours 

    les occasions de me rencontrer. Il n'y a pas 

    a s'y tromper: c'est le grand béguin!  ... 

    commence d'ailleurs à me blaguer là dessous

    à la popote. N'est elle pas venue ce matin

    à 8 h moins le1/4 dire au revoir a M.me Angot.

    Elle a d'ailleurs été volée, car 

    je n'étais pas levé; c'est au moins l'inter-

     page droite 

    prétation donnée par Derome à cette visite. Et

     ...  en souffrir ma modestie, je dois avouer que

    c'est aussi la mienne.


       Doullens 11 avril 1915


    Boum!  Ca commençait  à etre bien ici, il faut

    filer ?

    Ce soir à 5heures 1/2, je rencontre Pasteau

    qui m'annonce - de source officielle que les deux

    ambulances partent mardi matin! Doullens 

    passant maintenant à la 10e armèe, nous

    nus trouvons forcément refulés vers le sud

    avec la 2o. Et nous allons dans la région

    Montdidier-Breteuil, parait il. 

     ... parait sûr, car Angot me dit  ...  la même

    chose, et lui le tient directement du commen-

    dant d'Etapes.

    Et voilà- tout commencait à marcher

    bien : tennis prêt, piano, etc.- C'est le

    moment où on file ; et je le regrette, aprés

    avoir au contraire, pesté pendant longtemps

    contre mon maintien dans cette ville.

    Pasteau m'avait justement dit cela devant

    la maison de Jeanne Lafléchelle; j'ai bondi


  • November 9, 2017 11:34:10 Giulia Rigoni Savioli

    J'ai fait il y a 3 jours mon petit

    voyage à Amiens-Dury; mais au lieu d'y

    rester 2 jours, je suis rentré au bout de

    moins de 24 heures, animé d'une vaste

     ...  et u désir - quantum mutatus -

    de rentrer à Doullens.

    M.lle Jeanne Laflichelle nous a été 

    utile, cette semaine : elle m'a prêté une

    raquette de tennis  ci , 20  .  d'économie.

    elle s'est décarcassée pour nous procurer des

    partition a chanter, et s'est ma foi aussi

    bien déboruillée, car nous en avons eu pas

    mal. Elle commence d'ailleurs à

    s'apprivoiser; elle est venue à la maison


    un jour de 5 à 7, entendre de la musique,

     et le soir de 9 à minuit. Elle multiple

    d'ailleurs à l'infini depuis quelques jours 

    les occasions de me rencontrer. I n'y a pa 

    a s'y tromper: c'est le grand béguin!  ... 

    commence d'ailleurs à me blaguer là dessous

    à la popote. N'est elle pas venue ce matin

    à 8 h moins le1/4 dire au revoir a M.me Angot.

    Elle a d'ailleurs été volée, car 

    je n'étais pas levé; c'est au moins l'inter-


     page droite 

    prétation donnée par Derome à cette visite. Et

     ...  en souffrir ma modestie, je dois avouer que

    c'est aussi la mienne.


       Doullens 11 avril 1915


    Boum!  Ca commençait  à etre bien ici, il faut

    filer ?

    Ce soir à 5heures 1/2, je rencontre Pasteauu

    qui m'annonce - de source officielle que les deux

    ambulances partent mardi matin! Doullens 

    passant maintenant à la 10e armèe, nous

    nus trouvons forcément refulés vers le sud

    avec la 2o. Et nous allons dans la region

    Montdidier-Breteuil, parait il. 

     ... parait sûr, car Angot me dit  ...  la meme

    chose, et lui le tient directement du commen-

    dant d'Etapes.

    Et voilà- tout commencait à marcher

    bien : tennis pret, piano, etc.- C'est le

    moment où on file ; et je le regrette, aprés

    avoir au contraire, pesté pendant longtemps

    contre mon maintien dans cette ville.

    Pasteau m'avait justement dit cela devant

    la maison de Jeanne Lafléchelle; j'ai bon


  • November 9, 2017 11:02:29 Giulia Rigoni Savioli

    J'ai fait il y a 3 jours mon petit

    voyage à Amiens-Dury; mais au lieu d'y

    rester 2 jours, je suis rentré au bout de

    moins de 24 heures, animé d'une vaste

     ...  et u désir - quantum mutatus -

    de rentrer à Doullens.

    M.lle Jeanne Laflichelle nous a été 

    utile, cette semaine : elle m'a prêté une

    raquette de tennis  ci , 20  .  d'économie.

    elle s'est décarcassée pour nous procurer des

    partition a chanter, et s'est ma foi aussi

    bien déboruillée, car nous en avons eu pas

    mal. Elle commence d'ailleurs à

    s'apprivoiser; elle est venue à la maison


    un jour de 5 à 7, entendre de la musique,

     et le soir de 9 à minuit. Elle multiple

    d'ailleurs à l'infini depuis quelques jours 

    les occasions de me rencontrer. I n'y a pa 

    a s'y tromper: c'est le grand béguin!  ... 

    commence d'ailleurs à me blaguer là dessous

    à la popote. N'est elle pas venue ce matin

    à 8 h moins le1/4 dire au revoir a M.me Angot.

    Elle a d'ailleurs été volée, car 

    je n'étais pas levé; c'est au moins l'inter-


     page droite 

    prétation donnée par Derome à cette visite. Et

     ...  en souffrir ma modestie, je dois avouer que

    c'est aussi la mienne.


       Doullens 11 avril 1915


    Boum!  Ca commençait  à etre bien ici, il faut

    filer ?

    Ce soir à 5heures 1/2, je rencontre Dasseau

    qui m'annonce - de source officielle que les deux

    ambulances partent mardi matin! Doullens 

    passant maintenant à la 10e armèe, nous

    npus trouvons forcément re fulés vers le sud

    avec la 2o. Et nous allons dans la region

    Montdidier-Breteuil, parait il. 



  • November 9, 2017 10:48:40 Giulia Rigoni Savioli

    J'ai fait il y a 3 jours mon petit

    voyage à Amiens-Dury; mais au lieu d'y

    rester 2 jours, je suis rentré au bout de

    moins de 24 heures, animé d'une vaste

     ...  et u désir - quantum mutatus -

    de rentrer à Doullens.

    M.lle Jeanne Laflichelle nous a été 

    utile, cette semaine : elle m'a prêté une

    raquette de tennis  ci , 20  .  d'économie.

    elle s'est décarcassée pour nous procurer des

    partition a chanter, et s'est ma foi aussi

    bien déboruillée, car nous en avons eu pas

    mal. Elle commence d'ailleurs à

    s'apprivoiser; elle est venue à la maison


    un jour de 5 à 7, entendre de la musique,

     et le soir de 9 à minuit. Elle multiple

    d'ailleurs à l'infini depuis quelques jours 

    les occasions de me rencontrer. I n'y a pa 

    a s'y tromper: c'est le grand béguin!  ... 

    commence d'ailleurs à me blaguer là dessous

    à la popote. N'est elle pas venue ce matin

    à 8 h moins le1/4 dire au revoir a M.me Angot.

    Elle a d'ailleurs été volée, car 

    je n'étais pas levé; c'est au moins l'inter-



  • November 9, 2017 10:42:09 Giulia Rigoni Savioli

    J'ai fait il y a 3 jours mon petit

    voyage à Amiens-Dury; mais au lieu d'y

    rester 2 jours, je suis rentré au bout de

    moins de 24 heures, animé d'une vaste

     ...  et u désir - quantum mutatus -

    de rentrer à Doullens.

    M.lle Jeanne Laflichelle nous a été 

    utile, cette semaine : elle m'a prêté une

    raquette de tennis  ci , 20  .  d'économie.

    elle s'est décarcassée pour nous procurer des

    partition a chanter, et s'est ma foi aussi

    bien déboruillée, car nous en avons eu pas

    mal. Elle commence d'ailleurs à

    s'apprivoiser; elle est venue à la maison


    un jour de 5 à 7, entendre de la musique,

     et le soir de 9 à minuit. Elle multiple

    d'ailleurs à l'infini depuis quelques jours 

    les occasions de me rencontrer. I n'y a pa 

    a s'y tromper: c'est le granf 


Description

Save description
  • 50.1556532858612||2.3328292539063114||

    Doullens

    ||1
Location(s)
  • Story location Doullens


ID
8341 / 249549
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Gérard dit Richard BOHAN
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/



  • Western Front

  • Medical
  • Remembrance



Notes and questions

Login to leave a note