FRBMTO-014 Georges PIGANIOL, officier d'administration général de santé, item 7

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

Quel ours ! Sa femme est arrivée hier

au soir, je l'ai vue aujourd'hui, flanquée de

la fille, cette fois-ci.

Et voilà les évènements de Doullens.

Aprés la mort de Philo, j'ai appris hier

celle d'Emile   Gardis , tué dans aun accident

de train sanitaire; voilà encore une mort bête.

Paul  ... , est mort aussi parait-

il. Et voilà des choses qui nous rappellent

qu'on est en guerre, car ici vraiment, la guerre

est au 6 plans, et il faut des lettres

de Toulouse pour m'y faire penser!


   Doullens 17 mars 1915

Aujourd'hui j'ai eu une grande marche manoeuvre

avec l'ambulance 3. Ils étaient partis dès le

matin, à 8 heures, et s'arretaient pour manger

à Longuevillette, où je suis allé les rejoindre

à cheval, en grande vitesse, a 11 heures 1/2,

une fois fait mon petit travail journalier. Nous

avons déjeuné à uun coin de bois, en grande

liesse, les hommes faisant à quelques cent

mètres de là popote par escouade. J'ai pris

à cette occasion quelques photos, qui étant hélas

 .page droite.. 

trop posées, ne passeront pas sans doute pas à la

postérité. A deux heures, depart; je galope

ferme sur la route; à 3 heures, et pendant plus

d'une heure, halte et bridge à  ... : de plus

en plus vite, je fais avec  Champagnat une

course folle, et reste finalement derrière d'une

longueur, après un head-head de deux ou

trois cents mètres, où nos genoux se touchaient.

Et à 5 heures nous touchions Doullens; et en passant

devant chez elle, j'envoie a M.lle  Laflechelle mes

plus gracieux sourires. Au fait je n'ai jamais

parlé de Jane Laflichelle ; voilà pourtant

longtemps que je lui fai de l'oeil, en guise

d'occupation, les distractions étant ici rares.

ça remonte bien au mois de décembre, et meme

plus loins; ça se borna longtemps à de lointains

sourires, puis à des bonjours en passant; main-

tenant, n'ayant plus de piano chez moi, je vais

de loiin en loin chez elle taper une heure ou

deux; il y est venu deux fois de ses amies, et ce

sont alors presque des concerts, quoiqu les

talents en jeu ne soient pas éminants.

Hier, j'ai eu une surprise, comme j'en avais

eu quelquefois, et comme cette guerre m'en ménage







Transcription saved

Quel ours ! Sa femme est arrivée hier

au soir, je l'ai vue aujourd'hui, flanquée de

la fille, cette fois-ci.

Et voilà les évènements de Doullens.

Aprés la mort de Philo, j'ai appris hier

celle d'Emile   Gardis , tué dans aun accident

de train sanitaire; voilà encore une mort bête.

Paul  ... , est mort aussi parait-

il. Et voilà des choses qui nous rappellent

qu'on est en guerre, car ici vraiment, la guerre

est au 6 plans, et il faut des lettres

de Toulouse pour m'y faire penser!


   Doullens 17 mars 1915

Aujourd'hui j'ai eu une grande marche manoeuvre

avec l'ambulance 3. Ils étaient partis dès le

matin, à 8 heures, et s'arretaient pour manger

à Longuevillette, où je suis allé les rejoindre

à cheval, en grande vitesse, a 11 heures 1/2,

une fois fait mon petit travail journalier. Nous

avons déjeuné à uun coin de bois, en grande

liesse, les hommes faisant à quelques cent

mètres de là popote par escouade. J'ai pris

à cette occasion quelques photos, qui étant hélas

 .page droite.. 

trop posées, ne passeront pas sans doute pas à la

postérité. A deux heures, depart; je galope

ferme sur la route; à 3 heures, et pendant plus

d'une heure, halte et bridge à  ... : de plus

en plus vite, je fais avec  Champagnat une

course folle, et reste finalement derrière d'une

longueur, après un head-head de deux ou

trois cents mètres, où nos genoux se touchaient.

Et à 5 heures nous touchions Doullens; et en passant

devant chez elle, j'envoie a M.lle  Laflechelle mes

plus gracieux sourires. Au fait je n'ai jamais

parlé de Jane Laflichelle ; voilà pourtant

longtemps que je lui fai de l'oeil, en guise

d'occupation, les distractions étant ici rares.

ça remonte bien au mois de décembre, et meme

plus loins; ça se borna longtemps à de lointains

sourires, puis à des bonjours en passant; main-

tenant, n'ayant plus de piano chez moi, je vais

de loiin en loin chez elle taper une heure ou

deux; il y est venu deux fois de ses amies, et ce

sont alors presque des concerts, quoiqu les

talents en jeu ne soient pas éminants.

Hier, j'ai eu une surprise, comme j'en avais

eu quelquefois, et comme cette guerre m'en ménage








Transcription history
  • November 8, 2017 13:03:50 Giulia Rigoni Savioli

    Quel ours ! Sa femme est arrivée hier

    au soir, je l'ai vue aujourd'hui, flanquée de

    la fille, cette fois-ci.

    Et voilà les évènements de Doullens.

    Aprés la mort de Philo, j'ai appris hier

    celle d'Emile   Gardis , tué dans aun accident

    de train sanitaire; voilà encore une mort bête.

    Paul  ... , est mort aussi parait-

    il. Et voilà des choses qui nous rappellent

    qu'on est en guerre, car ici vraiment, la guerre

    est au 6 plans, et il faut des lettres

    de Toulouse pour m'y faire penser!


       Doullens 17 mars 1915

    Aujourd'hui j'ai eu une grande marche manoeuvre

    avec l'ambulance 3. Ils étaient partis dès le

    matin, à 8 heures, et s'arretaient pour manger

    à Longuevillette, où je suis allé les rejoindre

    à cheval, en grande vitesse, a 11 heures 1/2,

    une fois fait mon petit travail journalier. Nous

    avons déjeuné à uun coin de bois, en grande

    liesse, les hommes faisant à quelques cent

    mètres de là popote par escouade. J'ai pris

    à cette occasion quelques photos, qui étant hélas

     .page droite.. 

    trop posées, ne passeront pas sans doute pas à la

    postérité. A deux heures, depart; je galope

    ferme sur la route; à 3 heures, et pendant plus

    d'une heure, halte et bridge à  ... : de plus

    en plus vite, je fais avec  Champagnat une

    course folle, et reste finalement derrière d'une

    longueur, après un head-head de deux ou

    trois cents mètres, où nos genoux se touchaient.

    Et à 5 heures nous touchions Doullens; et en passant

    devant chez elle, j'envoie a M.lle  Laflechelle mes

    plus gracieux sourires. Au fait je n'ai jamais

    parlé de Jane Laflichelle ; voilà pourtant

    longtemps que je lui fai de l'oeil, en guise

    d'occupation, les distractions étant ici rares.

    ça remonte bien au mois de décembre, et meme

    plus loins; ça se borna longtemps à de lointains

    sourires, puis à des bonjours en passant; main-

    tenant, n'ayant plus de piano chez moi, je vais

    de loiin en loin chez elle taper une heure ou

    deux; il y est venu deux fois de ses amies, et ce

    sont alors presque des concerts, quoiqu les

    talents en jeu ne soient pas éminants.

    Hier, j'ai eu une surprise, comme j'en avais

    eu quelquefois, et comme cette guerre m'en ménage








  • November 8, 2017 13:02:41 Giulia Rigoni Savioli

    Quel ours ! Sa femme est arrivée hier

    au soir, je l'ai vue aujourd'hui, flanquée de

    la fille, cette fois-ci.

    Et voilà les évènements de Doullens.

    Aprés la mort de Philo, j'ai appris hier

    celle d'Emile   Gardis , tué dans aun accident

    de train sanitaire; voilà encore une mort bête.

    Paul  ... , est mort aussi parait-

    il. Et voilà des choses qui nous rappellent

    qu'on est en guerre, car ici vraiment, la guerre

    est au 6 plans, et il faut des lettres

    de Toulouse pour m'y faire penser!


       Doullens 17 mars 1915

    Aujourd'hui j'ai eu une grande marche manoeuvre

    avec l'ambulance 3. Ils étaient partis dès le

    matin, à 8 heures, et s'arretaient pour manger

    à Longuevillette, où je suis allé les rejoindre

    à cheval, en grande vitesse, a 11 heures 1/2,

    une fois fait mon petit travail journalier. Nous

    avons déjeuné à uun coin de bois, en grande

    liesse, les hommes faisant à quelques cent

    mètres de là popote par escouade. J'ai pris

    à cette occasion quelques photos, qui étant hélas

     .page droite.. 

    trop posées, ne passeront pas sans doute pas à la

    postérité. A deux heures, depart; je galope

    ferme sur la route; à 3 heures, et pendant plus

    d'une heure, halte et bridge à  ... : de plus

    en plus vite, je fais avec  Champagnat une

    course folle, et reste finalement derrière d'une

    longueur, après un head-head de deux ou

    trois cents mètres, où nos genoux se touchaient.

    Et à 5 heures nous touchions Doullens; et en passant

    devant chez elle, j'envoie a M.lle  Laflechelle mes

    plus gracieux sourires. Au fait je n'ai jamais

    parlé de Jane Laflichelle ; voilà pourtant

    longtemps que je lui fai de l'oeil, en guise

    d'occupation, les distractions étant ici rares.

    ça remonte bien au mois de décembre, et meme

    plus loins; ça se borna longtemps à de lointains

    sourires, puis à des bonjours en passant; main-

    tenant, n'ayant plus de piano chez moi, je vais

    de loiin en loin chez elle taper une heure ou

    deux; il y est venu deux fois de ses amies, et ce

    sont alors presque des concerts, quoiqu les

    talents en jeu ne soient pas éminants.

    Hier, j'ai eu une surprise, comme j'en avais

    eu quelquefois, et comme cette guerre m'en  ... 








  • November 8, 2017 11:50:40 Giulia Rigoni Savioli

    Quel ours ! Sa femme est arrivée hier

    au soir, je l'ai vue aujourd'hui, flanquée de

    la fille, cette fois-ci.

    Et voilà les évènements de Doullens.

    Aprés la mort de Philo, j'ai appris hier

    celle d'Emile   Gardis , tué dans aun accident

    de train sanitaire; voilà encore une mort bête.

    Paul  ... , est mort aussi parait-

    il. Et voilà des choses qui nous rappellent

    qu'on est en guerre, car ici vraiment, la guerre

    est au 6 plans, et il faut des lettres

    de Toulouse pour m'y faire penser!


       Doullens 17 mars 1915

    Aujourd'hui j'ai eu une grande marche manoeuvre

    avec l'ambulance 3. Ils étaient partis dès le

    matin, à 8 heures, et s'arretaient pour manger

    à Longuevillette, où je suis allé les rejoindre

    à cheval, en grande vitesse, a 11 heures 1/2,

    une fois fait mon petit travail journalier. Nous

    avons déjeuné à uun coin de bois, en grande

    liesse, les hommes faisant à quelques cent

    mètres de là popote par escouade. J'ai pris

    à cette occasion quelques photos, qui étant hélas

     .page droite.. 

    trop posées, ne passeront pas sans doute pas à la

    postérité. A deux heures, depart; je galope

    ferme sur la route; à 3 heures, et pendant plus

    d'une heure, halte et bridge à  ... : de plus

    en plus vite, je fais avec  Champagnat une

    course folle, et reste finalement derrière d'une

    longueur, après un head-head de deux ou

    trois cents mètres, où nos genoux se touchaient.

    Et à 5 heures nous touchions Doullens; et en passant

    devant chez elle, j'envoie a M.lle  Laflechelle mes

    plus gracieux sourires. Au fait je n'ai jamais

    parlé de Jane Laflichelle ; voilà pourtant

    longtemps que je lui fai de l'oeil, en guise

    d'occupation, les distractions étant ici rares.

    ça remonte bien au mois de décembre, et meme

    plus loins; ça se borna longtemps à de lointains

    sourires, puis à des bonjours en passant; main-

    tenant, n'ayant plus de piano chez moi, je vais

     ... chez elle taper une heure ou deux







  • November 7, 2017 16:49:09 Giulia Rigoni Savioli

    Quel ours ! Sa femme est arrivée hier

    au soir, je l'ai vue aujourd'hui, flanquée de

    la fille, cette fois-ci.

    Et voilà les évènements de Doullens.

    Aprés la mort de Philo, j'ai appris hier

    celle d'Emile   Gardis , tué dans aun accident

    de train sanitaire; voilà encore une mort bête.

    Paul  ... , est mort aussi parait-

    il. Et voilà des choses qui nous rappellent

    qu'on est en guerre, car ici vraiment, la guerre

    est au 6 plans, et il faut des lettres

    de Toulouse pour m'y faire penser!


       Doullens 17 mars 1915

    Aujourd'hui j'ai eu une grande marche manoeuvre

    avec l'ambulance 3. Ils étaient partis dès le

    matin, à 8 heures, et s'arretaient pour manger

    à Longuevillette, où je suis allé les rejoindre

    à cheval, en grande vitesse, a 11 heures 1/2,

    une fois fait mon petit travail journalier. Nous

    avons déjeuné à uun coin de bois, en grande

    liesse, les hommes faisant à quelques cent

    mètres de là popote par escouade. J'ai pris

    à cette occasion quelques photos, qui étant hélas

     .page droite.. 

    trop posées, ne passeront pas sans doute pas à la

    postérité. A deux heures, depart; je galope

    ferme sur la route; à 3 heures, et pendant plus

    d'une heure, halte et bridge à  ... : de plus

    en plus vite, je fais avec  Champagnat une

    course folle, et reste finalement derrière d'une

    longueur, après un ded-head de deux ou

    trois cents mètres, où nos genoux se touchaient






  • November 7, 2017 16:41:24 Giulia Rigoni Savioli

    Quel ours ! Sa femme est arrivée hier

    au soir, je l'ai vue aujourd'hui, flanquée de

    la fille, cette fois-ci.

    Et voilà les évènements de Doullens.

    Aprés la mort de Philo, j'ai appris hier

    celle d'Emile   Gardis , tué dans aun accident

    de train sanitaire; voilà encore une mort bête.

    Paul  ... , est mort aussi parait-

    il. Et voilà des choses qui nous rappellent

    qu'on est en guerre, car ici vraiment, la guerre

    est au 6 plans, et il faut des lettres

    de Toulouse pour m'y faire penser!


       Doullens 17 mars 1915

    Aujourd'hui j'ai eu une grande marche manoeuvre

    avec l'ambulance 3. Ils étaient partis dès le

    matin, à 8 heures, et s'arretaient pour manger

    à Longuevillette, où je suis allé les rejoindre

    à cheval, en grande vitesse, a 11 heures 1/2,

    une fois fait mon petit travail journalier. Nous

    avons déjeuné à uun coin de bois, en grande

    liesse, les hommes faisant à quelques cent

    mètres de la



  • November 7, 2017 16:36:30 Giulia Rigoni Savioli

    Quel ours ! Sa femme est arrivée hier

    au soir, je l'ai vue aujourd'hui, flanquée de

    la fille, cette fois-ci.

    Et voilà les évènements de Doullens.

    Aprés la mort de Philo, j'ai appris hier

    celle d'Emile   Gardis , tué dans aun accident

    de train sanitaire; voilà encore une mort bête.

    Paul  ... , est mort aussi parait-

    il. Et voilà des choses qui nous rappellent

    qu'on est en guerre, car ici vraiment, la guerre

    est au 6 plans, et il faut des lettres

    de Toulouse pour m'y faire penser!


       Doullens 17 mars 1915

    Aujourd'hui j'ai eu une grande marche manoeuvre

    avec l'ambulance 3



  • November 7, 2017 16:30:15 Giulia Rigoni Savioli

    Quel ours ! Sa femme est arrivée hier

    au soir, je l'ai vue aujourd'hui, flanquée de

    la fille, cette fois-ci.

    Et voilà les évènements de Doullens.

    Aprés la mort de Philo, j'ai appris hier

    celle d'Emile   Gardis , tué dans aun accident

    de train sanitaire; voilà encore une mort bête.

    Paul Sovis d'Esclassan,


  • November 7, 2017 16:25:09 Giulia Rigoni Savioli

    Quel ours ! Sa femme est arrivée hier

    au soir, je l'ai vue aujourd'hui, flanquée de

    la fille, cette fois-ci.

    Et voilà les évènements de Doullens.

    Aprés la mort de Philo, j?ai appris hier

    celle d'Emile   Gardis , tué dans aun accident

    de train sanitaire; voilà encore une mort


Description

Save description
  • 50.1556532858612||2.3328292539063114||

    Doullens

    ||1
Location(s)
  • Story location Doullens


ID
8341 / 249546
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Gérard dit Richard BOHAN
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/



  • Western Front

  • Medical
  • Remembrance



Notes and questions

Login to leave a note