FRAD066_018 Carnet de guerre de Maurice PEUREY, item 13

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

 page gauche  

Le village avait reçu des bombes d'avions
alors qu'un bataillon allemand dormait.
Chaque maison, a été touchée et nous
en trouvons l'intérieur dans le plus grand
dèsordre.  Du sang passe entre les
planches et l'odeur est insupportable.
A l'autre extrémité du village, nous
sommes accueillis par une grêle de
balles.  Les boches sont retranchés sur
les hauteurs voisines.  Le commandant
adjoint au colonel du 190e nous indique
le châteaus de Clairefontaine à 800 mètres
de là, nous nous y rendons.  Nous
sommes seuls de la liaison, aussi
nous passons notre nuit bien à l'abri
devant un bon feu où nous, avons
mis secher nos effects traversées par
la pluie qui ne cesse de persister.

3 - Nous partons à 4 heures de matin
toucher notre ravitaillemnt sur la route
de Vouziers.  Il fait si noir qu nous
n'y voyons pas à 5 mètres.  Nous
arrivons trop tard, les cuisines sont
dèjà reparties; nous remontons vers la
Cie. qui doit partir à 6 heures, le
règiment etait de première ligne et
les 161e et 251e passant en reserve
de division.  Nous sommes assez
heureuz de les retrouver et de tou-
cher notre ravitaillement.  A 8 heures,
nous quittons Clairefontaine, L'avance
continue depuis 6 heures du matin.
Nous arrivons à Quatre-champs, ce
village n'a pas trop souffert bien
qu'ils vont encore le bombarder

_________________________________________________________________________________________________________

 page droite  

pendant deux jours.  quelque temps
avant d'arriver à Quatre-champs
alors qu'ètant en liaison avec les
tèlèphonistes, j'ai fait le tour du
champ de bataille, quelques casernes
boches et deux Sènègalais.  En outre
j'ai remarqué que les mitrailleurs
boches ètaient attachés aux arbres
pour que bien tir soit plus effice,
j'apprends plus tard qu'on a trouve
morts de ces mitrailleurs dans cette
position.  Nous nous installons
dans une maison de Quatre-champs
en attendant l'arrivée du gènéral.

           Dans l'après-midi, nous comp-
tons 120 avions allant bombarder
l'ennemi en fuite, revenir aussitôt
en refaire le chemin une seconde
fois.
4 - Nous nettoyons des baraques
pour l'installation de la division.
5- Pour la première fois, j'aperçois
des civils diliviés.  Les pauvres gens
sont bien, contents, ils retournent
vers Vouziers dans des fourragères
d'artilleurs.
6 - Des prisonniers allemands passent
dans la matinée.  A 10 heures, nous
sommes aventis d'un départ.  Nous
nous faisons 20 Kms pour arriver
au Chêne.  Le long de la route,
quelques cadavres boches.  J'apprends
qu'un sergent de ma section a été
tué sur cette route pendant l'avance.


Transcription saved

 page gauche  

Le village avait reçu des bombes d'avions
alors qu'un bataillon allemand dormait.
Chaque maison, a été touchée et nous
en trouvons l'intérieur dans le plus grand
dèsordre.  Du sang passe entre les
planches et l'odeur est insupportable.
A l'autre extrémité du village, nous
sommes accueillis par une grêle de
balles.  Les boches sont retranchés sur
les hauteurs voisines.  Le commandant
adjoint au colonel du 190e nous indique
le châteaus de Clairefontaine à 800 mètres
de là, nous nous y rendons.  Nous
sommes seuls de la liaison, aussi
nous passons notre nuit bien à l'abri
devant un bon feu où nous, avons
mis secher nos effects traversées par
la pluie qui ne cesse de persister.

3 - Nous partons à 4 heures de matin
toucher notre ravitaillemnt sur la route
de Vouziers.  Il fait si noir qu nous
n'y voyons pas à 5 mètres.  Nous
arrivons trop tard, les cuisines sont
dèjà reparties; nous remontons vers la
Cie. qui doit partir à 6 heures, le
règiment etait de première ligne et
les 161e et 251e passant en reserve
de division.  Nous sommes assez
heureuz de les retrouver et de tou-
cher notre ravitaillement.  A 8 heures,
nous quittons Clairefontaine, L'avance
continue depuis 6 heures du matin.
Nous arrivons à Quatre-champs, ce
village n'a pas trop souffert bien
qu'ils vont encore le bombarder

_________________________________________________________________________________________________________

 page droite  

pendant deux jours.  quelque temps
avant d'arriver à Quatre-champs
alors qu'ètant en liaison avec les
tèlèphonistes, j'ai fait le tour du
champ de bataille, quelques casernes
boches et deux Sènègalais.  En outre
j'ai remarqué que les mitrailleurs
boches ètaient attachés aux arbres
pour que bien tir soit plus effice,
j'apprends plus tard qu'on a trouve
morts de ces mitrailleurs dans cette
position.  Nous nous installons
dans une maison de Quatre-champs
en attendant l'arrivée du gènéral.

           Dans l'après-midi, nous comp-
tons 120 avions allant bombarder
l'ennemi en fuite, revenir aussitôt
en refaire le chemin une seconde
fois.
4 - Nous nettoyons des baraques
pour l'installation de la division.
5- Pour la première fois, j'aperçois
des civils diliviés.  Les pauvres gens
sont bien, contents, ils retournent
vers Vouziers dans des fourragères
d'artilleurs.
6 - Des prisonniers allemands passent
dans la matinée.  A 10 heures, nous
sommes aventis d'un départ.  Nous
nous faisons 20 Kms pour arriver
au Chêne.  Le long de la route,
quelques cadavres boches.  J'apprends
qu'un sergent de ma section a été
tué sur cette route pendant l'avance.



Transcription history
  • January 11, 2019 22:19:48 Stella Watkin

     page gauche  

    Le village avait reçu des bombes d'avions
    alors qu'un bataillon allemand dormait.
    Chaque maison, a été touchée et nous
    en trouvons l'intérieur dans le plus grand
    dèsordre.  Du sang passe entre les
    planches et l'odeur est insupportable.
    A l'autre extrémité du village, nous
    sommes accueillis par une grêle de
    balles.  Les boches sont retranchés sur
    les hauteurs voisines.  Le commandant
    adjoint au colonel du 190e nous indique
    le châteaus de Clairefontaine à 800 mètres
    de là, nous nous y rendons.  Nous
    sommes seuls de la liaison, aussi
    nous passons notre nuit bien à l'abri
    devant un bon feu où nous, avons
    mis secher nos effects traversées par
    la pluie qui ne cesse de persister.

    3 - Nous partons à 4 heures de matin
    toucher notre ravitaillemnt sur la route
    de Vouziers.  Il fait si noir qu nous
    n'y voyons pas à 5 mètres.  Nous
    arrivons trop tard, les cuisines sont
    dèjà reparties; nous remontons vers la
    Cie. qui doit partir à 6 heures, le
    règiment etait de première ligne et
    les 161e et 251e passant en reserve
    de division.  Nous sommes assez
    heureuz de les retrouver et de tou-
    cher notre ravitaillement.  A 8 heures,
    nous quittons Clairefontaine, L'avance
    continue depuis 6 heures du matin.
    Nous arrivons à Quatre-champs, ce
    village n'a pas trop souffert bien
    qu'ils vont encore le bombarder

    _________________________________________________________________________________________________________

     page droite  

    pendant deux jours.  quelque temps
    avant d'arriver à Quatre-champs
    alors qu'ètant en liaison avec les
    tèlèphonistes, j'ai fait le tour du
    champ de bataille, quelques casernes
    boches et deux Sènègalais.  En outre
    j'ai remarqué que les mitrailleurs
    boches ètaient attachés aux arbres
    pour que bien tir soit plus effice,
    j'apprends plus tard qu'on a trouve
    morts de ces mitrailleurs dans cette
    position.  Nous nous installons
    dans une maison de Quatre-champs
    en attendant l'arrivée du gènéral.

               Dans l'après-midi, nous comp-
    tons 120 avions allant bombarder
    l'ennemi en fuite, revenir aussitôt
    en refaire le chemin une seconde
    fois.
    4 - Nous nettoyons des baraques
    pour l'installation de la division.
    5- Pour la première fois, j'aperçois
    des civils diliviés.  Les pauvres gens
    sont bien, contents, ils retournent
    vers Vouziers dans des fourragères
    d'artilleurs.
    6 - Des prisonniers allemands passent
    dans la matinée.  A 10 heures, nous
    sommes aventis d'un départ.  Nous
    nous faisons 20 Kms pour arriver
    au Chêne.  Le long de la route,
    quelques cadavres boches.  J'apprends
    qu'un sergent de ma section a été
    tué sur cette route pendant l'avance.



  • January 11, 2019 21:56:04 Stella Watkin

     page gauche  

    Le village avait reçu des bombes d'avions
    alors qu'un bataillon allemand dormait.
    Chaque maison, a été touchée et nous
    en trouvons l'intérieur dans le plus grand
    dèsordre.  Du sang passe entre les
    planches et l'odeur est insupportable.
    A l'autre extrémité du village, nous
    sommes accueillis par une grêle de
    balles.  Les boches sont retranchés sur
    les hauteurs voisines.  Le commandant
    adjoint au colonel du 190e nous indique
    le châteaus de Clairefontaine à 800 mètres
    de là, nous nous y rendons.  Nous
    sommes seuls de la liaison, aussi
    nous passons notre nuit bien à l'abri
    devant un bon feu où nous, avons
    mis secher nos effects traversées par
    la pluie qui ne cesse de persister.

    3 - Nous partons à 4 heures de matin
    toucher notre ravitaillemnt sur la route
    de Vouziers.  Il fait si noir qu nous
    n'y voyons pas à 5 mètres.  Nous
    arrivons trop tard, les cuisines sont
    dèjà reparties; nous remontons vers la
    Cie. qui doit partir à 6 heures, le
    règiment etait de première ligne et
    les 161e et 251e passant en reserve
    de division.  Nous sommes assez
    heureuz de les retrouver et de tou-
    cher notre ravitaillement.  A 8 heures,
    nous quittons Clairefontaine, L'avance
    continue depuis 6 heures du matin.
    Nous arrivons à Quatre-champs, ce
    village n'a pas trop souffert bien
    qu'ils vont encore le bombarder

    _________________________________________________________________________________________________________


Description

Save description
  • 49.445296||4.765806||

    Quatre-champs, France

  • 49.398265||4.700375||

    Vouziers, France

  • 49.429892||4.747949||

    Claire Fontaine, France

Location(s)
  • Document location Quatre-champs, France
  • Additional document location Vouziers, France
  • Additional document location Claire Fontaine, France
Login and add location


ID
8286 / 129061
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Michel PEUREY
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/


Jul, 1918
Login to edit the languages
  • Français

Login to edit the fronts
  • Western Front

Login to add keywords
  • Trench Life

Login and add links

Notes and questions

Login to leave a note