FRAD066_018 Carnet de guerre de Maurice PEUREY, item 10

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

 Page gauche  

comme observateur titulaire.

28 - nous repartons à 2 heures, nous

arrivons à St Jean sur Tourbe à 7 heures

pour en repartir à 15 heures et nous

arrivons à Gratreuil à 20 heures.

            Peu après Ville sur Tourbe nous

traverions les anciennes lignes allemandes

de 1914 à 1918.

          En arrivant je trouve un

camarade à Fontaine en Dormoise Harvé en rouge

29 - Promenade è la gare de Marvie

(Ardennes).  Les boches ont laisse dans

leur fuite des munitions en quantité,

nous parcourvons le champ de bataille,

beaucoup de wagons genre decaunrille, une

locomotive, un cimitierè boche labouré

par nos obus etre -

          L'après-midi je retourne à Fontaine

en Dormois.

30 - Départ à 4 heures, arrive à

Contreuve à 9 heures.

31 - Visite de la gare allemande qui est

encore minée à un ancient camp de prisonniers

français.  Le village est intact mais il

n'y a aucun civil.

          Nous nous prèparons pour l'attaque

du lendemain et nous partons à 22 heures.

1er Novémbre - La lueur de Vouziers incendée

nous dirige Aux approches de la route
nationale, le èclatements se font plus
distincts.  Nous laissons Vouziers à droite
et nous nous engageons dans un petit
scutier ou plutôt, pour dire mieux, à
travers champs.  Nous rencontrons des
artilleurs allant au revitaillement à
munition.

__________________________________________________________________________________________________________

 Page droite  

   Encore une heure de marche.  Devant
nous la silhouette d'une forte crète.  Nous
arrivons dit le commandant.  On nous
installe le long d'une voie de 0, m.60
en nous disant de creuser des abris indi-
viduels.  Pour l'instant, nous n'entendons
que les éclatements des obus boches sure
la rivière l'Aisne qui passe à 500
mètres en avant.  Nous avons 4 heures
à attendre avant le dèclauchement du
bombardement.
            A 4H 50, nos canons se
mettent è cracher, et pendant 1 heure,
nous attendons patiemment.  Le bombar-
dement est intense et si nous avions
une heur de pitiè pour nos ennemis
elle s'eteinshail en songeau au 14
Juillet dernier.
          A 8 heures, alors que
les compagnies sont en position prêtes
à partir au 1er signal, les premièrs
prisonniers et blessés arrivent.  Tout
marche assez bien, quoique lentement.
Les prisonniers sont abattues, mai
ils ne se rendnt qu'au dernier
moment.  On raconte qu'un
Senegalais vient de lancer une grnade
dans les jambes d'un prisonnier qui
refusait d'avancer.  Ce prisonnier qui

passe devant nous paraît en effet
marcher difficilement et le Senegalais
recommence sa petite histoire de
grenade avec nous.
           Un blessé nous dit
Les boches se dèfendent bien.  Ils

Transcription saved

 Page gauche  

comme observateur titulaire.

28 - nous repartons à 2 heures, nous

arrivons à St Jean sur Tourbe à 7 heures

pour en repartir à 15 heures et nous

arrivons à Gratreuil à 20 heures.

            Peu après Ville sur Tourbe nous

traverions les anciennes lignes allemandes

de 1914 à 1918.

          En arrivant je trouve un

camarade à Fontaine en Dormoise Harvé en rouge

29 - Promenade è la gare de Marvie

(Ardennes).  Les boches ont laisse dans

leur fuite des munitions en quantité,

nous parcourvons le champ de bataille,

beaucoup de wagons genre decaunrille, une

locomotive, un cimitierè boche labouré

par nos obus etre -

          L'après-midi je retourne à Fontaine

en Dormois.

30 - Départ à 4 heures, arrive à

Contreuve à 9 heures.

31 - Visite de la gare allemande qui est

encore minée à un ancient camp de prisonniers

français.  Le village est intact mais il

n'y a aucun civil.

          Nous nous prèparons pour l'attaque

du lendemain et nous partons à 22 heures.

1er Novémbre - La lueur de Vouziers incendée

nous dirige Aux approches de la route
nationale, le èclatements se font plus
distincts.  Nous laissons Vouziers à droite
et nous nous engageons dans un petit
scutier ou plutôt, pour dire mieux, à
travers champs.  Nous rencontrons des
artilleurs allant au revitaillement à
munition.

__________________________________________________________________________________________________________

 Page droite  

   Encore une heure de marche.  Devant
nous la silhouette d'une forte crète.  Nous
arrivons dit le commandant.  On nous
installe le long d'une voie de 0, m.60
en nous disant de creuser des abris indi-
viduels.  Pour l'instant, nous n'entendons
que les éclatements des obus boches sure
la rivière l'Aisne qui passe à 500
mètres en avant.  Nous avons 4 heures
à attendre avant le dèclauchement du
bombardement.
            A 4H 50, nos canons se
mettent è cracher, et pendant 1 heure,
nous attendons patiemment.  Le bombar-
dement est intense et si nous avions
une heur de pitiè pour nos ennemis
elle s'eteinshail en songeau au 14
Juillet dernier.
          A 8 heures, alors que
les compagnies sont en position prêtes
à partir au 1er signal, les premièrs
prisonniers et blessés arrivent.  Tout
marche assez bien, quoique lentement.
Les prisonniers sont abattues, mai
ils ne se rendnt qu'au dernier
moment.  On raconte qu'un
Senegalais vient de lancer une grnade
dans les jambes d'un prisonnier qui
refusait d'avancer.  Ce prisonnier qui

passe devant nous paraît en effet
marcher difficilement et le Senegalais
recommence sa petite histoire de
grenade avec nous.
           Un blessé nous dit
Les boches se dèfendent bien.  Ils


Transcription history
  • January 11, 2019 12:12:34 Stella Watkin

     Page gauche  

    comme observateur titulaire.

    28 - nous repartons à 2 heures, nous

    arrivons à St Jean sur Tourbe à 7 heures

    pour en repartir à 15 heures et nous

    arrivons à Gratreuil à 20 heures.

                Peu après Ville sur Tourbe nous

    traverions les anciennes lignes allemandes

    de 1914 à 1918.

              En arrivant je trouve un

    camarade à Fontaine en Dormoise Harvé en rouge

    29 - Promenade è la gare de Marvie

    (Ardennes).  Les boches ont laisse dans

    leur fuite des munitions en quantité,

    nous parcourvons le champ de bataille,

    beaucoup de wagons genre decaunrille, une

    locomotive, un cimitierè boche labouré

    par nos obus etre -

              L'après-midi je retourne à Fontaine

    en Dormois.

    30 - Départ à 4 heures, arrive à

    Contreuve à 9 heures.

    31 - Visite de la gare allemande qui est

    encore minée à un ancient camp de prisonniers

    français.  Le village est intact mais il

    n'y a aucun civil.

              Nous nous prèparons pour l'attaque

    du lendemain et nous partons à 22 heures.

    1er Novémbre - La lueur de Vouziers incendée

    nous dirige Aux approches de la route
    nationale, le èclatements se font plus
    distincts.  Nous laissons Vouziers à droite
    et nous nous engageons dans un petit
    scutier ou plutôt, pour dire mieux, à
    travers champs.  Nous rencontrons des
    artilleurs allant au revitaillement à
    munition.

    __________________________________________________________________________________________________________

     Page droite  

       Encore une heure de marche.  Devant
    nous la silhouette d'une forte crète.  Nous
    arrivons dit le commandant.  On nous
    installe le long d'une voie de 0, m.60
    en nous disant de creuser des abris indi-
    viduels.  Pour l'instant, nous n'entendons
    que les éclatements des obus boches sure
    la rivière l'Aisne qui passe à 500
    mètres en avant.  Nous avons 4 heures
    à attendre avant le dèclauchement du
    bombardement.
                A 4H 50, nos canons se
    mettent è cracher, et pendant 1 heure,
    nous attendons patiemment.  Le bombar-
    dement est intense et si nous avions
    une heur de pitiè pour nos ennemis
    elle s'eteinshail en songeau au 14
    Juillet dernier.
              A 8 heures, alors que
    les compagnies sont en position prêtes
    à partir au 1er signal, les premièrs
    prisonniers et blessés arrivent.  Tout
    marche assez bien, quoique lentement.
    Les prisonniers sont abattues, mai
    ils ne se rendnt qu'au dernier
    moment.  On raconte qu'un
    Senegalais vient de lancer une grnade
    dans les jambes d'un prisonnier qui
    refusait d'avancer.  Ce prisonnier qui

    passe devant nous paraît en effet
    marcher difficilement et le Senegalais
    recommence sa petite histoire de
    grenade avec nous.
               Un blessé nous dit
    Les boches se dèfendent bien.  Ils


  • January 10, 2019 23:30:08 Stella Watkin

    comme observateur titulaire.

    28 - nous repartons à 2 heures, nous

    arrivons à St Jean sur Tourbe à 7 heures

    pour en repartir à 15 heures et nous

    arrivons à Gratreuil à 20 heures.

                Peu après Ville sur Tourbe nous

    traverions les anciennes lignes allemandes

    de 1914 à 1918.

              En arrivant je trouve un

    camarade à Fontaine en Dormoise Harvé

    29 - Promenade è la gare de Marivie

    (Ardennes).  Les boches ont laisse dans

    leur fuite des munitions en quantité,

    nous parcourvons le champ de bataille,

    beaucoup de wagons genre decaunrille, une

    locomotive, un cimitierè boche labouré

    par nos obus etre -

              L'après-midi je retourne à Fontaine

    en Dormois.

    30 - Départ à 4 heures, arrive à

    Contreure à 9 heures.

    31 - Visite de la gare allemande qui est

    encore minée à un ancient camp de prisonniers

    français.  Le village est intact mais il

    n'y a aucun civil.

              Nous nous prèparons pour l'attaque

    du lendemain et nous partons à 22 heures.

    1er Novémbre - La lueur de Vouziers incendée

    nous dirige Aux approches de la route
    nationale, le èclatements se font plus
    distincts.  Nous laissons Vouziers à droite
    et nous nous engageons dans un petit
    scutier ou plûtôt, pour dire mieux, à
    travers champs.  Nous rencontrons des
    artilleurs allant au revitaillement à
    munition.

    __________________________________________________________________________________________________________

        Encore une heure de marche.  Devant
    nous la silhouette d'une forte crète.  Nous
    arrivons dit le commandant.  On nous
    installe le long d'une voie de 0, m.60
    en nous disant de creuser des abris indi-
    viduels.  Pour l'instant, nous n'entendons
    que les éclatements des obus boches sure
    la rivière l'aisne qui passe à 500
    mètres en avant.  Nous avons 4 heures
    à attendre avant le dèclauchement gu
    bombardement.
                A 4H 50, nos canons se
    mettent è cracher, et pendant 1 heure,
    nous attendons patiemment.  Le bombar-
    dement est intense et si nous avions
    une heur de pitiè pour nos ennemis
    elle s'eteinshail en sougeau au 14
    Juillet dernier.
              A 8 heures, alors que
    les compagnies sont en position prêtes
    à partir au 1er signal, les premièrs
    prisonniers et blessés arrivent.  Tout
    marche assez bien, quoique lentement.
    Les prisonniers sont abattues, mai
    ils ne se rendnt qu'au dernier
    moment.  On raconte qu'un
    senegalais vient de lancer une grnade
    dans les jambes d'un prisonnier qui
    refusait d'avancer.  Ce prisonnier qui

    passe devant nous paraît en effet
    marcher difficilement et le senegalais
    recommence sa petite histoire de
    grenade avec nous.
               Un blessé nous dit
    Les boches se dèfendent bien.  Ils


  • January 10, 2019 21:57:59 Stella Watkin

    comme observateur titulaire.

    28 - nous repartons à 2 heures, nous

    arrivons à St Jean sur Tourbe à 7 heures

    pour en repartir à 15 heures et nous

    arrivons à Gratreuil à 20 heures.

                Peu après Ville sur Tourbe nous

    traverions les anciennes lignes allemandes

    de 1914 à 1918.

              En arrivant je trouve un

    camarade à Fontaine en Dormoise Harvé

    29 - Promenade è la gare de Marivie

    (Ardennes).  Les boches ont laisse dans

    leur fuite des munitions en quantité,

    nous parcourvons le champ de bataille,

    beaucoup de wagons genre decaunrille, une

    locomotive, un cimitierè boche labouré

    par nos obus etre -

              L'après-midi je retourne à Fontaine

    en Dormois.

    30 - Départ à 4 heures, arrive à

    Contreure à 9 heures.

    31 - Visite de la gare allemande qui est

    encore minée à un ancient camp de prisonniers

    français.  Le village est intact mais il

    n'y a aucun civil.

              Nous nous prèparons pour l'attaque

    du lendemain et nous partons à 22 heures.

    1er Novémbre - La lueur de Vouziers incendée

    nous dirige Aux approches de la route
    nationale, le èclatements se font plus
    distincts.  Nous laissons Vouziers à droite
    et nous nous engageons dans un petit
    scutier ou plûtôt, pour dire mieux, à
    travers champs.  Nous rencontrons des
    artilleurs allant au revitaillement à
    munition.


Description

Save description
  • 49.126564||4.679525||

    St Jean-sur-Tourbe, France

  • 49.246451||4.697258||

    Gratreuil, France

  • 49.187454||4.786685||

    Ville-sur-Tourbe, France

  • 49.238656||4.715568||

    Fontaine-en-Dormoise, France

  • 49.98573||5.74685||

    Marvie, Ardennes, Belgium

  • 49.361441||4.623342||

    Contreuve, France

  • 49.398265||4.700375||

    Vouziers, France

Location(s)
  • Document location St Jean-sur-Tourbe, France
  • Additional document location Gratreuil, France
  • Additional document location Ville-sur-Tourbe, France
  • Additional document location Fontaine-en-Dormoise, France
  • Additional document location Marvie, Ardennes, Belgium
  • Additional document location Contreuve, France
  • Additional document location Vouziers, France


ID
8286 / 129057
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Michel PEUREY
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/



  • Western Front

  • Trench Life



Notes and questions

Login to leave a note