Journal du cavalier Aimé GARCIN du 7ème Régiment de cuirassiers durant la Grande Guerre de 1914 - 1918, item 18

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

Verberie 7 janvier

Une lettre de mes parents m'annonce la mort de l'oncle Felix Bouvier Flirey pour la France. Départ précipité de Verberie par alerte. Mon casque est en réparation. Je pars en calot. Il pleut sans arrêt. Nous passons à Villers Coteret. Je vois le fils Dupeuble. Nous couchons un jour à Puiseux(14 janvier) . Nous revenons sans avoir rien fait (coup de main boche devant Soissons).

Verberie 24/1. Nous rentrons à Verberie : contentement de tous. Ce n'est pas pour longtemps. Nous embarquons le 26 janvier pour l'Alsace. Il neige.

Belfort 3 janvier. Débarquons le 3 Février à Belfort à minuit. Débarquement pénible : les routes sont gelées : plusieurs chevaux tombent. Nous faisons une étape au pas et arrivons à 4 heures du matin à Bretagne. Nous réveillons les habitants et finissons la nuit dans le foin. Le lendemain nous apprenons que nous allons tenir un secteur de tranchées. Notre premier secteur ! Notre vie de fantassin va donc commencer mais on nous ménage (nous ou nos chevaux ?) pour commencer en effet nous passerons seulement deux jours en première ligne et nous serons relevés par d'autres éléments de la division. Nous passerons ensuite cinq jours auprès de nos chevaux pour les soigner.

Balschwiller 5 février. Ce début de fantassins n'est donc pas terrible. Le Haut Commandement a su nous prendre  : aussi c'est presque avec entrain sans trop d'appréhensions que nous partons pour notre premier secteur.

Transcription saved

Verberie 7 janvier

Une lettre de mes parents m'annonce la mort de l'oncle Felix Bouvier Flirey pour la France. Départ précipité de Verberie par alerte. Mon casque est en réparation. Je pars en calot. Il pleut sans arrêt. Nous passons à Villers Coteret. Je vois le fils Dupeuble. Nous couchons un jour à Puiseux(14 janvier) . Nous revenons sans avoir rien fait (coup de main boche devant Soissons).

Verberie 24/1. Nous rentrons à Verberie : contentement de tous. Ce n'est pas pour longtemps. Nous embarquons le 26 janvier pour l'Alsace. Il neige.

Belfort 3 janvier. Débarquons le 3 Février à Belfort à minuit. Débarquement pénible : les routes sont gelées : plusieurs chevaux tombent. Nous faisons une étape au pas et arrivons à 4 heures du matin à Bretagne. Nous réveillons les habitants et finissons la nuit dans le foin. Le lendemain nous apprenons que nous allons tenir un secteur de tranchées. Notre premier secteur ! Notre vie de fantassin va donc commencer mais on nous ménage (nous ou nos chevaux ?) pour commencer en effet nous passerons seulement deux jours en première ligne et nous serons relevés par d'autres éléments de la division. Nous passerons ensuite cinq jours auprès de nos chevaux pour les soigner.

Balschwiller 5 février. Ce début de fantassins n'est donc pas terrible. Le Haut Commandement a su nous prendre  : aussi c'est presque avec entrain sans trop d'appréhensions que nous partons pour notre premier secteur.


Transcription history
  • December 28, 2017 12:17:44 Stéphane DOREL

    Verberie 7 janvier

    Une lettre de mes parents m'annonce la mort de l'oncle Felix Bouvier Flirey pour la France. Départ précipité de Verberie par alerte. Mon casque est en réparation. Je pars en calot. Il pleut sans arrêt. Nous passons à Villers Coteret. Je vois le fils Dupeuble. Nous couchons un jour à Puiseux(14 janvier) . Nous revenons sans avoir rien fait (coup de main boche devant Soissons).

    Verberie 24/1. Nous rentrons à Verberie : contentement de tous. Ce n'est pas pour longtemps. Nous embarquons le 26 janvier pour l'Alsace. Il neige.

    Belfort 3 janvier. Débarquons le 3 Février à Belfort à minuit. Débarquement pénible : les routes sont gelées : plusieurs chevaux tombent. Nous faisons une étape au pas et arrivons à 4 heures du matin à Bretagne. Nous réveillons les habitants et finissons la nuit dans le foin. Le lendemain nous apprenons que nous allons tenir un secteur de tranchées. Notre premier secteur ! Notre vie de fantassin va donc commencer mais on nous ménage (nous ou nos chevaux ?) pour commencer en effet nous passerons seulement deux jours en première ligne et nous serons relevés par d'autres éléments de la division. Nous passerons ensuite cinq jours auprès de nos chevaux pour les soigner.

    Balschwiller 5 février. Ce début de fantassins n'est donc pas terrible. Le Haut Commandement a su nous prendre  : aussi c'est presque avec entrain sans trop d'appréhensions que nous partons pour notre premier secteur.


  • December 28, 2017 11:58:26 Stéphane DOREL

    Verberie 7 janvier

    Une lettre de mes parents m'annonce la mort de l'oncle Felix Bouvier Flirey pour la France. Départ précipité de Verberie par alerte. Mon casque est en réparation. Je pars en calot. Il pleut sans arrêt. Nous passons à Villers Coteret. Je vois le fils Dupeuble. Nous couchons un jour à Puiseux(14 janvier) . Nous revenons sans avoir rien fait (coup de main boche devant Soissons).

    Verberie 24/1. Nous rentrons à Verberie : contentement de tous. Ce n'est pas pour longtemps. Nous embarquons le 26 janvier pour l'Alsace. Il neige.


Description

Save description
  • 49.310294||2.727467||

    verberie, france

  • 47.639674||6.863849||

    Belfort, France

  • 45.74272279922854||4.819351169189417||

    Lyon

    ||1
Location(s)
  • Story location Lyon
  • Document location verberie, france
  • Additional document location Belfort, France


ID
8199 / 81786
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
BRISSON
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/


January 7, 1915 – February 5, 1915
  • Français

  • Western Front

  • Remembrance
  • Trench Life



Notes and questions

Login to leave a note