John Duesbery (Sherwood Foresters) killed on Somme, item 67

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again


La Commission fut constituée par harte Royale en 1917. Elle a pour tâche d'entretenir les sépultures des membres

des forces du Commonwealth tués pendant les deux guerres mondiales, de construire des monuments à la mémoire de ceux qui n'ont pas de sépulture connue et de garder les archives et les registres.

Le travail fut établi sur des principes fondamentaux qui ne changent pas: c'est-à-dire la commémoration individuelle par nom sur une stèle ou monument; la permanence des stèles et des monuments; l'uniformité des stèles et l'absence de toute distinction entre les morts,quel que soit leur grade militaire, leur rang social, leur race ou leur religion.

Picture ...

1.700.000 hommes et femmes des forces du Commonwealth furent tués pendant les deux guerres mondiales. Plus de 900.000 ont pu être identifiés et des stèles portant leur nom surmontent leurs sépultures; les autres, dont un certain nombre reposent dans 200.000 tombes non-identifiées, sont commémorés par des monuments élevés à leur mémoire. Il y a des sépultures militaires dans 140 pays différents: la plupart se trouvent dans les 2.500 cimetières de la Commission mais il y en a également dans des milliers de cimetières communaux à travers le monde. Pour effectuer cette tâche immense, la Commission possède des bureaux dans de nombreux pays et elle a un effectif de 1.300 personnes,la plupart êtant des jardiniers et des ouvriers qualifiés.
 

En haut de chaque stèle est gravé l'emblème national ou

l'écusson de l'armée ou du régiment, suivi du grade, du nom. de l'unité, de la date de décès, de l'âge et d'un emblème religieux approprié, et tout en bas, dans la plupart des cas, une inscription choisie par la famille.

Où le climat le permet, les pierres tombales se tiennent debout dans d'étroites bordures où poussent des rosiers polyantha et des plantes vivaces, dans un cadre de pelouses, arbres et arbustes.

Dans certains cimetières, notamment dans la péninsule de Gallipoli. en Macédoine, en Extrême-Orient et dans la région du Pacifique, des plaques en pierre ou en bronze sur des socles bas sont utilisées à la place des stèles, et ceci pour des raisons climatiques.

Deux monuments sont communs aux cimetières militaires: la Croix du Sacrifice, fixée sur une base octogonale, portant sur sa flèche une épée en bronze: et. dans les plus grands cimetières, la Pierre du Souvenir portant l'inscription tirée du Livre d'Ecclesiasticus: “Leur Nom Vivra à Jamais”. Les grands cimetières ont des abris ou des bâtiments à l'entrée permettant aux visiteurs de se reposer ou de consulter le registre.

  Picture...  

Les registres des cimetières et monuments, publiés par la Commission, sont disponibles sur place et se trouvent dans les boites à registres, mais ils peuvent aussi être consultés dans les bureaux de la Commission.


Transcription saved


La Commission fut constituée par harte Royale en 1917. Elle a pour tâche d'entretenir les sépultures des membres

des forces du Commonwealth tués pendant les deux guerres mondiales, de construire des monuments à la mémoire de ceux qui n'ont pas de sépulture connue et de garder les archives et les registres.

Le travail fut établi sur des principes fondamentaux qui ne changent pas: c'est-à-dire la commémoration individuelle par nom sur une stèle ou monument; la permanence des stèles et des monuments; l'uniformité des stèles et l'absence de toute distinction entre les morts,quel que soit leur grade militaire, leur rang social, leur race ou leur religion.

Picture ...

1.700.000 hommes et femmes des forces du Commonwealth furent tués pendant les deux guerres mondiales. Plus de 900.000 ont pu être identifiés et des stèles portant leur nom surmontent leurs sépultures; les autres, dont un certain nombre reposent dans 200.000 tombes non-identifiées, sont commémorés par des monuments élevés à leur mémoire. Il y a des sépultures militaires dans 140 pays différents: la plupart se trouvent dans les 2.500 cimetières de la Commission mais il y en a également dans des milliers de cimetières communaux à travers le monde. Pour effectuer cette tâche immense, la Commission possède des bureaux dans de nombreux pays et elle a un effectif de 1.300 personnes,la plupart êtant des jardiniers et des ouvriers qualifiés.
 

En haut de chaque stèle est gravé l'emblème national ou

l'écusson de l'armée ou du régiment, suivi du grade, du nom. de l'unité, de la date de décès, de l'âge et d'un emblème religieux approprié, et tout en bas, dans la plupart des cas, une inscription choisie par la famille.

Où le climat le permet, les pierres tombales se tiennent debout dans d'étroites bordures où poussent des rosiers polyantha et des plantes vivaces, dans un cadre de pelouses, arbres et arbustes.

Dans certains cimetières, notamment dans la péninsule de Gallipoli. en Macédoine, en Extrême-Orient et dans la région du Pacifique, des plaques en pierre ou en bronze sur des socles bas sont utilisées à la place des stèles, et ceci pour des raisons climatiques.

Deux monuments sont communs aux cimetières militaires: la Croix du Sacrifice, fixée sur une base octogonale, portant sur sa flèche une épée en bronze: et. dans les plus grands cimetières, la Pierre du Souvenir portant l'inscription tirée du Livre d'Ecclesiasticus: “Leur Nom Vivra à Jamais”. Les grands cimetières ont des abris ou des bâtiments à l'entrée permettant aux visiteurs de se reposer ou de consulter le registre.

  Picture...  

Les registres des cimetières et monuments, publiés par la Commission, sont disponibles sur place et se trouvent dans les boites à registres, mais ils peuvent aussi être consultés dans les bureaux de la Commission.



Transcription history
  • September 24, 2019 16:08:24 Julia Bourbois


    La Commission fut constituée par harte Royale en 1917. Elle a pour tâche d'entretenir les sépultures des membres

    des forces du Commonwealth tués pendant les deux guerres mondiales, de construire des monuments à la mémoire de ceux qui n'ont pas de sépulture connue et de garder les archives et les registres.

    Le travail fut établi sur des principes fondamentaux qui ne changent pas: c'est-à-dire la commémoration individuelle par nom sur une stèle ou monument; la permanence des stèles et des monuments; l'uniformité des stèles et l'absence de toute distinction entre les morts,quel que soit leur grade militaire, leur rang social, leur race ou leur religion.

    Picture ...

    1.700.000 hommes et femmes des forces du Commonwealth furent tués pendant les deux guerres mondiales. Plus de 900.000 ont pu être identifiés et des stèles portant leur nom surmontent leurs sépultures; les autres, dont un certain nombre reposent dans 200.000 tombes non-identifiées, sont commémorés par des monuments élevés à leur mémoire. Il y a des sépultures militaires dans 140 pays différents: la plupart se trouvent dans les 2.500 cimetières de la Commission mais il y en a également dans des milliers de cimetières communaux à travers le monde. Pour effectuer cette tâche immense, la Commission possède des bureaux dans de nombreux pays et elle a un effectif de 1.300 personnes,la plupart êtant des jardiniers et des ouvriers qualifiés.
     

    En haut de chaque stèle est gravé l'emblème national ou

    l'écusson de l'armée ou du régiment, suivi du grade, du nom. de l'unité, de la date de décès, de l'âge et d'un emblème religieux approprié, et tout en bas, dans la plupart des cas, une inscription choisie par la famille.

    Où le climat le permet, les pierres tombales se tiennent debout dans d'étroites bordures où poussent des rosiers polyantha et des plantes vivaces, dans un cadre de pelouses, arbres et arbustes.

    Dans certains cimetières, notamment dans la péninsule de Gallipoli. en Macédoine, en Extrême-Orient et dans la région du Pacifique, des plaques en pierre ou en bronze sur des socles bas sont utilisées à la place des stèles, et ceci pour des raisons climatiques.

    Deux monuments sont communs aux cimetières militaires: la Croix du Sacrifice, fixée sur une base octogonale, portant sur sa flèche une épée en bronze: et. dans les plus grands cimetières, la Pierre du Souvenir portant l'inscription tirée du Livre d'Ecclesiasticus: “Leur Nom Vivra à Jamais”. Les grands cimetières ont des abris ou des bâtiments à l'entrée permettant aux visiteurs de se reposer ou de consulter le registre.

      Picture...  

    Les registres des cimetières et monuments, publiés par la Commission, sont disponibles sur place et se trouvent dans les boites à registres, mais ils peuvent aussi être consultés dans les bureaux de la Commission.



  • November 1, 2018 09:26:57 Anastasia Ioannou


    La Commission fut constituée par harte Royale en 1917. Elle a pour tâche d'entretenir les sépultures des membres

    des forces du Commonwealth tués pendant les deux guerres mondiales, de construire des monuments à la mémoire de ceux qui n'ont pas de sépulture connue et de garder les archives et les registres.

    Le travail fut établi sur des principes fondamentaux qui ne changent pas: c'est-à-dire la commémoration individuelle par nom sur une stèle ou monument; la permanence des stèles et des monuments; l'uniformité des stèles et l'absence de toute distinction entre les morts,quel que soit leur grade militaire, leur rang social, leur race ou leur religion.

    Picture ...

    1.700.000 hommes et femmes des forces du Commonwealth furent tués pendant les deux guerres mondiales. Plus de 900.000 ont pu être identifiés et des stèles portant leur nom surmontent leurs sépultures; les autres, dont un certain nombre reposent dans 200.000 tombes non-identifiées, sont commémorés par des monuments élevés à leur mémoire. Il y a des sépultures militaires dans 140 pays différents: la plupart se trouvent dans les 2.500 cimetières de la Commission mais il y en a également dans des milliers de cimetières communaux à travers le monde. Pour effectuer cette tâche immense, la Commission possède des bureaux dans de nombreux pays et elle a un effectif de 1.300 personnes,la plupart êtant des jardiniers et des ouvriers qualifiés.
     

    En haut de chaque stèle est gravé l'emblème national ou

    l'écusson de l'armée ou du régiment, suivi du grade, du nom. de l'unité, de la date de décès, de l'âge et d'un emblème religieux approprié, et tout en bas, dans la plupart des cas, une inscription choisie par la famille.

    Où le climat le permet, les pierres tombales se tiennent debout dans d'étroites bordures où poussent des rosiers polyantha et des plantes vivaces, dans un cadre de pelouses, arbres et arbustes.

    Dans certains cimetières, notamment dans la péninsule de Gallipoli. en Macédoine, en Extrême-Orient et dans la région du Pacifique, des plaques en pierre ou en bronze sur des socles bas sont utilisées à la place des stèles, et ceci pour des raisons climatiques.

    Deux monuments sont communs aux cimetières militaires: la Croix du Sacrifice, fixée sur une base octogonale, portant sur sa flèche une épée en bronze: et. dans les plus grands cimetières, la Pierre du Souvenir portant l'inscription tirée du Livre d'Ecclesiasticus: “Leur Nom Vivra à Jamais”. Les grands cimetières ont des abris ou des bâtiments à l'entrée permettant aux visiteurs de se reposer ou de consulter le registre.

      Picture...  

    Les registres des cimetières et monuments, publiés par la Commission, sont disponibles sur place et se trouvent dans les boites à registres, mais ils peuvent aussi être consultés dans les bureaux de la Commission.



Description

Save description
    Location(s)


    ID
    17050 / 201639
    Source
    http://europeana1914-1918.eu/...
    Contributor
    Kenneth Duesbery, great nephew of John
    License
    http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/



    • Western Front

    • Artillery
    • Home Front
    • Remembrance
    • Trench Life



    Notes and questions

    Login to leave a note