FRAD014_63 Cahier de chansons, item 1

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

Chanson du camp de Dülmen.

I.

Prisonnier des boches je fut diriger

Avec mes camarades infortunés

Sur Dülmen un camp miteux

Où j'ai dut passer des jours malheureux

Imaginez-vous un triste désert

Où on est entouré de fil de fer

Au milieu de ça des baraques en bois

Ouvertes à tout vent où nous gelons de froid

Et malgrés celà au matin au soir

Nous répétons le cœur plein d'espoir

Refrain

Ce n'est pas une place qui est faite pour moi

Je n'y resterai jamais plus d'un mois

Car maintenant adieu les beaux jours

Tout ça ne vaut pas mon carfourd

On est mal logé on est mal nourri

On nous a foutu dans des écuries

Oh ! vivement la fin de la guerre

Que nous repassions la frontière.


II.

On nous donnent à manger deux fois par jour

Des choux, des patates et de l'eau autour

Des fois c'est de l'orge ou des [chtucurbes ?]

Ou encore des fayots brûlés ou pas cuits

On bouillotte dans toute sorte de récipients

Des pots en émailles, en terres en fers blancs

Parfois aussi on touche un peu de pain

Oh ! Tout juste de quoi ne pas crever la faim 

Heureusement que ça ne durera pas toujours

Et qu'on espère bien se délivrer un jour (au refrain).


III.

Dans ce camp, tout y est représenter

Des Belges, des Russes et des Anglais

Il y a aussi beaucoup de bicots.

Des siciles et même des mauricots. 

Il y a aussi des jeunes enfants

Transcription saved

Chanson du camp de Dülmen.

I.

Prisonnier des boches je fut diriger

Avec mes camarades infortunés

Sur Dülmen un camp miteux

Où j'ai dut passer des jours malheureux

Imaginez-vous un triste désert

Où on est entouré de fil de fer

Au milieu de ça des baraques en bois

Ouvertes à tout vent où nous gelons de froid

Et malgrés celà au matin au soir

Nous répétons le cœur plein d'espoir

Refrain

Ce n'est pas une place qui est faite pour moi

Je n'y resterai jamais plus d'un mois

Car maintenant adieu les beaux jours

Tout ça ne vaut pas mon carfourd

On est mal logé on est mal nourri

On nous a foutu dans des écuries

Oh ! vivement la fin de la guerre

Que nous repassions la frontière.


II.

On nous donnent à manger deux fois par jour

Des choux, des patates et de l'eau autour

Des fois c'est de l'orge ou des [chtucurbes ?]

Ou encore des fayots brûlés ou pas cuits

On bouillotte dans toute sorte de récipients

Des pots en émailles, en terres en fers blancs

Parfois aussi on touche un peu de pain

Oh ! Tout juste de quoi ne pas crever la faim 

Heureusement que ça ne durera pas toujours

Et qu'on espère bien se délivrer un jour (au refrain).


III.

Dans ce camp, tout y est représenter

Des Belges, des Russes et des Anglais

Il y a aussi beaucoup de bicots.

Des siciles et même des mauricots. 

Il y a aussi des jeunes enfants


Transcription history
  • July 19, 2019 16:36:04 Thomas A. Lingner

    Chanson du camp de Dülmen.

    I.

    Prisonnier des boches je fut diriger

    Avec mes camarades infortunés

    Sur Dülmen un camp miteux

    Où j'ai dut passer des jours malheureux

    Imaginez-vous un triste désert

    Où on est entouré de fil de fer

    Au milieu de ça des baraques en bois

    Ouvertes à tout vent où nous gelons de froid

    Et malgrés celà au matin au soir

    Nous répétons le cœur plein d'espoir

    Refrain

    Ce n'est pas une place qui est faite pour moi

    Je n'y resterai jamais plus d'un mois

    Car maintenant adieu les beaux jours

    Tout ça ne vaut pas mon carfourd

    On est mal logé on est mal nourri

    On nous a foutu dans des écuries

    Oh ! vivement la fin de la guerre

    Que nous repassions la frontière.


    II.

    On nous donnent à manger deux fois par jour

    Des choux, des patates et de l'eau autour

    Des fois c'est de l'orge ou des [chtucurbes ?]

    Ou encore des fayots brûlés ou pas cuits

    On bouillotte dans toute sorte de récipients

    Des pots en émailles, en terres en fers blancs

    Parfois aussi on touche un peu de pain

    Oh ! Tout juste de quoi ne pas crever la faim 

    Heureusement que ça ne durera pas toujours

    Et qu'on espère bien se délivrer un jour (au refrain).


    III.

    Dans ce camp, tout y est représenter

    Des Belges, des Russes et des Anglais

    Il y a aussi beaucoup de bicots.

    Des siciles et même des mauricots. 

    Il y a aussi des jeunes enfants

  • January 14, 2017 18:14:24 David Gadiou (FR)

    Chanson du camp de Dülmen.

    I.

    Prisonnier des boches je fut diriger

    Avec mes camarades infortunés

    Sur Dülmen un camp miteux

    Où j'ai dut passer des jours malheureux

    Imaginez-vous un triste désert

    Où on est entouré de fil de fer

    Au milieu de ça des baraques en bois

    Ouvertes à tout vent où nous gelons de froid

    Et malgrés celà au matin au soir

    Nous répétons le cœur plein d'espoir

    Refrain

    Ce n'est pas une place qui est faite pour moi

    Je n'y resterai jamais plus d'un mois

    Car maintenant adieu les beaux jours

    Tout ça ne vaut pas mon [carfourd ?]

    On est mal logé on est mal nourri

    On nous a foutu dans des écuries

    Oh ! vivement la fin de la guerre

    Que nous repassions la frontière.


    II.

    On nous donnent à manger deux fois par jour

    Des choux, des patates et de l'eau autour

    Des fois c'est de l'orge ou des [chtucurbes ?]

    Ou encore des fayots brûlés ou pas cuits

    On bouillotte dans toute sorte de récipients

    Des pots en émailles, en terres en fers blancs

    Parfois aussi on touche un peu de pain

    Oh ! Tout juste de quoi ne pas crever la faim 

    Heureusement que ça ne durera pas toujours

    Et qu'on espère bien se délivrer un jour (au refrain).


    III.

    Dans ce camp, tout y est représenter

    Des Belges, des Russes et des Anglais

    Il y a aussi beaucoup de bicots.

    Des siciles et même des mauricots. 

    Il y a aussi des jeunes enfants


  • December 17, 2016 22:27:32 Mad Fo

    Chanson du camp de Dülmen.


    I


    Prisonnier des boches je fut diriger

    Avec mes camarades infortunés

    Sur Dülmen un camp miteux

    Où j'ai dut passer des jours malheureux

    Imaginez-vous un triste désert

    Où on est entouré de fil de fer

    Au milieu de ça des baraques en bois

    Ouvertes à tout vent où nous gelons de froid

    Et malgrés celà au matin au soir

    Nous répétons le coeur plein d'espoir

    Refrain

    Ce n'est pas une place qui est faite pour moi

    Je n'y resterai jamais plus d'un mois

    Car maintenant adieu les beaux jours

    Tout ça ne vaut pas mon [carfourd ?]

    On est mal logé on est mal nourri

    On nous a foutu dans des écuries

    Oh ! vivement la fin de la guerre

    Que nous repassions la frontière.


    II.

    On nous donnent à manger deux fois par jour

    Des choux, des patates et de l'eau autour

    Des fois c'est de l'orge ou des [chtucurbes ?]

    Ou encore des fayots brûlés ou pas cuits

    On bouillotte dans toute sorte de récipients

    Des pots en émailles, en terres en fers blancs

    Parfois aussi on touche un peu de pain

    Oh ! Tout juste de quoi ne pas crever la faim 

    Heureusement que ça ne durera pas toujours

    Et qu'on espère bien se délivrer un jour (au refrain).


    III.

    Dans ce camp, tout y est représenter

    Des Belges, des Russes et des Anglais

    Il y a aussi beaucoup de bicots.

    Des siciles et même des mauricots. 

    Il y a aussi des jeunes enfants


  • December 16, 2016 13:51:09 Nicolas Patin

    Chanson du camp de Dülmen.

    Prisonnier des boches je fut diriger

    Avec mes camarades infortunés

    Sur Dülmen un camp miteux

    Où j'ai dut passer des jours malheureux

    Imaginez-vous un triste désert

    Où on est entouré de fil de fer

    Au milieu de ça des baraques en bois

    Ouvertes à tout vent où vous [gelez] de froid

    Et maltés cela au matin au soir

    Nous répétons le coeur plein d'espoir

    Refrain

    Ce n'est pas une place qui est faite pour moi

    Je n'y resterai jamais plus d'un mois

    Car maintenant adieu les beaux jours

    Tout ça ne vaut pas mon [carfourd ?]

    On est mal logé on est mal nourri

    On nous a foutu dans des écuries

    Oh ! vivement la fin de la guerre

    Que nous repassions la frontière.


    II.

    On nous donne à manger deux fois par jour

    Des choux, des patates et de l'eau autour

    Des fois c'est de l'orge ou des [chtucurbes ?]

    Ou encore des fayots brûlés ou pas cuits

    On bouillotte dans toute sorte de récipients

    Des pots en émailles, en terres en fers blancs

    Parfois aussi on touche un peu de pain

    Oh ! Tout juste de quoi ne pas crever la faim 

    Heureusement ça ne durera pas toujours

    Et qu'on espère bien se délivrer un jour (au refrain).


    III.

    Dans ce camp, tout y est représenter

    Des Belges, des Russes et des Anglais

    Il y a aussi beaucoup de bicots.

    Des siciles et même des mauricots. 

    Il y a aussi des jeunes enfants


  • December 16, 2016 13:43:05 Nicolas Patin

    Chanson du camp de Dülmen.

    Prisonnier des boches je fut diriger

    Avec mes camarades infortunés

    Sur Dülmen un camp miteux

    Où j'ai dut passer des jours malheureux

    Imaginez-vous un triste désert

    Où on est entouré de fil de fer

    Au milieu de ça des baraques en bois

    Ouvertes à tout vent où vous [gelez] de froid

    Et maltés cela au matin au soir

    Nous répétons le coeur plein d'espoir

    Refrain

    Ce n'est pas une place qui est faite pour moi

    Je n'y resterai jamais plus d'un mois

    Car maintenant adieu les beaux jours

    Tout ça ne vaut pas mon [carfourd ?]

    On est mal logé on est mal nourri

    On nous a foutu dans des écuries

    Oh ! vivement la fin de la guerre

    Que nous repassions la frontière.


    II.



  • December 16, 2016 13:31:20 Nicolas Patin

    Chanson du camp de Dülmen.

    Prisonnier des boches je fut diriger

    Avec mes camarades infortunés

    Sur Dülmen un camp miteux

    Où j'ai dut passer des jours malheureux

    Imaginez-vous un triste désert

    Où on est entouré de fil de fer

    Au milieu de ça des baraques en bois

    Ouvertes à tout vent où vous [gelez] de froid

    Et maltés cela au matin au soir

    Nous répétons le coeur plein d'espoir

    Refrain

    Ce n'est pas une place qui est faite pour moi

    Je n'y resterai jamais plus d'un mois

    Car maintenant adieu les beaux jours

    Tout ça ne vaut pas mon [carfourd ?]

    On est mal logé on est mal nourri

    On nous a foutu dans des écuries


  • December 16, 2016 13:26:57 Nicolas Patin

    Chanson du camp de Dülmen.

    Prisonnier des boches je fut diriger

    Avec mes camarades infortunés

    Sur Dülmen un camp miteux

    Où j'ai dut passer des jours malheureux

    Imaginez-vous un triste désert

    Où on est entouré de fil de fer

    Au milieu de ça des baraques en bois

    Ouvertes à tout vent où vous [gelez] de froid

    Et maltés cela au matin au soir

    Nous répétons le coeur plein d'espoir

    Refrain




  • December 16, 2016 12:42:06 Nicolas Patin

    Chanson du camp de Dülmen.

    Prisonnier des boches je fut diriger

    Avec mes camarades infortunés

    Sur Dülner un camp miteux



Description

Save description
  • 51.83181243382214||7.2834879859375405||

    Dülmen

  • 51.8316451||7.283492600000045||

    ||1
Location(s)
  • Story location
  • Document location Dülmen


ID
16287 / 172467
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Monique NICOLAS
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/




  • Prisoners of War



Notes and questions

Login to leave a note