FRAM - Alphonse Dauriol, item 50

Edit transcription:
...
Transcription saved
Enhance your transcribing experience by using full-screen mode

Transcription

You have to be logged in to transcribe. Please login or register and click the pencil-button again

Craon, le 4 juin 1915

Mon cher Dauriol

Je suis bien contente de vous savoir rentré à

l'hôpital, ce n'est pas que je sois satisfaite de

vous voir malade, mais c'est que je sais qu'après

l'hôpital vous pourrez avoir une convalescence.

Vous avez si grand besoin de soins ! et votre

petite famille a un besoin si urgent de

vous !!.. Souffrez-vous ?... J'espère que votre

estomac n'est pas aussi malade que lorsque

vous étiez chez moi, votre santé est si néces

saire à tous les vôtres. Votre femme aura

été bien contente de vous revoir, au moins

vous êtes auprès d'elle ; même à l'hôpital

elle peut aller vous visiter : c'est une conso-

lation. Vous me ferez plaisir en continuant à me

donner de vos nouvelles, je vous remercie de m'avoir

écrit. Je vous adresse ci-joint un petit billet afin

que vous puissiez vous procurer quelques douceurs.

Raymond vous fait ses amitiés. Au revoir, bon courage

 Guesdon

Transcription saved

Craon, le 4 juin 1915

Mon cher Dauriol

Je suis bien contente de vous savoir rentré à

l'hôpital, ce n'est pas que je sois satisfaite de

vous voir malade, mais c'est que je sais qu'après

l'hôpital vous pourrez avoir une convalescence.

Vous avez si grand besoin de soins ! et votre

petite famille a un besoin si urgent de

vous !!.. Souffrez-vous ?... J'espère que votre

estomac n'est pas aussi malade que lorsque

vous étiez chez moi, votre santé est si néces

saire à tous les vôtres. Votre femme aura

été bien contente de vous revoir, au moins

vous êtes auprès d'elle ; même à l'hôpital

elle peut aller vous visiter : c'est une conso-

lation. Vous me ferez plaisir en continuant à me

donner de vos nouvelles, je vous remercie de m'avoir

écrit. Je vous adresse ci-joint un petit billet afin

que vous puissiez vous procurer quelques douceurs.

Raymond vous fait ses amitiés. Au revoir, bon courage

 Guesdon


Transcription history
  • July 15, 2017 19:18:47 Adelaide

    Craon, le 4 juin 1915

    Mon cher Dauriol

    Je suis bien contente de vous savoir rentré à

    l'hôpital, ce n'est pas que je sois satisfaite de

    vous voir malade, mais c'est que je sais qu'après

    l'hôpital vous pourrez avoir une convalescence.

    Vous avez si grand besoin de soins ! et votre

    petite famille a un besoin si urgent de

    vous !!.. Souffrez-vous ?... J'espère que votre

    estomac n'est pas aussi malade que lorsque

    vous étiez chez moi, votre santé est si néces

    saire à tous les vôtres. Votre femme aura

    été bien contente de vous revoir, au moins

    vous êtes auprès d'elle ; même à l'hôpital

    elle peut aller vous visiter : c'est une conso-

    lation. Vous me ferez plaisir en continuant à me

    donner de vos nouvelles, je vous remercie de m'avoir

    écrit. Je vous adresse ci-joint un petit billet afin

    que vous puissiez vous procurer quelques douceurs.

    Raymond vous fait ses amitiés. Au revoir, bon courage

     Guesdon


Description

Save description
  • 47.84867||-0.949622||

    Craon

  • 46.81143400000001||1.6922721640625014||

    Châteauroux

    ||1
Location(s)
  • Story location Châteauroux
  • Document location Craon
Login and add location


ID
13224 / 135079
Source
http://europeana1914-1918.eu/...
Contributor
Monique GRANADO
License
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/


June 4, 1915
Login to edit the languages

Login to edit the fronts
  • Western Front

Login to add keywords
  • Home Front
  • Medical
  • Propaganda
  • Women

Login and add links

Notes and questions

Login to leave a note